Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L’hôpital qui se moque de la charité

28 Novembre 2012, 08:47am

Publié par Thomas Joly

Devillers ChristopheCommuniqué de Christophe Devillers, délégué régional du Parti de la France pour la Franche-Comté

 

Par faute d’avoir pu compter sur une dynamique électorale sortie des urnes et par manque de propositions audibles et crédibles pour répondre à la désastreuse situation économique de la France, le front mariniste espère se relancer en récupérant certains élus et militants déçus, aigris ou frustrés par la tuerie des chefs d’un parti au bord de l’implosion comme un charognard attend avec envie la mort d’une proie avant de la dévorer.

 

Pour parvenir à ses fins, Marine Le Pen s’offense donc du déroulement des élections d’un parti tenu par Jean-François Copé qui aurait donc anormalement bénéficié des moyens de ce dernier au détriment de son adversaire François Fillon.

 

Mais de qui se moque-t-on lorsque l’on se souvient que pour la succession à la tête de l’entreprise familiale, des méthodes similaires avaient été pourtant employées, sans que cela ne soit véritablement relevé par la presse ?

 

gollnisch-marineRappelons ainsi que Bruno Gollnisch avait alors été privé d’utiliser l’emblème du FN, n’avait que trop rarement pu bénéficier de la bienveillance médiatique, que ses partisans déclarés ou pressentis étaient au fur et à mesure mis à l’écart, si ce n’est exclus, et enfin que l’annonce des résultats avaient préalablement fait l’objet de fuites à la presse avant même leur officialisation, expliquant encore plusieurs claquement de portes.

 

marine-le-pen-doigtDans de telles conditions, si Bruno Gollnisch l’avait finalement emporté d’une poignée de voix face à sa concurrente pourtant donnée gagnante à l’avance, nous aurions surement assisté au même climat délétère au sein du clan Le Pen.

 

Les élus, cadres, militants ou électeurs de l’UMP qui seraient donc tentés de rejoindre par dépit le front mariniste n’auront par conséquent rien de plus à attendre de la part d’une boutique familiale où le seul droit reconnu à chacun des membres est de suivre puis d’appliquer à la lettre et en silence les seules directives de la patronne.

Commenter cet article