Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Journalisme : les caresses de Caroline Fourest… (par Joris Karl)

23 Janvier 2014, 09:43am

Publié par Thomas Joly

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2014/01/caroline-fourest.jpgMais comment vouliez-vous que notre Caroline nationale résistât à cette provocation de chair et de sang, à cette poitrine militante, à ce sourire libertaire, à ces cuisses fermement gauchistes et musclées ? Inna Shevchenko, c’est quand même autre chose que ces tue-l’amour d’Arlette Laguiller ou Louise Michel. Pour une fois, la révolution est bandante, alors, pourquoi s’en priver ?

 

Du jour où notre trépidante reporter a vu Inna Shevchenko, la star des Femen, à la télé, elle avait déjà craqué, alors que votre serviteur restait de marbre à siroter un 15 ans d’âge. Du whisky, je précise. La suite ? Une aventure – que dis-je ? –, une enquête, où elle a fouillé sous les textes, sous les slogans, sous les draps. Du grand art, môssieur. Alors la jeunette (23 berges) s’est livrée, corps et âme, aux interviews voluptueuses, aux séances photo prolongées, « tour à tour enquêtrice, conseillère, amie, amoureuse et femme libre, Caroline Fourest raconte à la fois ses doutes, leur combat et leur romance. Et pour la première fois se livre », annonce la quatrième de couv’ du bouquin, sobrement titré « Inna », histoire de faire saliver le pékin.

 

Fourest-Inna.jpgPas besoin d’acheter, vous pouvez feuilleter chez Carrefour : c’est une romance d’aujourd’hui, caricaturale d’une société dont on ne lèche plus que le mince vernis médiatique, où tout se mélange, où maintenant les journalistes pieutent avec les rebelles pisseuses sur lesquelles elles investiguent et s’en vantent tranquillos…

 

Au fil des pages, de plus en plus excitée par sa timbrée, Caroline Fourest débloque devant ce bloc de l’Est brûlant comme un verre de vodka glacée. Pas facile d’assurer une biographie racoleuse avec le feu au ventre. Inna représente peut-être ce que Caro aurait caressé d’être, une battante, une amazone forte en gueule, jouissant du bitume et des coups de matraque, sûrement des symboles phalliques pour les foutraques en mini-short. Loin des studios, loin du velours du prêt-à-penser. Les seins en danger, le cul menacé par des rangers. La dictature du vedettariat, en somme, le centralisme pornocratique, pourquoi pas.

 

Caro raconte avoir « infiltré » les Femen pendant un an. C’est joliment dit. Bon, OK, elle ne s’attarde pas sur les origines et les financements du groupuscule, c’est plutôt la forme — on la comprend — qui http://www.palestine-solidarite.org/femen-notre-dame6.jpgl’intéresse. Alors Caroline finit par dérailler, en plein orgasme déontologique : « Suis-je la seule à ressentir ce qui se passe ? – Comment ça ? – Cette attirance, Inna… À peine ai-je fini ma phrase que Inna se décompose. Ses joues s’empourprent, sa respiration se bloque. Comme si elle allait défaillir. – Oh, mon Dieu… »


Honnêtement, des fois, on se dit que c’est écrit avec un vibromasseur plutôt qu’un stylo, et en plus ça coûte une vingtaine d’euro pour 400 pages. À votre bon cœur, m’sieurs dames, c’est pour la bonne cause, et avec l’argent récolté, qui sait, Caro pourra payer un squatt sympa à sa bolchérie en string…

 

Source

Commenter cet article

Gigi, assamblage-montage, vibrimassage 05/02/2015 21:12

Monsieur, permettez-moi de vous manifester ma sympathie et de vous dire à quel point je comprends et j’adhère à votre point de vue. Car, cher monsieur, à quoi bon regarder une femme intéressante, mais inaccessible, comme CH, quand on peut avoir à tout moment une bourge soporifique, mais précieuse, ou, comme on dit chez nous dans le village, moche, mais bête?!
Quant à cette habitude horrible qu’ont certaines, de s’enticher des jeunes révolutionnaires, permettez-moi de vous dire, monsieur, qu’on se trouve là devant un vieux vice de la femme, surtout de la femme à l’âme romanesque, qui ne peut s’empêcher d’avoir le cœur qui saigne à la vue d’un(e) jeune révolutionnaire, la crinière dans le vent et le Capital sous le bras. Surtout quand la révolutionnaire en question se fait tabasser par une escadre de godzillas en furie. Etant, malgré mes modestes origines, monsieur, un bon connaisseur de la psychologie féminine, j’ai pris l’initiative de créer une petite entreprise qui propose aux hommes en difficulté des courts séjours en Colombie, dans le but d’améliorer leur image auprès de la gente féminine. Les stages, qu’on va appeler des stages héroïques, seront agrémentés de courts contacts contondants, mais sécurisés, avec la fine fleur des narcotrafiquants locaux, sous l’œil attentif de nos caméras. Nous assurons bien évidemment la photo de groupe sur tanquette, à la BHL, avec héros de la libération local, ventilateur face et profil, photo qui sera publiée dans Paris Match, à côté du dossier hebdomadaire sur le couple Sarkozy. On assure également la présence d’une cicatrice sexy, discrète, mais visible, sur la partie du corps de votre choix. Si, de retour à Paris, les femmes, toute orientation confondue, manqueront de répondre positivement à votre intérêt légitime, on est prêts, cher monsieur, à rembourser intégralement votre séjour au pays des rêves narcotiques.
Car, sans vouloir aucunement minimiser l’importance d’éléments objectifs, que vous avez eu la bonté de synthétiser sous le nom de « cuisses, nichons et fesses », laissez-moi vous assurer, monsieur, de la validité d’une vérité qui n’a pas attendue la venue au monde de Caroline Fourest et d’Inna Shevtchenko pour se manifester : les jolies filles tombent tout le temps pour les révolutionnaires. Soyez assuré que, même si vous n’êtes pas doté d’un physique d’Apollon, notre séjour parmi les narcotrafiquants colombiens fera de vous le héros incontesté de la gente féminine, et cela en un rien de temps.
Si notre stage en Colombie ne vous semble néanmoins pas être la solution adéquate, notre entreprise vous propose en option un séjour photo documenté, empreint d’un romantisme violent, parmi les oligarques russes de la dernière génération, avec possibilité de retraite tourmentée en Sibérie, dans la région pittoresque de Tchita. Pour nos clients de rite musulman, on étudie également la possibilité de proposer des stages de formation éclair au Yémen. Quoi qu’on ne puisse pas se prononcer sur la présence des quarante vierges dans l’au-delà du martyre, on peut garantir leur avènement immédiat dans ce bas monde, pourvu que le martyre ait pris le soin de correctement photo documenter ses exploits.
En vous assurant, monsieur, de mon entière confiance dans vos capacités à devenir un révolutionnaire de succès, je reste à votre disposition.
Gigi Mahler, opérateur chef assemblage-montage, vibromassage. 06 33 63 96 58 14 25.

Gigi, assamblage-montage, vibrimassage 10/02/2015 14:01

Errata
Cher monsieur, mes collègues de la salle d’assemblage-montage, vibromassage, insistent pour que je corrige une faute d’inattention venant de ma part. Je me sens dans l’obligation de m’exécuter, alors voilà : en écrivant CH, j’ai voulu dire, bien évidemment, CF ; même s’il pourrait m’arriver de produire un beau CG, CD ou même CX, en fonction de la lettre du clavier qui aurait l’idée malencontreuse de s’interposer entre l’Idée du Grand Esprit et l’Action du Grand Esprit, si vous voyez ce que je veux dire. Par contre, quand j’écris «bourges soporifiques», je fais référence intentionnellement de manière malveillante et tendancieuse à des personnes que vous seriez enclin d’apprécier de façon, si je peux me permettre, monsieur, en quelque sorte malavisée, sans doute en raison de leur fâcheuse tendance à pulluler dans votre entourage, ce pour quoi vous m’en trouverez profondément désolé et compatissant.
En restant à votre entière disposition avec notre programme «Comment devenir un révolutionnaire, un poète ou un philosophe de succès en trois semaines et voler la vedette à BHL», je vous prie d’agréer, monsieur, l’expression de ma plus haute et sincère commisération.
Gigi Mahler, assemblage-montage, vibromassage