Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

JO de Sotchi : Hollande, ou la diplomatie de la bouderie… (par Nicolas Gauthier)

17 Décembre 2013, 08:34am

Publié par Thomas Joly

http://www.francetvinfo.fr/image/74w5hpe6i-e811/658/370/3054974.jpgIronie de notre diplomatie et de son Quai d’Orsay censé la piloter. Au moment où le film éponyme de Bertrand Tavernier emporte un succès à la fois critique et public, célébrant, même de façon ironique, ce pic historique que fut le discours de Dominique de Villepin à l’ONU contre la seconde guerre du Golfe, voilà que la réalité dépasse la fiction. Sauf que là, c’est plus du Max Pécas que du Bertrand Tavernier, et que nous sommes dans la vraie vie.

 

Ainsi, ce dimanche dernier, Laurent Fabius a-t-il fait savoir que ni lui ni François Hollande ne se rendront aux Jeux olympiques d’hiver en Russie, à Sotchi. http://razanajatoma.files.wordpress.com/2012/06/joachim-gauck.jpgPourquoi ? Officiellement, on ne le dit pas. Fort bien. Remarquez, le président allemand Joachim Gauck, qui n’ira pas non plus, n’a pas dit non plus pourquoi. Dans cette affaire, la moins faux-cul, c’est finalement Viviane Reding, de la Commission européenne qui, dans un tweet, assure : « Je n’irai certainement pas à Sotchi tant que les minorités seront traitées telles qu’elles le sont par la législation russe. » Gauck – Reding : un point partout. Sauf que dans les prolongations, le président allemand creuse l’écart, fait la différence, emporte le match en assurant qu’il ne s’agit ni d’un « boycott » et encore moins d’une « décision politique ». On savait, à en juger de la Constitution teutonne, que cette dernière n’était que modérément présidentielle, que le premier des Allemands n’était là que pour inaugurer les chrysanthèmes ; mais de là à nous faire croquer les pissenlits par la racine après avoir ri jusqu’à la mort, il fallait le faire. C’est fait. Parce que boycotter une rencontre internationale, fût-elle sportive, c’est quoi, hormis un acte « politique » ?

 

http://www.lavie.fr/sso/blogs/image.php?id_blog=11820&id_image=2636Plus sérieusement, les Jeux olympiques, qu’ils soient d’hiver ou d’été, ne sont donc pas des événements qu’on boycotte juste pour faire joli. Contre ceux de Pékin, un certain Robert M. – pour ne citer que lui – avait mené la rébellion. Quoi qu’on puisse penser des velléités d’indépendance du Tibet vis-à-vis de son puissant voisin chinois, l’enjeu n’était pas mince. Et l’activisme de R. Ménard « faisait sens », tel que généralement écrit dans Télérama. Idem pour les Jeux olympiques de Moscou, en 1980, boycottés par les USA : guerre en Afghanistan, socialisme à front de veau, costumes en tergal mal taillés, goulag, chaussures en carton et toutes ces choses. Bref, c’était politique. Mais là, il paraîtrait que non. Enfin si.

 

http://medias-presse.info/wp-content/uploads/2013/11/Vladimir-Poutine-MPI.jpgEn effet, Vladimir Poutine a récemment fait voter une loi visant à proscrire toute « promotion de l’homosexualité à l’égard des mineurs ». D’où le baragouin de Viviane Reding relatif aux « minorités » persécutées. Les Anglais, pragmatiques comme à l’accoutumée, ont fait savoir, par la voix de leur Premier ministre David Cameron, qu’on « pouvait mieux combattre les préjugés en participant plutôt qu’en boycottant les Jeux olympiques d’hiver ». On n’en attendait pas mieux de la patrie d’Oscar Wilde.

 

Quant à la France, elle boude. Tel un enfant mal élevé, on l’a privée d’une nouvelle guerre en Syrie, de énièmes sanctions contre l’Iran et d’un soutien militaire qui pourrait bien lui faire cruellement défaut en Centrafrique. Du coup, François Hollande se venge sur le patin à glace. Ce n’est plus Sun Tzu qui nous gouverne, mais Philippe Candeloro.

 

Source

Commenter cet article