Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Jalabert dopé : mais qui ne l’était pas ? (par Marie Delarue)

26 Juin 2013, 07:51am

Publié par Thomas Joly

http://photo.europe1.fr/sport/multisports/laurent-jalabert-portrait-930x620/27044359-1-fre-FR/Laurent-Jalabert-portrait-930x620_scalewidth_630.jpgQu’est-ce qu’on nous dit ? Jalabert chargé à l’EPO ? Nous voilà bien ! À cinq jours du départ du Tour de France, et pour le centième anniversaire de la Grande Boucle, en plus… Dans une France déprimée, c’est vraiment la piqûre de trop. Ce p’tit gars si gentil, si propre sur lui, si bon Français.

 

Manquerait plus qu’on apprenne que l’idole Noah sniffait de la coke en cours de match, ou qu’on fit tomber Djamel Bouras pour ne pas devoir détrôner le grand Douillet qui sentait fort la nandrolone. D’épouvantables racontars à jeter l’opprobre sur le métissage culturel et les pièces jaunes. Et Poupou alors, le Poulidor à mémé, qu’est-ce qu’il mettait dans son biberon ? Du calva, de la gnôle, de la beu des Andes, une infusion de pétard ?

 

http://www.medsyn.fr/perso/g.perrin/cyberdoc/images/dopage14.jpgEnfin, tout cela se passait au siècle dernier, au temps des éprouvettes, des boîtes de Petri et du papier réactif. Aujourd’hui, c’est « tirez la langue, Monseigneur », et aussitôt votre passé médicamenteux défile dans le cyberespace. On sait même si votre maman a fumé un joint quand vous bulliez tranquillement dans son ventre ou si papa abusait des cachous. Ça fait peur.

 

Si Jalabert était dopé, c’est comme son ami Virenque : à l’insu de son plein gré. « J’ai toujours fait confiance aux médecins des équipes. Je n’avais aucune raison de penser qu’il fallait être méfiant », dit l’ex-champion. « On était soignés, mais il était difficile de savoir les médicaments qui nous étaient administrés […] Je suis un garçon sérieux, je suis un passionné de cyclisme, j’aime ce sport plus que tout, je vous demande de me croire, mais je suis dans la position de l’accusé. Le mal est déjà fait, quoi qu’il arrive, je suis déjà coupable. » Et vous savez quoi ? Je le crois.

 

http://www.france24.com/fr/files_fr/element_multimedia/image/la-340x500_0.pngÀ l’automne dernier, quand on a enfin descendu de son vélo le dieu Armstrong, après l’une de ces séances de confession publique comme les affectionnent les Américains, on a appris des tas de choses peu ragoûtantes. Par exemple que « les chambres d’hôtel étaient transformées en centres de transfusion ». Industriels et industrieux, les amis de l’US Postal. Que peuvent faire les voisins de chambrée pour résister à cela, sinon se charger eux aussi comme des mules ?

 

Tous les coureurs ayant terminé dans les trois premiers du Tour entre 1999 et 2005 sont au moins une fois tombés pour dopage et, sur les éditions 2000 et 2002, il faudrait descendre jusqu’à la dixième place pour trouver un gars qui ne roulait qu’au glucose.

 

Aujourd’hui, on remonte le temps, on replonge dans les flacons d’urine millésimée : celle de Jalabert date de 1998. À quoi ça sert ?

 

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2009-05/2009-05-11/article_coke.jpgJalabert, comme tous ses coéquipiers, du premier au dernier, a souffert le martyre dans cette course inhumaine. On veut en faire un tricheur, un salopard, un bouc émissaire peut-être, histoire de se décharger de tous nos péchés. Histoire surtout de ne pas voir que nous vivons dans une société complètement défoncée où des gamins s’alcoolisent à la vodka avant de partir au lycée, fument des joints à la récré et rentrent à la maison retrouver papa-maman shootés aux antidépresseurs. Sans oublier un vieux président qui marchait à la coke dans une République où les tricheurs abondent…

 

Source

Commenter cet article