Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Immigration : cela sera bientôt humainement insupportable ! (par Marie Delarue)

2 Avril 2013, 11:34am

Publié par Thomas Joly

http://www.humanosphere.info/wp-content/uploads/2012/07/210-incendie-printanier.jpgPâques aux tisons… Donnant un sens plus que macabre au dicton, le week-end pascal aura enchaîné les incendies dramatiques.

 

À Saint-Quentin, c’est l’horreur absolue pour un père qui perd ses cinq enfants dans l’embrasement de sa maison. À Aubervilliers (trois morts et une dizaine de blessés, dont quatre graves), on découvre malheureusement un scénario devenu habituel dans les quartiers populaires de Paris et la banlieue. Et la nuit suivante, dans le même département de Seine-Saint-Denis, le feu détruit, à Bobigny, 500 m2 de baraquements d’un campement de Roms, déjà incendié huit jours plus tôt. Et tout le monde de nous servir l’éternel couplet sur la misère, comme si la pointer du doigt là où elle crève les yeux suffisait à l’analyse et au règlement du problème.

 

À Aubervilliers, les médias tentent bien d’appliquer la grille de lecture pour le prêt-à-penser, celle du méchant propriétaire qui prospère sur le dos du pauvre monde en laissant courir les rats. Mais madame Duflot, pourtant peu avare de clichés à la Daumier, ne marche plus dans ce coup-là. Ceux qui s’en sont tirés racontent : les squats, la drogue, la prostitution et ce qui les accompagne, bagarres et règlements de compte.

 

Sans surprise, le maire explique qu’il s’agit essentiellement de familles d’immigrés, majoritairement Égyptiens et Tunisiens, « des gens qui sont arrivés dans la foulée des révolutions arabes », dit-il.

 

http://pays-de-la-loire.france3.fr/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/prog55679571.jpgQuant aux Roms, on parle de « tensions avec le voisinage de ce bidonville ». Forcément. Le brave Français qui a ramé toute sa vie pour s’acheter un pavillon au bord de l’autoroute est rarement heureux de voir prospérer une décharge sauvage au bout de son jardin. Sans parler des « heurts culturels », comme on dit chez les sociologues… Il faut imaginer ce que produisent en déchets et déjections cinq cents personnes entassées dans des baraquements.

 

Mais tout le monde la ferme. Pas question de trouver des responsables. Le seul qu’on montre du doigt en ce lundi de Pâques, c’est le père de ces pauvres gamins dont on nous répète, de bulletin en bulletin, qu’il avait un peu picolé, ce qui en fait fatalement un suspect. Si en plus il est prouvé qu’il fumait devant ses gosses, alors il va finir en taule.

 

Africains camionPour le reste, pour les clandestins, pour les squats, pour les Roms et leurs cloaques, silence.

 

Qui va dire aux Français et à leurs voisins européens encore prospères que ce n’est que le début ? Que fatalement, la misère et le rêve d’un mythique eldorado vont jeter sur les routes des vagues de plus en plus fournies d’immigrés qui vont venir s’écraser aux portes de nos villes ? Qui va dire que cela sera bientôt humainement insupportable ?

 

La Grande-Bretagne, jusqu’ici aboutissement de tous les rêves, prend des mesures drastiques pour freiner le phénomène. Il se peut qu’il soit déjà trop tard mais, au moins, elle les prend. Nous n’en sommes pas à la veille. La France, elle, se vide par le haut et se remplit par le bas. Sûre de sa générosité, en toute bonne conscience puisqu’elle a le cœur à gauche.

 

Source

Commenter cet article