Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Illusions (par Patrick Parment)

22 Juin 2010, 08:26am

Publié par Thomas Joly

Sarkozy-De-Gaulle.jpgFallait s’y attendre. On nous refait le coup du gaullisme, l’appel du 18 juin et tout le tralala. Sarko doit s‘imaginer que le coup du gaullisme marche encore. Tout le monde s’en fout à juste titre. Pour la bonne raison que la France n’existe plus, nos hommes politiques par leur irresponsabilité – migratoire notamment – l’ont tuée.La grande vague du libéralisme financier a achevé ce pays à l’OGM de l’ethnopluralisme.

 

Deux mots sur De Gaulle. A Londres, c’est Staline qui l’a reconnu comme le chef d’une inexistante France libre et qui lui a, ainsi, sauvé la mise. De là date la connivence entre les gaullistes et ces ordures de cocos qui ne se démentira jamais.

 

On tient à rappeler quand même que la France légale, c’était celle du maréchal Pétain à qui toute la classe politique s’est empressée de laisser les pleins pouvoirs, histoire qu’il se débrouille avec les Allemands. A la libération, on a pu mesurer la grandeur de ce général De Gaulle qui a laissé les résistants de la 25ème heure et les cocos épurer à tout va et dresser ainsi les Français contre eux-mêmes. Rappelons au passage que ces mêmes cocos ont instruit la guerre civile permanente dès 1942 en poussant des tarés à flinguer des soldats allemands dans la rue afin de susciter des représailles.

 

Exode-pieds-noirs.jpgComment passer sous silence l’affaire algérienne où De Gaulle a remis le pays entre les mains d’une bande de criminels obligeant les pieds-noirs à rentrer en catastrophe et oubliant les harkis dans l’addition. Sans compter qu’au passage, il a cassé l’armée française en reléguant des officiers au rang de renégats.

 

Bef, le gaullisme, mieux vaut ne pas en parler. On gausse Sarko avec ses ministres en carton-pâte. C’était pire sous De Gaulle où ils étaient de véritables serpillières. On les appelait alors les « godillots ». Les poubelles de l’histoire sont grandes ouvertes.

 

Source

Commenter cet article