Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Haziza victime de « relans » abjects (par Robert Spieler)

12 Septembre 2013, 07:07am

Publié par Thomas Joly

http://www.dtom.fr/wp-content/uploads/2013/07/fr%C3%A9d%C3%A9ric-haziza.pngL’affreux “journaliste” Haziza officie sur la chaîne parlementaire LCP et sur la radio juive Radio J. Il est connu pour sa haine de tout ce qui est national et vomit les défenseurs de la famille. Une photo le montre faisant un doigt d’honneur à destination des manifestants anti-mariage homosexuel. Il est connu aussi pour ses interviews agressives dès lors qu’il s’agit de ceux qu’il considère comme ses adversaires et pour son incorrection rare avec ses invités de droite. Du coup, certains perdent patience et s’autorisent à commettre quelques petits propos antisémites sur twitter. Alerte ! Branle-bas de combat ! Mobilisation générale ! La République (Léon Bloy évoquait « le buste plâtreux d’une salope en bonnet phrygien ») lui exprime son soutien, le Premier ministre en tête.

http://ndpiledefrance.hautetfort.com/media/01/01/2048919120.2.jpgLa ministre de la culture, Aurélie Filipetti n’est pas en reste. Elle écrit sur twitter : « Soutien total a Frederic haziza dont les attaques ont des relans abjects d’avant-guerre ». Grandioses fautes d’orthographes et extraordinaire faute de syntaxe (« haziza dont les attaques etc. » signifie évidemment l’inverse de ce que Filipetti voulait exprimer). Au fait elle a enseigné comme professeur de lettres et est agrégée de lettres classiques… En attendant, une pétition circule, exigeant le renvoi de Haziza « pour son incompétence, son tribalisme, sa partialité, sa totale agressivité et ses multiples provocations contre ceux qui ne sont pas d’accord avec lui ». Haziza, fou de rage, exige, le pauvre chéri, que « cela cesse » et accuse Serge Ayoub d’être à l’origine de cette pétition, ce qui est parfaitement faux. Et pourquoi pas Adolf Hitler, tant qu’il y est ? Toujours dans l’exagération, ces gens-là…

 

Extrait de la chronique hebdomadaire de Robert Spieler dans Rivarol.

Commenter cet article