Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Facteurs et agents EDF persona non grata dans les banlieues africanisées

16 Avril 2011, 09:05am

Publié par Thomas Joly

Commenter cet article

Boduognat 16/04/2011 23:13


Dénie de réalité et délire de spin doctor (conseiller en communication et marketing politique)

1. Un fait : La violence dans les banlieux à l'encontre des postiers et des agents EDF.

2. Renversement de valeur : Suite à une violence bien réelle, la population source de cette dernière se sent discriminée - cause et effet. La rançon de la haine de l'autre, du français et de la
France.

3. Action des pouvoirs publics, locaux, régionaux ou nationaux : changer les noms des quartiers de violence - c'est-à-dire masquer la réalité. Affliction. Ou est la JUSTice ?

Jusqu'ou ira l'abjection et la lâcheté de ses criminels sociaux et économiques (non assistance à personne en danger et Recel de malfaiteurs).

Actuellement le chômage touche durement et cruellement la population française d'origine européenne. Cette population ne menace pas de mort ni les postiers et ni les agents d'EDF. Pourtant avec
l'augmentation des prix de la multinationale EDF (AREVA) on serait en droit d'être révolté.

Par contre les populations issues de l'immigration de peuplement, source de violences multiformes, ont le soutien du patronat (Anne Parisot : immigrationniste afin de casser les salaires et
soutenir une croissance [virtuelle]...), des firmes multinationales (Anne Lauvergeon : discrimination anti-blanc à l'embauche... Patronat du Cac 40...), des media vendus au capital
(pro-islamo-musulmans, comme TF1 chaîne du bétonage de cervelle disponible...), et des politicards aux ordres (ouvertement anti-démocratique : contre le référendum et la démocratie directe... Le
populisme ? Le Peuple ? Ramasis d'animaux pour les " élus "...).

La violence contre la France et les français à encore de beau jour devant elle avec les collabos de l'occupation.

BODUOGNAT

Notez : Le recel consiste à cacher ou conserver, en connaissance de cause, soit l’auteur d’une infraction, soit un objet ayant servi à commettre cette infraction, soit une chose obtenue par le
biais de celle-ci. Il peut notamment viser à soustraire une personne ou une chose aux investigations de la justice... Il ne fait aucun doute pour les moralistes (Droit) que le receleur est aussi,
sinon plus, coupable que l'auteur de l'infraction principale. Source Dictionnaire de Droit Criminel, professeur Jean-Paul DOUCET.