Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Excision : la Tunisie sur une bien mauvaise pente (par Joris Karl)

13 Mars 2013, 09:15am

Publié par Thomas Joly

excisionEn Tunisie, on entend des petites phrases plutôt inquiétantes. Dimanche, par exemple, dans le journal Le Maghreb, Habib Ellouze, un des membres du parti islamiste « modéré » Ennahda, a qualifié l’excision en Afrique… d’opération « esthétique ». C’est une façon de voir !

 

Certes, survivance des temps barbares, l’amputation des parties génitales a toujours existé. Sous l’Empire romain, des hommes se tranchaient les bourses en l’hommage de la grande déesse Cybèle et bien plus tard, en France, des médecins de la Belle Époque préconisaient l’ablation du clitoris pour « calmer les troubles nerveux » et combattre l’onanisme ! L’excision viendrait quant à elle de l’Égypte antique : en ce temps-là, on offrait les parties excisées au Nil sacré…

 

sorcier-africain.jpgL’objectif non avoué de cette punition suprême est aussi de priver la femme de plaisir. Si on tranchait aussi massivement les bijoux de famille de ces messieurs, la « communauté internationale » banderait bien plus fort (ses muscles) pour éradiquer l’atroce phénomène… Seulement voilà, ce sont des femmes, très souvent noires de surcroît, ça intéresse moins. Pourtant, cet acte de barbarie concernerait 130 millions de femmes dans le monde, essentiellement en Afrique mais aussi en Égypte, en Indonésie et dans les communautés immigrées en Occident.

 

Comment peut-on infliger une telle torture à des êtres humains ? Eh bien, ça commence comme un conte de fée mais la fin est plutôt gore. En France, les petites filles d’origine africaine sont nombreuses à pouvoir témoigner. Au début, il y a un prétexte : on va visiter la famille restée au pays. Les enfants se font une joie de passer les vacances loin des HLM. Là-bas, tout se passe bien… jusqu’au « jour J », comme nous l’explique une jeune femme victime à la fin des années 1990 : « Il y a quelque chose de bizarre dans l’air. On vous gâte, on est gentil avec vous. Mais les regards sont fuyants. Et puis soudain, on vous emmène dans une pièce, des mains de femmes puissantes, vos propres tantes, vous allongent sur une table, vous écartent vos petites cuisses… » Quelques secondes s’écoulent à peine et une lame de rasoir brille dans les yeux de la gamine. Dans ce cas, c’est sa propre grand-mère qui donne un coup bref comme l’éternité. Une douleur raz de marée. Un bout de chair qui tombe au sol. Des jouissances futures qui n’auront jamais lieu. Une vie de pondeuse pour horizon. Il faut que la tradition perdure.

 

http://www.courrier-picard.fr/var/plain_site/storage/images/actualites2/telex/tunisie-les-islamistes-au-pouvoir-appellent-a-manifester-a-tunis/8904345-1-fre-FR/Tunisie-les-islamistes-au-pouvoir-appellent-a-manifester-a-Tunis_reference.jpgPratique ignoble encore justifiée par ce député qui a du avaler un Coran de travers : « Dans les pays chauds, on transpire beaucoup et, en effectuant cette excision, la femme sent moins mauvais et ne risque pas d’être rejetée par l’homme. » Au pays de Bourguiba, le camp laïque s’insurge, par la voix de Nadia Chaabane, à la tribune de l’Assemblée constituante : « Il est inacceptable qu’un député valorise un crime contre la femme. » La Tunisie est sur une bien mauvaise pente…

 

Source

Commenter cet article