Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

États-Unis : elle tire sur le cambrioleur et... reçoit un soutien national !

9 Janvier 2012, 09:33am

Publié par Thomas Joly

 

Choc culturel pour les Français que nous sommes face à ce fait divers terrible :

 

"Allô 911 ? Je peux tirer sur quelqu'un ?". Voici en substance ce que Sarah McKinley a demandé à l'opérateur de la police au bout du fil avant de tuer d'un coup de feu Justin Martin, un homme qui était rentré chez elle par effraction armé d'un couteau de chasse.

 

sarah-mc-kinley.jpgSeule chez elle avec son enfant âgé de trois mois, dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier dernier, la jeune femme entend des intrus forcer sa porte. Elle appelle la police, s'enferme dans sa chambre qu'elle barricade avec un canapé, colle un biberon dans la bouche de son bébé pour qu'il ne fasse pas de bruit et se munit des deux armes de la maison : un fusil à pompe 18 millimètres et une arme de poing.

 

"J'ai deux armes dans la main - j'ai le droit de lui tirer dessus s'il franchit cette porte ?", demande-t-elle à l'opérateur. "Je ne peux pas vous dire ce que vous pouvez faire, mais faites ce que vous avez à faire pour protéger votre bébé", lui répond-on à l'autre bout du fil. Un échange enregistré dont des extraits ont été diffusés par les médias américains.

 

Quelques jours plus tôt, Sarah McKinley avait perdu son mari, atteint d'un cancer, et avait été importuné par ce même homme, qui avait sonné à porte en se présentant comme un voisin. La nuit du nouvel an, il s'est de nouveau présenté au domicile de la jeune veuve accompagné d'un complice qui a fui en entendant la détonation et s'est depuis rendu à la police.

 

défendons-nousD'après la police, la jeune mère était bien dans son droit, la loi de l'Oklahoma autorisant d'utiliser une arme mortelle sur quelqu'un qui s'introduit dans un domicile sans y avoir été invité.

 

Voilà qui est de nature à faire réfléchir les cambrioleurs et autres malfrats aux États-Unis. En France, la jeune mère aurait aussitôt été jetée en prison. Dans notre beau pays, il vaut mieux se laisser docilement écharper, avec ses enfants... Si le bébé avait été massacré on aurait fait une marche silencieuse, les politiques auraient récupéré l'évènement et les juges laissé les meurtriers se réinsérer au bout de quelques années... Pourquoi pas dans un internat comme celui de la jeune Agnès récemment violée et tuée par un récidiviste? Dans la vidéo ci-dessus la mère dit simplement: "j'ai attendu qu'il passe la porte et j'ai tiré. Que faire d'autre?" Son calme durant la conversation avec le standard du 911 est d'ailleurs impressionnant.

 

Aujourd'hui une petite frappe est morte ; une jeune maman, déjà éprouvée par la mort de son mari, a su protéger sa vie et celle de son nourrisson. Tout est bien qui finit bien. Si seulement les dirigeants français pouvaient en prendre de la graine ! Mais l'inversion systématique des valeurs dans notre pays fait qu'ici les innocents ont toujours tort.

 

Source

Commenter cet article