Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Entretien avec Christophe Devillers sur Médias Presse Info

5 Février 2014, 08:22am

Publié par Thomas Joly

http://medias-presse.info/wp-content/uploads/2014/01/l%C3%A9gislative2012.pngChristophe Devillers est délégué régional du Parti de la France en Franche-Comté.  Où en est le Parti de la France en Franche-Comté ? Que fera-t-il pour les municipales ? Quels sont les enjeux du parti pour 2014 ? Christophe Devillers a répondu à nos questions.

 

1) Christophe Devillers, vous êtes délégué régional du Parti de la France en Franche-Comté, depuis combien de temps le parti est-il implanté dans la région ?

Il faut tout d’abord rappeler que le Parti de la France a été crée en février 2009 par Carl LANG et plusieurs cadres « historiques » du Front national en rupture totale avec les orientations nouvelles de Marine Le Pen.

Il apparait d’ailleurs aux yeux d’un nombre grandissant de militants et d’électeurs patriotes que ces nouvelles orientations constituent une véritable trahison des idées jadis portées par le courant national.

christophe-devillersAprès avoir quitté le Mouvement Pour la France de Philippe de Villiers (pour lequel je garde une estime personnelle), j’ai adhéré au PdF fin 2009 et j’ai tout d’abord été nommé « porte-parole » pour la région avec comme principal objectif de dynamiser le mouvement et de constituer – puis de mener – une liste de rassemblement et d’union nationale aux élections régionales de mars 2010 qui avait rassemblé près de 2,5 % des voix sous la bannière de « la Ligue Comtoise, NON aux minarets ! »

 Aujourd’hui, nous ne pouvons pas encore parler véritablement d’implantation du PdF en Franche-Comté mais d’une simple représentation car nous manquons encore de moyens (principalement financiers) pour avoir une action politique véritablement efficace à l’échelle de toute la région.

 Nous avons toutefois pu ouvrir un blog régional (pdf-franchecomté.fr) qui nous permet d’occuper utilement l’important espace du net et de palier ainsi au manque d’accès criant à la presse locale. Lire la suite

Commenter cet article