Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Élection : le PS s’amuse (par Patrick Parment)

10 Octobre 2011, 12:12pm

Publié par Thomas Joly

primaire-socialiste-candidats.jpgLa démonétisation du président de la République a libéré les vocations à gauche qui, comme chacun sait, est nettement plus à l’aise dans le maniement des idées foireuses que dans l’exercice réaliste du pouvoir. Mitterrand, cette baderne à la francisque érigé depuis en icône, en est le meilleur exemple.

 

On n’est donc pas étonné de voir surgir comme des champignons après la pluie, des candidats à la présidentielle qui pointe son nez pour la bonne raison que la finalité de tout politicard est de s’emparer du pouvoir (quel qu’il soit d’ailleurs).

 

Et surtout, dirai-je, depuis que De Gaulle se soit drapé dans une constitution dont l’autoritarisme n’est plus à démontrer. Élu au suffrage universel, le président peut se permettre de tordre les institutions dans tous les sens. Avec Sarko, on est tombé dans la caricature.

 

Aubry flingueLa droite, qui n’a plus d’idées depuis 1945, dispose d’un personnel falot généralement formé à Sciences-Po ou à l’Ena. Ce qui vaut également pour une partie de la gauche dont l’archétype demeure l’instituteur barbu devenu prof ou le fonctionnaire versé dans le débat d’idées version CFDT.

 

Sur les cinq candidats en liste du PS on trouve trois énarques, un avocat et un prof. De la banalité des uns et des autres, seul émerge l’avocat Montebourg qui a jeté un regard réaliste sur l’état du monde et de l’Europe mais dont les solutions qu’il entend apporter sont malheureusement surréalistes.

 

hollande.jpgQue des socialistes débattent entre eux, quoi de plus normal. Mais que leur pseudo débat mobilise l’ensemble des médias et, de surcroît, que l’Etat mette ses infrastructures à sa disposition pour une élection bidon, marginale et n’intéressant qu’une étroite frange de la population, voici qui ne manquera pas de surprendre les contribuables que nous sommes.

 

Le plus drôle, c’est tout ce branle-bas de combat pour accoucher d’un énarque qui n’a rien d’original. Quel est le bilan de cette carpette de Hollande dont les compétences n’ont jamais dépassé celles d’un sous-préfet, qui a étouffé le parti socialiste pendant dix ans et qui, après une cure d’amaigrissement et un changement de gonzesse se présente comme le nouveau Zorro ! Pathétique, pathétique peuple de gauche tout aussi cocu que les mecs de cette droite en carton pâte où s’illustrent les Copé, Borloo, Juppé et consorts… Pauvre démocratie, usée jusqu’à la corde, défigurée et qui, aujourd’hui, tombe en miettes.

 

Source

Commenter cet article