Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Droits et devoirs de vacances

16 Juillet 2011, 10:07am

Publié par Thomas Joly

paris-plage.gifSi le réactionnaire n’a ni le temps, ni les moyens ni l’envie de fuir les progressistes (même l’été, il y a partout des mobilisations à la con pour des tas de causes à la con), plusieurs solutions s’offrent à lui pour passer des vacances agréables. La première des techniques consistant à regarder partir l’imbécile hilare avec sa bagnole surchargée, sa femme qui fait la gueule, ses mômes insupportables et sa valise d’anxiolytiques. Bien entendu, on peut opter pour les vacances studieuses à tendance zoologique, en privilégiant l’observation du progressiste dans son milieu surnaturel. Par exemple, en le regardant faire des pâtés de sable à Paris-Plage.

 

Si vous n’allez pas à Paris, Paris viendra à vous. On peut s’en convaincre sur la Côte d’Azur où des bambins viennent se ressourcer en y bolossant fraternellement les touristes qui croyaient échapper l’espace de quelques semaines à la richesse de la diversité.

 

danse-africaine-blancs.jpgOn peut encore échapper à la diversité, mais il est en revanche très compliqué d’échapper à l’irréalité progressiste, simplement pour se souvenir d’avant, et mesurer combien c’était mieux quand la France était la France. Malheureusement, les trous du cul sont comme toutes les minorités : visibles. Ils sont partout. Évidemment, il faut croiser les doigts pour ne pas tomber sur un rassemblement massif de crétins, comme une gay pride, une flash mob, un cercle de silence, un comité de soutien, un lâcher de ballons, une horde d’imbéciles à roulettes…

 

C’est ici qu’on comprend nos amis croyants, superstitieux ou mystiques : pas facile de rationaliser le spectacle d’une telle folie collective.

 

À l’approche des vacances, les progressistes mettent en effet les bouchées doubles : pas question que le rééduqué échappe trop longtemps à la doctrine et aux slogans du parti. Le progressiste se donne donc pour mission d’emmener ses illusions obligatoires partout, en sus de son indéboulonnable tête de con. Lire la suite

Commenter cet article