Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Divorces, familles monoparentales : l’absurdité du lobby homo

26 Janvier 2013, 12:31pm

Publié par Thomas Joly

Adoption HomoDepuis le début du débat sur le mariage pour tous les homosexuels et sur l’homoparentalité pour tous, un argument revient souvent dans les bouches manipulatrices des représentants du lobby homo : avec l’explosion des divorces et de la monoparentalité, les familles nucléaires n’existent plus, la société a évolué, on ne peut pas s’appuyer sur un modèle qui n’est plus généralisé. Dans leur argumentation par l’absurde, ils oublient une vérité importante : personne et surtout pas un parent seul ou un enfant de parents divorcés, ne vous dira qu’il souhaite que d’autres vivent la même situation. De la puissance rhétorique des idéologies totalitaires…


L’argument est bien ficelé : la famille a évolué, il faut s’adapter. Pire, certains comme Caroline Fourest ou Najat Belkacem considèrent que les manifestants de la Manif pour tous qui déclaraient qu’il faut un papa et une maman pour faire un enfant (déclaration éminemment homophobe) insultaient, d’une certaine manière, les familles monoparentales ou recomposées, en sous-entendant qu’elles seraient moins bonnes pour les enfants (encore une évidence qu’on a plus le droit d’énoncer sous peine d’être condamné par la police de la pensée).

 

Les partisans de l’homoparentalité pour tous se servent donc également de cet argument absurde comme d’une terrible arme de manipulation idéologique, de terrorisme intellectuel, comme un sujet de chantage affectif : personne n’a envie d’insulter les pauvres mères qui luttent pour élever au mieux leurs enfants toutes seules.

 

fourest-femen1C’est bien là que l’on touche du doigt la malhonnêteté et la manipulation. Aucune parent divorcé, ni aucun psy, ni aucun professeur, ni aucune personne censée, ne vous dira qu’il est bon pour l’enfant de vivre le divorce de ses parents. Tous vous avoueront les dommages immenses et les troubles causés à l’enfant par un divorce. On peut atténuer cette douleur en faisant les choses bien mais on ne peut éviter de meurtrir un enfant qui voit ses parents se séparer. Si les partisans du mariage pour tous arrivent encore à magouiller avec les études scientifiques sur l’homoparentalité qui reste un phénomène marginal, de nombreuses études incontestées ont démontré l’importance des dégâts psychologiques causés par un divorce à l’enfant.

 

De la même manière, il n’est pas de parent seul qui vous dira comme il est facile pour lui d’élever un enfant seul, ni que les enfants ne ressentent pas le manque d’un deuxième parent. Le mieux pour un enfant est d’avoir deux parents, seuls quelques idéologues fous à lier (Caroline Fourest) vous diront le contraire.

 

Les familles recomposées et monoparentales existent, les parents font souvent pour le mieux face à ces situations, mais tous admettront que leur situation n’est pas idéale pour un enfant. Dans le cadre de l’adoption, l’enfant a déjà subi le traumatisme d’être séparé de ses parents, les autorités doivent donc faire en sorte qu’il soit accueilli dans le cadre le plus sécurisant et stable possible. De ma même manière, il est tout aussi scandaleux (voire pire) d’autoriser les personnes célibataires à adopter.

 

Famille_monoparentale.jpgParce que ces cas existent et sont fréquents, on devrait les légaliser, les généraliser et en faire une généralité ? C’est débile ! Au contraire, on connait les dégâts, faut tout faire pour éviter ça !

 

Malheureusement, à cause de la destruction progressive de la famille nucléaire, il existe de plus en plus d’enfants malheureux et déséquilibrés (voir la hausse des fréquentations des pédopsychiatres et de consommation des antidépresseurs). Il serait criminel de faire en sorte d’institutionnaliser, de banaliser et d’augmenter ce phénomène.

 

C’est comme si on disait que les viols font partie de notre société qu’ils existent et on toujours existé, que des tas de femmes vivent avec ça et que du coup il faudrait faire en sorte de légaliser le viol, voire de le généraliser en l’institutionnalisant dans les écoles… Et que ceux qui ne sont pas d’accord insultent, par leur désapprobation de cette normalisation du viol, les femmes violées en sous entendant qu’elles sont de sous citoyens.

 

La république kafkaïenne, c’est maintenant !

 

Source

Commenter cet article