Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Discriminer c'est choisir (par Pierre Descaves)

21 Octobre 2009, 07:38am

Publié par Thomas Joly

Je ne comprends pas la passivité de notre peuple devant les ukases d'une classe politico-médiatique qui, ayant perdu tous ses repères moraux, tente d'obliger le combatif coq gaulois à devenir un doux agneau qui se fera dévorer par tous les prédateurs ayant envahi notre territoire.

 

Je le dis bien haut et bien fort, je suis, totalement et définitivement, favorable à la discrimination, c'est-à-dire à ma liberté de choix que me garantit la Constitution de notre République.

 

Et cette liberté n'est pas nouvelle puisqu'elle remonte au 26 Août 1789, lorsque fut votée "la déclaration des droits de l'homme et du citoyen".

 

L'article 1 est formel "la liberté" est l'un des quatre droits "naturels et imprescriptibles de l'homme". Le second qui importe en la matière est "la résistance à l'oppression".

 

L'article 5 précise d'ailleurs que "la loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société."

 

Alors oui, je revendique ce droit constitutionnel de librement choisir avec qui je veux travailler et avec qui, au contraire, je ne le veux pas.

 

Je revendique le droit de loger qui je veux si je suis propriétaire et de refuser ceux qui ne me conviennent pas.

 

Si je suis adepte d'une religion, je revendique le droit de donner la préférence à mes corréligionnaires ainsi que le font les juifs ou les musulmans.

 

J'ai parfaitement le droit de préférer travailler avec des citoyens français parlant ma langue, ayant ma culture et respectant le même droit civil que moi.

 

Ce n'est tout de même pas parce qu'une caste politique apeurée, pleutre, et hélas, bien trop souvent corrompue, a voté des lois anticonstitutionnelles que le peuple doit renoncer à sa liberté.

 

Le fait que ce soit sous la pression des aboyeurs professionnels, qu'ils soient ceux des médias ou des lobbies, ne change rien au problème.

 

La liberté nous est, par étape, supprimée dans des domaines, de plus en plus nombreux et qui touchent nos choix de vie en société.

 

Je dénie à ces pseudos représentants du peuple le droit de me priver de ce droit essentiel qu'est ma liberté et s'il le faut je ferai appel de ce droit encore non contesté de "la résistance à l'oppression".

 

A tous ceux qui ont encore le respect de nos droits constitutionnels, je fais appel pour organiser cette résistance essentielle.

 

Source

Commenter cet article