Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Des "petits blancs", rien que de pauvres blancs (par Jean-Claude Rolinat )

19 Décembre 2009, 09:53am

Publié par Thomas Joly

Rolinat.JPGIls sont trois, la mère, le père et le fils, et le Saint Esprit ne semble pas être avec eux…

 

Cette pauvre Trinité croupit dans le froid au cœur de l’hiver. Sur les berges d’un coude de la Seine en amont de Montereau, une tente toute rafistolée les abrite tant bien que mal des morsures du froid. Un maigre tapis de sol, des couvertures, un réchaud à gaz et un vélomoteur constituent toute leur richesse. Un poste de radio crache quelques notes de musique et SDF-dessin.jpgdonne à la scène une étrange et surréaliste tonalité. Le fils est au chômage, la mère n’a jamais ou peu travaillé,-elle aimerait faire des ménages-, quant au père chômeur lui aussi, il attend la retraite… Pour eux pas de caméras de télévision, pas de SAMU social, de l’indifférence seulement. Et pas un sentiment de révolte, seulement une triste résignation. Comme j’aimerais que les « grandes consciences » de la gauche friquée soient là, n’est-ce pas Monsieur Bernard-Henri Levy, Madame Josiane Balasko, n’est-il pas Madame Carla Bruni ? Que peut faire le maire d’un petit village de 350 âmes en pareil cas ? Offrir un colis-cadeau de Noël comme pour les anciens de la commune, proposer une bâche en cas de forte chute de neige… Il n’y a même plus une grange de disponible pas plus qu’un budget conséquent prévu pour des indigents que le hasard a poussé sur cet ancien chemin de halage…On le voit, pas grand-chose, si ce n’est d’appeler au secours la préfecture départementale qui a, elle, les moyens logistiques d’agir. En voyant ces gens-là, je ne pouvais m’empêcher de penser à un hôtel deux étoiles d’Evreux (27) où des Africains, sacs de provisions bien remplis, regagnaient leurs chambres confortables sans doute payées par le contribuable, dans l’attente d’une décision de l’OFPRA les concernant.

 

Et tandis que la grosse Bertha des médias pleurniche sur une poignée d’Afghans expulsés(1), trois pauvres hères poursuivent leur misérable quotidien. Après tout on s’en fout, ce ne sont que de pauvres SDF Français !

 

(1) On s’étonnera à juste titre que de jeunes gaillards désertent leur pays en guerre, alors que la France y envoie ses soldats exposer leur vie. Comprenne qui pourra !

 

Source

Commenter cet article