Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Débat Thomas Joly/Jean Robin animé par Franck Abed - Partie 2 : le mondialisme

21 Mars 2011, 08:01am

Publié par Thomas Joly

 

Commenter cet article

Jean rabin 21/03/2011 11:14


Jean Robin est un juif sioniste arrogant, capitaliste et mondialiste. Voilà tout...


Boduognat 21/03/2011 11:08


Monsieur ROBIN est affligeant. Un bon bourgeois moderne : « C’est un type, c’est une résultante, c’est l’arrière-petit fruit de la grande Révolution, avec toute la faiblesse de l’esprit fort et
tout le jésuitisme du libre penseur ; c’est le parvenu diplômé et le lampion de la liberté autoritaire, de l’égalité ambitieuse et de la fraternité égoïste. » Maurice DONNAY.

Les Nations manipulées par des groupes d’intérêts politico-économiques ou financiers serait une fiction pour Monsieur ROBIN. La caste économique a asservi l’Etat. Depuis deux cents ans, l’évolution
des sociétés modernes a consisté principalement :

1. dans la montée au pouvoir de la bourgeoisie et dans l’effondrement des valeurs aristocratiques (exemple : l’homme passe avant la vie, d’où sa valeur…) ;

2. et corrélativement, dans l’affaiblissement progressif de l’autorité autonome de l’Etat – incarnation historique de la communauté populaire – au profit de la puissance sociale des maîtres de
l’économie et des media. Exemple : La Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 imposant que l’Etat passe désormais par des banques privées. Résultat : la dette de la France est de 1 591,6 milliards d'euros
(82,9 % du PIB) à la fin de deuxième trimestre 2010 ; et elle courre, elle courre, pour le bonheur des actionnaires privés.

L’exemple des caissières est délirant : « robotisable », « délocalisable » et cinisme du monstre froid, celui qui connaît le prix de chaque chose mais pas leur valeur. Contradiction et mauvaise
foi. Tout ce rapporte à son nombril libéral, d’ex-manuel plein de ressentiment. Prêt à mettre 80 % de la population au chômage afin de robotiser ou de délocaliser les tâches ingrates à ses yeux…
Avec ses œillères, un disciple d’Attali et un lecteur de BHL ?

Le travail est source de revenu. Il n’y a donc pas de travail impur (Taref dans la Thora), sauf pour les « racistes sociaux », ceux qui ont dévalorisé le travail manuel sur un plan humain et social
pour justifier la baisse des salaires et imposer leur dictature par une peur impersonnel et totale de ne plus appartenir à cette « bienveillante » société de consommation et du spectacle.

L’exemple des chaussures : chaussure plus abordable contre faute de cordonniers il n’y a plus de chaussures de qualité. Une paire de chaussures ressemelables durera 3 à 5 ans pour 100 euros.
Combien de chaussures made in China pour la même durée ? Une paire à 20 euro pour 6 mois, donc un coût de 120 à 200 euro sur 3 ou 5 ans… Voler ou endetter les « humbles » est devenu un sport
mondial de la racaille économique. La consommation c’est la destruction de toutes choses pas la conservation (écologique et donnant de l’ouvrage de réparation…). Monsieur ROBIN est chef
d’entreprise et mondialiste !

« Nous finirons par où les sauvages commencent. Nous avons redécouvert l’art perdu d’affamer les non-combattants, de brûler les huttes et d’emmener les vaincus en esclavage. Qu’avons-nous besoin
d’invasions barbares ? Nous sommes nos propres Huns. » Bertrand de Jouvenel, économiste néo-libéral, de son livre Du Pouvoir, 1945. La démocratie est l’art de minorités politico-économiques
parasites d’asservir la majorité quitte à la détruire.

Monsieur ROBIN est assurément un pur produit du mai 68 de Cohn Bendit, vert et une plume dans l’anus comme un poulet industriel. Ne me pardonnez pas, je suis d’extrême droite.

BUDUOGNAT