Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Compiègne : la reine du muguet 2011 est une Africaine

22 Mars 2011, 08:21am

Publié par Thomas Joly

barume-vanessa-reine-du-muguet-2011.jpg

Il fallait bien qu'un jour le jury élisant la "reine du muguet" se soumette au cosmopolitisme ambiant et à l'ethnomasochisme de rigueur. C'est fait depuis le week-end dernier puisqu'une Congolaise de 20 ans a remporté cette élection, comblant presse locale et observateurs avisés qui savourent avec gourmandise cette première. Vanessa Barume sera évidemment la vedette du traditionnel défilé du 1er mai dans la cité impériale. On attend avec impatience une Jeanne d'Arc gabonaise ou burkinabée pour adapter à la France multiculturelle et multiraciale les fêtes compiégnoises du même nom...

Commenter cet article

HB 23/03/2011 13:20


DU MUGUET AUX LAURIERS – que pauvreté d’esprit.

MC Solaar, chanteur de rap américanophile, né à Dakar au Sénégal a salué, le dimanche 20 mars, à Athènes, l’actualité et l’universalité de la langue française dans le monde, « de Proudhon ( ???) à
Hugo » dixit le poète de grande surface, après avoir remis des prix à des lycéens grecs.

Ses textes sont le fruit d'inspirations diverses allant de Serge Gainsbourg, en passant par les musiques africaines (ivoiriennes, maliennes,tchadiennes) sans oublier les classiques noirs américains
(Jazz et Rap US) – (source Wikipedia).

Le francophone Claude M'Barali, « s’est dit surtout marqué par une classe de jeunes Grecs vivant à la frontière avec la Turquie qui, en quelques phrases “exceptionnelles” selon lui, ont décrit leur
quotidien et leur solidarité avec les centaines de réfugiés sans papiers qu’ils voient passer chaque jour dans leur ville en provenance de la frontière greco-turque, devenue la principale porte
d’entrée dans l’Union européenne » (source AFP).

Nous parlons bien de la Grèce mise en faillite par le système libéral et martyrisée sous l’empire Ottoman ? « Quand vient l'heure de l'adversité, tous deviennent courageux contre celui qui tombe. »
George Gordon, Lord Byron, poète européen et résistant à l’Ottoman.

Rapport avec la langue française, zéro, pour la propagande, 20/20.

Ainsi la richesse des mots et des rimes ne remplacera jamais l'esprit.

HB


Boduognat 23/03/2011 12:17


SUITE

affirmant rester « très attaché à Jean-Luc Lagardère et Vincent Bolloré ». Marqué par les seize années passées à la tête de la Banque Rothschild, terminées en queue de poisson ­ son éviction
brutale par l'actionnaire ­, il était depuis lors réticent à accepter des postes le plaçant en première ligne. (L’Express).

Mais les temps changent, le capitalisme français se fait beaucoup moins étatique que par le passé. « On ne peut pas imaginer un plus mauvais actionnaire que l'Etat, il y a une espèce de fatalité,
estime-t-il. Le seul miracle, c'est Renault, peut-être parce que ses dirigeants, à l'instar de Pierre Dreyfus, ont su dire non. » Son conseil à ceux qui dirigent : être possédé du doute
nietzschéen, celui qui fait bouger, qui empêche de croire dans les idées reçues... (L’Express).

Il est président de l'association Club des Vigilants. Le Club des Vigilants a été constitué le 7 décembre 1999 sous l'égide de Bernard Esambert qui le préside. Association régie par la loi de 1901,
le Club des Vigilants s'efforce de détecter les grandes tendances socio-économiques susceptibles d'influer sur l'avenir de nos sociétés en interaction croissante.

Ses fondateurs sont partis d’un premier principe : « nul ne peut prédire l’avenir mais quiconque se mure dans toute spécialité est souvent sûr de se tromper ».

Le club propose à ses membres, des rencontres autour de thématiques d'actualité ou de prospective, la participation à des groupes de travail et de réflexion ou encore des publications.

Selon l’expression de son fondateur Marc Ullmann : « Si un scientifique répond à un financier, un financier à un agriculteur, un Chinois à un Français, tant mieux ! Les boussoles d’aujourd’hui
doivent avoir plusieurs Nord » (sic) – il ne faut plus s’étonner de l’irresponsabilité et de l’incompétence générale en France et en Europe, un capitaine n’ayant qu’un et unique cap (Destin) pour
la communauté… C’est l’aveu d’impuissance de maîtriser ou l’application du chaos constructif qui met les Peuples de la planète à la merci de la racaille…

Qui trouve t-on dans ce club ?

François de Closets journaliste à TFI et France 2.

Jean-François Kahn, journaliste, écrivain, rédacteur en chef de Marianne.

Claude Guéant, Secrétaire général de l'Élysée, sous Sarkozy Ier.

Jacques Attali, gourou de la chaîne Public Sénat, ancien conseiller de François Mitterrand et président de la Commission de libération de la croissance. Président de PlanetFinance.

Jean-Christophe Le Duigou, Secrétaire Confédéral de la CGT.

Pierre Bellanger, Président fondateur de Skyrock, est un entrepreneur des médias et de l’Internet.

Mohamed Arkoun, éminent Professeur à la Sorbonne, spécialiste de l’Islam.

L'écologiste Corinne Lepage, fondatrice et Présidente de CAP 21.

Jacques Andréani, ancien Ambassadeur de France à Washington.

Wolfgang Michalski, ancien Directeur de l'Unité Consultative auprès du Secrétaire Général de l’OCDE et actuellement consultant pour plusieurs gouvernements et grandes entreprises
multinationales.

Jean-Christophe Rufin, Président d'Action contre la faim.

Bertrand Collomb, président du groupe Lafarge.

Bernard Kouchner, co-fondateur de Médecins sans frontières et fondateur de Médecins Du Monde, ancien Ministre.

Nicole Notat, ancienne Secrétaire Générale de la CFDT, a fondé et dirige Vigéo, agence de notation sociale et environnementale.

Xavier Emmanuelli, Président et fondateur du Samu social de Paris.

Claude Bébéar, Président du Conseil de Surveillance du groupe AXA.

Marc Gentilini, Président de la Croix-Rouge française.

Jean-Claude Trichet, Gouverneur de la Banque de France.

Tarik Krim et Loïc Le Meur, créateurs de start-ups.

Jacques Delors, ancien Président de la Commission des Communautés Européennes.

Jean Peyrelevade, Président du Crédit lyonnais

Christophe de Margerie, Directeur Général Adjoint de Total Fina.

Roger Fauroux, Président d'honneur de Saint-Gobain et ancien Ministre de l'industrie.
ministère des finances (1956-1960), directeur puis président-directeur général du Groupe Saint-Gobain (1961-1986). Ministre de l'industrie, du commerce extérieur et de l'aménagement du territoire
(1988-1991) dans le gouvernement de Michel Rocard.
Il consacre ensuite son temps à ses mandats d'administrateur de société et à la rédaction de différents rapports commandés par les autorités politiques : Pour l'École (juillet 1996) et La lutte
contre les discriminations ethniques dans le domaine de l'emploi (septembre 2005). « Roger Fauroux, veilleur des grandes causes sociales. » Dixit la Croix.

Nota, par la société Lambert Frères et Compagnie, aujourd’hui Placoplatre, filiale française de Saint-Gobain, le millionnaire Lepen en est actionnaire testamentaire.

La Fête du 1 mai 2011, et du Muguet, marquera le triomphe des ultralibéraux et de leurs collabos de l’ignoble (Verts, PC, associations anti-français...). Ce n’est donc pas un hasard, mais bien la
volonté réfléchie de génocider les Peuples européens au nom du fric roi, égoïste et corrupteur, d’inféoder la population indigène blanche à des chefs de bande étrangère de culture musulmane. On
s’attaque d’abord à la culture puis au travail. La misère dans l’emploi et le quotidien par discrimination dite « positive » ne vise que les blancs.

Travailleurs blancs de Compiègne la Fête du 1er mai est votre enterrement et le muguet votre oraison funèbre. Vanessa BARUME en est le symbole congolais vivant et disgracieux pour nous autres de
culture gréco-romaine, cependant elle n’est qu’une marionnette. Quel est le dénominateur commun de Pompidou à Esembert ? La Banque Rothschild. Banque qui finança les canons de Napoléon et ceux d’en
face, entre autres… Lorsque Nadine de Rothschild aura tué tous les cerfs de la forêt de Compiègne, elle se retournera sur le « mâle blanc » de Lauvergeon (AREVA).

BOBUOGNAT


Boduognat 23/03/2011 11:46


LE BRIN DE MUGUET QUI CACHE LE BAOBAB OU BLANCHE NEIGE AU BAL DES NAINS – YA’BON POUR VOUS ! … DES JEUX ET DU KEBAB ! LA RESISTANCE PATRIOTIQUE FACE AU GENOCIDE DE NOS CULTURES ET DU PEUPLE
EUROPEEN.

Ainsi une congolaise est devenu reine du Muguet à Compiègne.

L’année dernière déjà Madame Baudoin-Guyot, conseillère municipale déléguée chargée des fêtes et de l’animation, et déléguée pour le quartier "Royallieu-Village", avait prévenu en 2010 : «
Aujourd'hui, la taille minimum demandée est de 1,68 m, de manière à entrer dans les critères du comité Miss France. Cela est utile quand la demoiselle a envie de poursuivre dans le mannequinat ou
dans d'autres élections. Mais, est-ce nécessaire pour devenir Reine du muguet ? … Nous, on propose une élection compiégnoise. À nous de fixer nos règles. Rien n'oblige à ce que la représentante de
Compiègne fasse 1,68 m. … Cette image de princesse, c'est ce qui fait rêver les petites filles, on ne peut pas revenir dessus. En revanche, rien ne nous empêche de lui donner une image plus
moderne, un peu dépoussiérée. » (Courrier Picard 23 Février 2010).

Notez, il faut dépoussiérer les « gueules de craies », très élégant. La discrimination « positive » à l’œuvre par les nantis du système libérale qui pour continuer à se torcher les fesses avec de
la soie (de Chine) sont prêts à toutes les trahisons et magouilles. Nivellement par le bas.

Pour ceux qui ne connaisse pas Compiègne, Royallieu-Village, est un quartier au sud ou l’homme blanc voit sa voiture brûler régulièrement… Une miss pour marchander la paix ?

L’élection n’était elle pas jouée d’avance ? Les Eva OURADJ, Korka DIA, Najla RADDOUI, avaient elles une chance sur Vanessa BARUME sponsorisé par l’association Pompidou Université ? (Notez que les
quatre indigènes de la ripoublique du fric représentant 33 % des candidates).

L’association Pompidou Université créée le 27 mai 1989 et reconnue d'utilité publique (???) par décret du 23 mars 1993, réunit principalement des personnalités qui ont apporté leur collaboration à
l'ancien Président, avec le soutien d'universitaires et de chercheurs.

George Pompidou agrégé de lettres, maître des requêtes honoraire au Conseil d'État et ancien directeur général de la Banque Rothschild, il occupe, durant la présidence de Charles de Gaulle, les
fonctions de Premier ministre du 14 avril 1962 au 10 juillet 1968, ce qui constitue à ce jour un record de durée à ce poste. Il est ensuite le 19e président de la République française du 20 juin
1969 à sa mort en 1974.

Il fut l’un des promoteurs de l’ultra-libéralisme qui gangrène aujourd’hui la société française : chômage, paupérisation, empoisonnement massif par les produits chimiques… et apôtre de la modernité
68arde que symbolise Beaubourg, type incinérateur de déchets. « Quand la merde vaudra de l'or, le cul des pauvres ne leur appartiendra plus. » Henry Miller.

A Pompidou est également associé : Valéry Giscard d'Estaing (Inspecteur des finances de profession), Balladur (ministre de l'Économie, des Finances et de la Privatisation dans le gouvernement
Jacques Chirac II, de 1986 à 1988. Chirac (surnommé « mon bulldozer » par Pompidou)… Ainsi que Philippe Marini, Sénateur-Maire de Compiègne, depuis 1987.

Monsieur Marini : inspecteur des finances en retraite : directeur des services financiers du Commissariat à l'énergie atomique (1982-1989). Membre du directoire de la banque Arjil de 1989 à 1994,
il est l'auteur en 2008 en tant que rapporteur de la commission des Finances du Sénat, de deux propositions très controversées : l'une visant à autoriser les particuliers à déduire de leur revenu
imposable les pertes boursières issues de la crise financière de fin 2008 mais que finalement devant l'hostilité gouvernementale il retirera ; la seconde sur une taxation des échanges entre
particuliers sur Internet.

L’affaire de l'hippodrome de Compiègne, la vente d’une parcelle de la forêt de Compiègne organisée par Eric Woerth symbolise le pillage de cette Ville qui fut résidence royale et impériale, par les
oligarques de l’ex RPR et de l’UMP. Monsieur Marini n’a jamais été mis en cause, étrangement.

Membre du directoire de la banque Arjil. ARJIL et Associés Banque, banque d'affaires industrielle, exerce des activités de conseils en fusions & acquisitions, financements structurés et
accompagne les entreprises de la nouvelle économie. ARJIL utilise au profit de ses clients une connaissance pointue des cercles d'affaires et financiers dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest
et de l'Est.

Vous comprendrez que la fusions & acquisitions font des entreprises internationales des centres de pouvoirs plus puissants, voir plus riches, que les Etats nationaux. Les coûts sont laissés à
la population : restructurations/délocalisations égale chômage égale baisse des salaires égal baisse du pouvoir d’achat. On ne s'étonnera donc pas que lors de la Crise de 2009 les Etats corrompus
ont aidé les banques.

Et que trouve t-on d’autre à la banque ARJIL ? Eh bien le roi du cumul présidentiel et de tous les dossiers « chauds », une éminence grise, Monsieur Bernard Esambert, dont la profession est bien
entendu banquier d'affaires. « Je suis président de tout ce qui est présidentiable ! » : dixit dans un interview de Hedwige Chevrillon journaliste à l’Express et publié le 29/05/1997.

Polytechnicien (1954) et ingénieur du corps des mines, il occupe différents postes au Ministère de l'Industrie puis rejoint le Cabinet de Georges Pompidou, alors premier ministre (1967-1968), puis
celui de Maurice Couve de Murville (1968-1969) et enfin, à nouveau, celui de Pompidou devenu entre temps président de la République (1969-1974).

En 1974, il entre au Crédit Lyonnais qu'il quitte en 1977 pour le poste de Président - Directeur Général de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild (1977-1993) tout en exerçant celle de
SOFIREC (1982-1993) en même temps que celle de Président du Directoire de la Compagnie Financière Holding.

Il participe à la conférence Bilderberg de Bad Aachen les 18,19 et 20 avril 1980 au côté d'Ernest-Antoine Seillière.

Bernard Esambert, membre du collège de l'AMF (depuis 1996), co-préside Bolloré Technologies (1993-1994) et les Conseils de surveillance de Lagardère-Groupe, Arjil (1995-2004), Biomérieux-Pierre
Fabre, Devoteam, l'Institut de l'Entreprise. Il a présidé SCAC Delmas Vieljeux de 1993 à 1994.

Il préside aussi la Fondation Française pour la Recherche sur l'Epilepsie et la Fédération pour la recherche sur le cerveau. Il a également présidé de 1985 à 1993 le conseil d'administration de
l'Ecole Polytechnique, de 1993 à 1994 la commission du développement durable auprès du Premier ministre en même temps que la société , de 1994 à 1997 l'Institut Pasteur, le Centre Français du
Commerce Extérieur (1998-2000), l'AGEM (1989-1998).

Il est président de l'association Club des Vigilants depuis sa création en 2004, de la Fondation française de recherche sur l'épilepsie (depuis 1991), de la Fédération pour la recherche sur le
cerveau (depuis 1999) et de l'Association X-Résistance depuis 2006.

Dans son bureau aux allures de chambre d'hôtel, sous les combles de la Banque Arjil, à deux pas de l'Elysée, Bernard Esambert s'amuse, un rien espiègle, de sa carte de visite. Président,
conseiller, éminence grise... Qu'il s'agisse de se refaire une virginité ou d'accéder à son carnet d'adresses, cet homme de 62 ans est très recherché. L'ancien conseiller industriel de Pompidou est
une banque d'affaires à lui tout seul. (L’Express).

La privatisation de Thomson ? Confident et conseiller du patron de Matra depuis 1967, il est le sage du quatuor qui défend les couleurs de Lagardère. La prise de contrôle du Groupe Rivaud par
Bolloré ? Bernard Esambert avait déjà connu Vincent Bolloré alors qu'il n'était qu'un jeune homme de bonne famille travaillant à la Compagnie financière Edmond de Rothschild. Surtout, il l'a
épaulé, prenant même les rênes du groupe, pour digérer les acquisitions des années 80. Enfin, quand le Groupe Hersant traverse une passe difficile après la mort de son fondateur, il épaule Yves de
Chaisemartin, le nouveau patron, dans une drastique restructuration financière. Quand l'exercice devient acrobatique, il prend du recul. En 1993, par exemple, il demande à Jean-Luc Lagardère un
congé sabbatique pour diriger le Groupe Bolloré. (L’Express).

« J'ai à peu près dix-huit mi-temps, mais là j'atteins la saturation », confesse-t-il. C'est pourtant à regret qu'il doit quitter la présidence de l'Institut Pasteur, après trois mandats
successifs. A l'entendre, l'art contemporain et la médecine suffiraient à remplir son emploi du temps. Seulement, cet homme est incapable de dire non. La présidence du cercle d'amitié
franco-marocaine ? Il accepte, même si son seul lien avec le Maroc est d'avoir failli mourir d'une péritonite à Marrakech, sauvé in extremis par sa femme, médecin ! (L’Express).

Mais celui qui fut le premier à parler de mondialisation, dès 1977, dans son livre Le Troisième conflit mondial est aujourd'hui un peu à l'étroit dans son habit de conseiller. Il échangerait bien
ses multiples fonctions pour un seul mandat. « Je poulidorise », sourit Bernard Esambert, avec une pointe d'impatience. Plutôt que de mettre ses talents au service des autres, il se verrait bien à
la tête d'un grand groupe, affi