Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Claude Guéant nous prend-il pour des imbéciles ? (par Dominique Jamet)

3 Mai 2013, 07:17am

Publié par Thomas Joly

http://www.impots-economie.com/images-impots-economie/2012/02/claude-gueant-trafic-cartes-grises.jpgOn se souvient peut-être encore des dix millions de francs, en liquide, qui avaient mystérieusement abondé le compte de campagne d’Édouard Balladur lors de sa malheureuse candidature à l’élection présidentielle de 1995. L’entourage du Premier ministre n’avait eu aucun mal à en expliquer l’origine : il s’agissait du produit des quêtes que des militants dévoués avaient collecté auprès des spectateurs électrisés par les discours de leur idole. Quant aux quelques millions qui, à la même époque, avaient rempli les caisses du Parti républicain alors dirigé par François Léotard, cette manne miraculeuse provenait tout simplement des fonds secrets mis à la disposition du gouvernement. Est-ce un conte bleu du même acabit que nous aurait servi l’autre soir à la télévision M. Claude Guéant, tout en onction, en sourires confits et en regards adressés au ciel ?

 

corruption 1S’il faut en croire l’ancien homme de confiance, puis ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy, deux marines d’un petit maître hollandais du XVIIe (dont le nom, à vrai dire compliqué – Andries van Eertvelt – lui avait échappé dans un premier temps) qui faisaient le plus bel ornement de ses collections privées, avaient attiré l’attention d’un ami avocat titulaire, comme vous, moi et M. Cahuzac, d’un compte en banque malaisien. Ce généreux amateur, apparemment meilleur connaisseur de l’art que du marché, n’avait pas hésité à acquérir les deux toiles pour un prix entre une fois et six fois plus élevé que la cote du peintre. Quand on aime, on ne compte pas, c’est bien connu. Et c’est ainsi que M. Guéant s’était défait de deux œuvres pourtant chères à son cœur pour la modique somme de 500.000 euros. Rien de plus banal ni de plus transparent, comme on voit, et c’est soit par pure distraction, soit par ignorance de la loi que l’heureux bénéficiaire de cette transaction avait négligé d’en informer le fisc, tout comme il n’avait pas cru devoir déclarer les primes de cabinet qu’il aurait perçues à la même époque, en toute illégalité.

 

http://images.doctissimo.fr/1/divers/jeux/photo/hd/4871076487/2150478f8b/jeux-menteur-big.jpgOn ne peut en tout cas que s’incliner devant le savoir-faire d’un homme à ce point discret et doué pour le commerce qu’il n’a même pas besoin de faire la moindre publicité ou de recourir à un intermédiaire professionnel pour réaliser une vente à de si avantageuses conditions. Plutôt que de se fourvoyer dans la politique, M. Guéant aurait dû se faire brocanteur, antiquaire, galeriste… ou marchand de fables.

 

Source

Commenter cet article