Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Chômage : et on continue de recevoir des immigrés ! (par Robert Ménard)

26 Avril 2013, 07:42am

Publié par Thomas Joly

http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2012/08/P%C3%B4le-emploi.jpgIl n’y a jamais eu autant de chômeurs en France. Un record absolu. Chaque jour, plus de mille personnes vont s’inscrire à Pôle emploi. Aujourd’hui, ils sont plus de 3,2 millions à n’avoir aucun travail. Et peu de perspective d’en trouver…

 

Depuis la Chine, où il est en voyage officiel, François Hollande a fait savoir qu’il n’oubliait pas les demandeurs d’emploi, qu’il était même là-bas tout exprès pour remplir les carnets de commandes des entreprises françaises et donc, par conséquent, trouver des jobs à ses compatriotes. Sûr que ces derniers seront sensibles à cette attention.

 

hollande1Et puis, pas de panique, le chef de l’État le dit et le redit : il faut seulement, il faut juste prendre notre mal en patience. La « boîte à outils » est mise en place, encore quelques mois et la fameuse courbe du chômage va s’inverser. Les ouvriers des hauts-fourneaux de Florange ont tort de lui reprocher ses promesses non tenues. Tout n’est qu’affaire de temps.

 

Et pendant ce temps, justement, on continue à accueillir, à recevoir des dizaines de milliers d’immigrés. Qui viennent fragiliser ceux qui ont la chance d’avoir du boulot, qui viennent concurrencer ceux qui veulent en trouver ou en retrouver un. Mais cela, il ne faut pas le dire. Trop simpliste, bien sûr. Mais surtout, pas convenable.

 

CAFComme il n’est pas convenable de s’interroger sur les rapports entre immigration et délinquance. Comme il n’est pas convenable de dire tout haut ce qui se dit partout sauf, c’est vrai, dans nos cercles dirigeants et parmi nos élites : il faut mettre un coup d’arrêt à l’immigration.

 

Notre pays est en crise. Il ne peut pas, il ne peut plus se permettre d’ouvrir ses frontières à des hommes et des femmes à qui l’on ne saurait reprocher de tout faire pour fuir la misère de leur pays. C’est le bon sens même. Combien de chômeurs supplémentaires faudra-t-il pour que nos gouvernants en prennent acte ?

 

Source

Commenter cet article