Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Ce qu’ils ont encore, ce que nous n’avons plus (par Philippe Régniez)

22 Février 2011, 10:16am

Publié par Thomas Joly

revolution-jasmin-Tunisie-armee-fraternisationLe monde occidental pour le moins, observe comme un gigantesque troupeau de bovidés les événements qui se déroulent dans le bassin méditerranéen, et dans le monde musulman at large. Les journalistes et les politiques, si prompts à prendre la parole et à donner leur avis sur tout et n’importe quoi, comme le temps qu’il fait et qu’il fera, sont bien silencieux. Ils regardent… le spectacle serait-il un match de football, mais combien y a-t-il d’équipes sur le terrain, et d’arbitres ? On s’y perd, ou, comme le disait la célèbre chanson : « on nous cache tout, on nous dit rien ».

 

Les populations concernées semblent prêtes à tout, à courir au sacrifice suprême, elles veulent renverser les pouvoirs en place… mais pour les remplacer par quoi ? Cela, on ne le dit pas… C’est le mystère contenu dans la boule de cristal. Des démocraties ? Non, impossible de faire passer cette pilule après les échecs cuisants aujourd’hui démontrés. Un pouvoir militaire, transitoire ou non, qui jouerait les fusibles pour répondre aux besoins des princes de l’usure ? On ne rencontre pas tous les jours des « hommes de la situation », des Saddam Hussein, des grands dictateurs… Mais que veulent donc ces peuples exacerbés ?

 

Un accès au mode de vie occidental, à la consommation effrénée, à la « liberté » chérie ? Ceux qui font partie des classes moyennes, et qui vivent des rêves qui leur sont propres, paraissent en grand nombre tenter de fuir les insurrections vers l’Europe. Alors quoi ?

 

islamistes integristesEh bien, on peut gager raisonnablement qu’ils veulent un régime religieux, un régime basé sur les principes de leur foi, cela, tout cela, et rien d’autre.

 

Et c’est bien cela qui fait la différence entre ces peuples perclus de foi au point d’en souffrir – nous ne discuterons pas ici de savoir si cette foi n’est qu’une idolâtrie – et les nôtres, laminés depuis plus de deux siècles par les tenants des lumières et les ennemis de la calotte. Nos peuples n’ont plus de foi, ils n’ont plus d’aspiration supérieure, plus de référence au surnaturel, au divin… Ils ne sont prêts à mourir pour rien, et sont résignés à vivre un enfer matériel jusqu’à leur trépas. Voilà le constat, et voilà bien la situation à laquelle il faudra faire face lorsque ces régimes musulmans seront solidement établis, et que, disposant déjà de cinquièmes colonnes bien en place grâce au laxisme de nos gouvernants, ils commenceront à regarder autour d’eux pour chercher où s’étendre.

Commenter cet article