Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Carl Lang au Nouveau NH : « J'espère bien être le candidat surprise de cette élection ! »

24 Février 2012, 13:50pm

Publié par Thomas Joly

NH.jpgVous n’en avez pour la plupart jamais entendu parler, ils sont rarement invités sur les plateaux de télévision, bien sûr, ils n’ont aucune chance d’être élus. Pour la plupart d’entre eux, l’histoire s’arrêtera le 16 mars prochain, faute d’avoir pu réunir les 500 parrainages d’élus nécessaires pour accéder à la "cour des grands". Et pourtant, ils font campagne... Président du Parti de la France, Carl Lang est le candidat de l’Union de la Droite Nationale, une alliance de petites formations politiques qui réunit le Mouvement national républicain de Bruno Mégret et la Nouvelle droite populaire que dirige l’ancien député Robert Spieler. Clairement positionné à droite du Front national, le candidat de l’UDN entend bien "être la surprise de cette élection" en occupant le terrain laissé vacant par le recentrage de la fille de Jean-Marie Le Pen.

 

carl lang matignon-copie-1Nouveau NH : C’est votre première participation à cette élection en tant que candidat, même si ce n’est pas votre première campagne présidentielle. En 2007, vous étiez dans l’équipe de Jean-Marie Le Pen avant de quitter le Front national. Qu’est-ce qui vous a incité à passer de « l’ombre à la lumière » ?

Carl Lang : J’ai en effet participé aux campagnes de Jean-Marie Le Pen de 1981, 1988, 1995, 2002 et 2007. Les valeurs et principes de la droite nationale n’étant plus défendues par la nouvelle présidente du FN, il est paru inévitable et nécessaire au Parti de la France, au Mouvement National Républicain et à la Nouvelle Droite Populaire de présenter une candidature d’Union de la Droite Nationale à cette élection présidentielle. Cette campagne présidentielle nous sert de surcroît à préparer la campagne des élections législatives de Juin prochain. Quant au passage de l’ombre à la lumière, il est très relatif car chacun peut constater que notre campagne est totalement occultée par le système médiatico-politique dominant qui a distribué par avance aux unes et aux autres les concessions médiatiques. Les médias nationaux sont clairement et de manière parfaitement anti-démocratique la chasse gardée des candidats médiatiquement compatibles.

 

NNH : Comment se passe votre campagne et où en êtes-vous de vos signatures ?

J’ai déclaré ma candidature de droite nationale, populaire et européenne le 13 Septembre 2011 à Paris et ai entamé depuis un tour de France des régions. En multipliant les conférences de presse décentralisées et les réunions militantes nous essayons de contourner la censure médiatique de la presse nationale. Ces Carl Lang interview statue Jeanne d'arcdéplacements sont aussi l’occasion de mettre en place nos structures et d’implanter le Parti de la France et l’Union de la Droite Nationale. Notre organisation se renforce ainsi de semaine en semaine et son développement est un motif réel de satisfaction. De nombreux militants de la cause nationale ne cessent de rejoindre nos rangs. Quant à la recherche des signatures de maires, le travail avait débuté bien avant l’annonce officielle de ma candidature et je peux vous dire que je suis plus que confiant quant à la possibilité de recueillir les 500 parrainages nécessaires. J’espère bien être le candidat surprise de cette élection et pouvoir ainsi donner une leçon à la caste des candidats qui considèrent que l’élection comme l’information constituent un monopole au service exclusif de leurs partis et de leurs personnes.

 

"Le sens de ma vie politique n’a pas varié et le sens de mon engagement est aujourd’hui comme hier d’affirmer haut et clair mes convictions et les valeurs que je défends !"


NNH : Certains au Front national vous ont accusé de « rouler » pour Sarkozy au même titre que Nicolas Dupont-Aignan en « stérilisant » les parrainages des maires par exemples ?

Et certains autres vous affirmeront que madame Le Pen roule objectivement pour Hollande. Le rêve secret et honteux de François Hollande a d’ailleurs probablement été pendant longtemps de se retrouver au deuxième tour face à madame Le Pen, ce qui lui garantirait une victoire certaine et écrasante…Et si les Marine Le Pen candidate du Systèmecandidats étaient tout simplement candidats pour défendre leurs idées et présenter leur projet ? C’est en tout cas le principe même d’une campagne électorale. Il n’y a que dans les systèmes totalitaires que l’on menace ou interdit de parole les opposants ou concurrents. Le sens de ma vie politique n’a pas varié et le sens de mon engagement est aujourd’hui comme hier d’affirmer haut et clair mes convictions et les valeurs que je défends, sans me préoccuper des malveillants congénitaux, ni des petits commissaires politiques. Les chiens aboient et la caravane passe. Pour ce qui est des maires et contrairement aux chaînes de radio et de télévision, leur accès n’est pas encore réservé aux candidats du système et chacun est libre de les contacter. Ceux qui ont décidé de signer pour un candidat n’ont, en général, pas l’intention de signer pour un autre. Il arrive d’ailleurs souvent qu’ils ne souhaitent signer pour personne. En 1988, 1995, 2002 et 2007 Jean-Marie Le Pen a obtenu les 500 signatures nécessaires alors qu’il évoluait dans un véritable champ de mine médiatique. Marine Le Pen, elle, évolue sur un tapis rouge médiatique ce qui devrait faciliter grandement son recueil des parrainages. Encore faut-il avoir des cadres, des élus et des militants formés pour faire le travail. Les signatures ne tombent pas du ciel, même lorsque le ciel est médiatiquement favorable.

 

5 juin 2010 tronchoy 2NNH : Malgré le peu de moyen dont vous disposez et l’ostracisme des médias, avez-vous le sentiment que votre parti récolte les fruits de cette campagne, en termes d’implantation locale ou d’adhésions par exemple ?

Comme toujours, tout se construit par le travail, l’engagement et l’action. Cette campagne contribue au développement du Parti de la France et à la mise en place de ses structures. Nous recrutons de nouveaux militants séduits par la clarté de notre ligne politique et qui prennent des responsabilités locales. L’objectif est évidemment la construction d’un mouvement qui s’inscrit dans la durée et contribue au développement de l’Union de la Droite Nationale. Le combat de reconquête nationale est total et devra porter sur l’action électorale et politique mais aussi sur les domaines culturels, sociaux, économiques et spirituels. Le défi que nous devons relever est un défi de civilisation. L’engagement électoral est nécessaire mais ne représente qu’un aspect de la résistance nationale.

 

NNH : Quelles mesures envisageriez-vous pour mettre un frein aux délocalisations responsables en grande partie du chômage et de la misère qui frappent chaque jour un nombre plus important de nos compatriotes.

Congres nationaliste 2011 cLa réalité économique du 21eme siècle est celle de la globalisation de l’économie et de la mondialisation commerciale. La question qui se pose n’est pas de nier les réalités économiques mais de savoir si l’on subit la mondialisation ou si l’on maitrise et domine cette mondialisation. Le dogme du libre- échange et du marché ouvert nous soumet à la dictature du marché. A contrario, une politique de fermeture de notre marché aux produits d’importation entrainerait la fermeture du marché mondial à nos produits d’exportation, alors que nos productions nationales doivent pouvoir bénéficier des forts taux de croissance de nombreux pays du monde. En conséquence, je défends la notion de régulation commerciale, en passant du libre- échange à l’échange régulé. Cette régulation commerciale doit s’appuyer sur des règles d’une concurrence loyale et non faussée, ainsi que sur la notion de réciprocité commerciale. Accepter un déficit commercial entre la France et la Chine de 27 milliards d’Euros n’est pas acceptable. Dans le cas particulier d’une délocalisation sauvage d’une entreprise française par la fermeture des usines installées en France et un transfert total d’activité à l’étranger, je propose que la politique de régulation commerciale se concrétise par l’interdiction d’accès au marché français des productions délocalisées. Conquérir des parts de marché à l’étranger par l’ouverture de filiales est une chose souhaitable mais saborder l’activité industrielle et l’emploi en France est inacceptable. Tout le monde a fini par comprendre qu’il fallait réguler la finance. Il est temps de comprendre qu’il faut aussi réguler le commerce international. L’organisation mondiale du commerce, contrairement à son nom ne sert aujourd’hui qu’à imposer la dictature totale du libre-échange. Cette régulation commerciale doit se traduire par le retour de la notion de préférence communautaire dans les traités européens. Par ailleurs, il est nécessaire de limiter les charges qui pèsent sur nos entreprises afin que nos produits soient compétitifs d’abord et surtout à l’intérieur du marché européen. Pour cela, peut-être serait-il temps de sortir du socialisme, de l’étatisme et du fiscalisme. Les grandes théories de la redistribution des richesses ne veulent plus rien dire quand il n’y a plus de richesses. L’exemple grec devrait alerter les Français avant le désastre inévitable si la France ne change pas ses politiques budgétaires, fiscales et commerciales. Les réalités sont impitoyables et ce sont les peuples qui payent toujours les conséquences des erreurs, de la démagogie et de l’irresponsabilité de leurs dirigeants.

 

NNH : Sur l’Europe et l’Euro comment vous distinguez vous du FN ?

Je crois que nous devrons relever au cours de ce siècle un véritable défi de civilisation. Le combat est donc pour moi national et européen. Je milite pour une Europe des nations souveraines et des peuples libres, une Europe indépendante Affiche-Carl-copie-1.jpget une Europe européenne. Je ne laisserai pas la grande idée européenne aux mains des fédéralistes et des euro-bureaucrates de Bruxelles car l’Europe qu’ils nous imposent n’est pas l’Europe des patries et n’est pas l’Europe réelle. Ce sont nos valeurs de civilisation et nos héritages culturels antiques, grecs, romains et chrétiens qui sont menacés par le néo-communisme, le matérialisme, le mondialisme et l’islamisme. Les défis sont communs à toutes les nations d’Europe et nous devrons les relever ensemble. Quant à l’Euro, si je suis favorable à une dissolution globale de la zone Euro, je suis malheureusement certain qu’une sortie unilatérale de la France de la zone Euro aurait des effets immédiatement désastreux pour la France et les Français. Il ne fallait pas monter dans le train, mais sauter du train, dans les conditions actuelles, serait destructeur. Il n’est pas nécessaire en politique et surtout en période de crise de dire et de faire n’importe quoi. Je préfère dire des vérités qui dérangent que des mensonges qui rassurent.

 

drapeau françaisNNH : Il existe toujours en France une jeunesse en quête d’idéal national. Quel langage lui tiendriez-vous pour la mobiliser autour des idées que vous défendez ?

Je pourrais leur citer Epictète qui disait : « Notre salut et notre perte sont en dedans de nous-mêmes ». Il faut que la jeunesse Française réalise que la France est, une fois de plus, à la croisée des chemins, mais que cette fois-ci le chemin qui sera choisi déterminera de la survie ou non de notre mode de vie, de notre culture, de notre identité et de nos traditions. C’est un choix de civilisation qu’il va falloir faire. L’avenir dépendra de la capacité des Français et en particulier de la jeunesse française à défendre leurs droits historiques à disposer d’eux-mêmes et à rester eux-mêmes. L’histoire est impitoyable et sanctionne toujours les peuples qui renoncent ; Vae Victis.

 

Source

Commenter cet article