Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Affaire Cahuzac : jusqu'où va descendre le gouvernement socialiste ?

21 Mars 2013, 09:26am

Publié par Thomas Joly

Logo_LePDF_S.jpgCommuniqué du Parti de la France

 

Déjà miné par des couacs de communication incessants, un amateurisme consternant de ses membres et une - ô combien méritée - impopularité historique, le gouvernement d'Ayrault et du président François Hollande voit son ministre du budget, Jérôme Cahuzac, dans l'obligation de démissionner suite à l'ouverture d'une information judiciaire à son encontre par le parquet de Paris pour blanchiment de fraude fiscale.

 

http://s1.lemde.fr/image/2013/03/19/534x267/1850745_3_e15d_le-president-hollande-et-jerome-cahuzac-le-4_b7a64abf9b691c0db3af4e3950e12a82.jpgParadoxalement, celui qui était chargé de mettre en place la persécution fiscale des Français pour financer la politique anti-nationale de la gauche au pouvoir est fortement soupçonné par la justice française d'avoir frauder lui-même le fisc ! Après l'affaire Éric Woerth, ministre du budget de Nicolas Sarkozy, qui avait du également démissionner suite à sa mise en examen pour trafic d'influence, recel et financement illicite de parti politique, le gouvernement actuel poursuit la longue tradition d'une classe politique corrompue et habituée aux comptes cachés en Suisse.

 

corruption 1Le Parti de la France estime que les différents partis du Système et leurs faux-opposants n'ont plus aucune crédibilité, légitimité ni même intégrité. Il est grand temps que les Français aient la possibilité d'opter pour un projet de reconquête nationale, économique, culturelle et identitaire afin de balayer les fossoyeurs de la France française et souveraine.

 

En outre, le Parti de la France est favorable à des condamnations exemplaires et extrêmement sévères des élus du peuple français reconnus coupables de malversations avec notamment, une inéligibilité à vie pour ceux qui ont volé ou détourné de l'argent public.

Commenter cet article