Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

À Chagny, Bamboula ne sera pas guillotiné : dommage ! (par Joris Karl)

11 Mars 2013, 08:58am

Publié par Thomas Joly

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/03/bamboula.jpgIl était une fois une bourgade oubliée, assoupie dans un coin de Bourgogne, entre Chalon et Beaune : Chagny, un peu plus de 5.000 âmes au compteur. Chagny, son pensionnat catho, son port de plaisance, ses bons vins tout autour et surtout… son « Bamboula » !

 

Rien que ce nom, c’est un coup de tournevis au fond des oreilles chastes.

 

Il faut le voir pour le croire. Chaque année, lors de la mi-carême, se tient une fête à l’ancienne, avec des reines couleur locale, des chars décorés et un défilé où rivalisent les jolis déguisements. C’est là qu’intervient Bamboula, personnage « symbole du mal ». « Après le défilé, le deuxième dimanche, on exécute Bamboula. » explique sobrement le site internet de la ville. Vous vous rendez compte du dérapage ? Caroline Fourest vite !

 

non---la-haine.jpgVigilant gardien des valeurs modernes, le Journal de Saône et Loire avait posé la dramatique question il y a quelques années : « Faut-il interdire Bamboula ? » ou au moins, changer son nom… À notre douce époque du « vivre ensemble », cet ignoble vocable nous rappelait en effet les heures les plus sombres. « Bamboula », ça puait le colonial, ça sentait le racisme à plein nez. Du coup, ces dernières éditions au moins, les organisateurs avaient eu l’intelligence de donner un visage blanc à Bamboula. La mini polémique n’avait pas fait long feu car une partie de la population aurait été choquée que les élus touchassent à la tradition, née… en 1947 ! Bamboula survécut finalement, contrairement aux biscuits du même nom dans les années 90.

 

Comme l’a bien souligné Laurent Obertone dans « France orange mécanique », la presse régionale est pleine de saveurs pour les historiens du présent. En lisant un nouvel article consacré à Bamboula (JSL du 8 mars 2013) on en est convaincu : la tradition perd encore une bataille. Ils n’ont pas encore eu la peau de Bamboula, mais celle de la guillotine dont on se servait pour le zigouiller !

 

http://a402.idata.over-blog.com/265x265/4/69/65/45/5506-tete-de-negre.jpg« C’est la fin d’une tradition, une évolution avec le temps » écrit le journaliste. « Cette année, Bamboula ne sera plus guillotiné. Non, sa peine va le faire réfléchir pendant toute une année. » Taubira serait-elle passée par là ? Le président du comité de la Mi-Carême nous donne la raison de la modification : « Il n’y a plus la peine de mort en France et en plus, on guillotinait quelqu’un qui revenait l’année d’après. » Belle trouvaille et beau foutage de gueule. On espère qu’il ira dire aux Corses qu’il n’y a plus de décapitation de Maures en France et qu’il faudrait changer leur drapeau. Et puis cette « Marseillaise » de facho avec son « sang impur », ses jours sont comptés.

 

Plus de guillotine, bientôt sûrement plus de Bamboula. On l’appellera peut-être Kevin, ou François « pour ne pas stigmatiser ». Dans un village tout proche, une boulangerie sert toujours des « têtes de nègres ». Pour combien de temps encore ?

 

Source

Commenter cet article

Chaux 13/07/2016 23:17

Lorsque j'étais enfant, Bamboula était brulé (un mannequin frimé en noir) en haut de la grue portuaire de la tuilerie au-dessus du port du canal. Ce qui m'impressionnait beaucoup.