Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Conflits sociaux : les victimes peuvent-elles tout se permettre ?

26 Août 2009, 07:49am

Publié par Thomas Joly

En cette période de crise sociale et de plans de licenciements quasi-quotidiens, la surenchère médiatique est devenue un enjeu considérable pour les camarades syndicalistes afin d'obtenir, officiellement, le maximum d'indemnités pour les licenciés et, officieusement, le maximum de publicité pour leur petite boutique syndicale. Si on ne peut bien sûr être insensible à la détresse des salariés laissés sur le carreau, tout est-il permis pour autant ?

En effet, on assiste de plus en plus souvent à des provocations inadmissibles : séquestrations et violences sur des cadres, mise à sac des locaux de l'entreprise, dégradation de l'outil de travail, menace de tout faire sauter avec des bonbonnes de gaz, saccage d'une sous-préfecture comme à Compiègne, menace de pollution d'une rivière avec des produits toxiques comme à Rouen, etc. Tout semble bon pour retenir l'attention des médias toujours avides de sensationnel. La prochaine étape sera-t-elle la prise en otage d'enfants dans une crèche ?

Toutes ces provocations, savamment orchestrées par les syndicats gauchistes, suscitent une compassion toute relative pour des gens, certes désespérés, mais franchissant les limites de l'acceptable dans leur lutte.

Plutôt que de se livrer à des exactions regrettables, les victimes de plans dits "sociaux" feraient mieux de s'en prendre aux responsables de la situation actuelle, c'est-à-dire aux politiques qui favorisent depuis des décennies le mondialisme économique et l'immigration-invasion qui ont pour conséquence inéluctable de détruire nos emplois, déréguler l'économie et niveller salaires et protection sociale vers le bas.

Politiciens du Système comme syndicats sont tous responsables et complices de cette crise économique et sociale. Ce sont à eux qu'il faut demander des comptes et qu'il faut virer avec perte et fracas. Encore faudrait-il pour cela que les Français ouvrent enfin les yeux et regardent un peu plus loin que leur intérêt immédiat de consommateurs compulsifs assistés.

Le redressement de notre économie passe par un projet national, populaire et social basé sur l'exclusivité nationale en matière d'embauche, de logements, de protection et d'aides sociales ainsi que sur un protectionnisme raisonné - pratiqué par de nombreux pays - permettant de produire en France avec des Français.

Même si la mascarade démocratique est viciée, rien n'empêche d'exprimer son mécontentement et ses espoirs dans les urnes en apportant sa voix au mouvement qui défend réellement les intérêts de la France et des Français : le Parti de la France de Carl Lang.

Commenter cet article

Yohann H. 26/08/2009 11:27

Les agissements de certaines personnes sont lamentables et contre-productifs comme ce syndicaliste Xavier Mathieu, officiellement de la CGT mais en réalité un trotskiste de Lutte Ouvrière, qui a saccagé la sous-préfecture de Compiègne où j'ai quelqu'un de ma famille qui travaille. Les employés ont été agressés verbalement, un peu bousculés et les bureaux retournés. Ils étaient comme fous et harangués par Monsieur Mathieu qui était complétement hystérique. Certains étaient ivres en plus.

Ce genre de débordement est à condamner et dessert la cause des licenciés de Continental.

Thibault 26/08/2009 11:08

Concernant l'entreprise de transport Serta de la Vaupalière en Seine-Maritime, ce n'est nullement des gauchistes qui bloquent mais le syndicat CFDT. Ce n'est nullement du au Mondialisme que l'usine va fermé mais à cause d'une liquidation judiciaire par le tribunal de commerce d'Evreux.

Donc c'est un peu plus compliqué, pour suivre l'affaire par téléphone, comme je l'ai fait pour une autre entreprise de l'eure cette fois ci qu'était "Nufarm" qui a licencié 104 personnes juste avant les élections européennes.

Aubevoye où la campagne du FN à la sortie de cette usine et d'autres a permis de passer à 14% et de place le FN juste derrière l'UMP sur cette ville qu'est pourtant avec un maire et un conseil municipal de gauche.

Donc le travail de terrain, relier l'information des syndicats, travailler avec des syndicalistes, permet de voir des résultats encourageants.