Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Guadeloupe : réinformation sur la réalité des choses

26 Février 2009, 10:44am

Publié par Thomas Joly

La couverture médiatique des émeutes ethniques en Guadeloupe est évidemment partisane et bien loin de la réalité. Je remercie Alain Noireaux, militant nationaliste de longue date, de m'avoir fourni les informations nécessaires à la rédaction de cet article.

"LA GWADELOUP EST A NOU, LA GWADELOUP EST PA TA YO (...) !!!!"
Voici le slogan braillé par les manifestants dans leur dialect créole. Petite traduction : "la Guadeloupe est à nous, la Guadeloupe est pas à vous". Sous-entendu : elle est aux noirs, pas aux blancs. Pas un seul journaleux n'a relevé cette haine du blanc évidemment.

Les manifestants sont bien sûr victimisés alors qu'ils se livrent à des violences, des pillages, tirent sur les forces de l'ordre et hurlent leur racisme anti-blanc (sans que cela ne rencontre aucun écho dans les médias).

Voici quelques éléments qui ne vous seront pas dévoilés par la presse partisane et les syndicalistes antillais :

- En Guadeloupe, les entrepreneurs ont droit à la défiscalisation : - 35 % de tout ce qu'ils achètent pour le compte d'une société. Ces 35 % sont payés par L' Etat, donc vos impôts.

- En Guadeloupe, vous avez possibilté de contracter un crédit si vous êtes Rmiste.

- En Guadeloupe, les fonctionnaires, deux fois plus nombreux qu'en métropole, touchent un salaire 40% supérieur.


- Le parc automobile est l'un des plus récent de France. La concession BMW de Guadeloupe a été en 2006 la 1ère en Europe pour le nombre de voitures vendues.


- Les routes sont en meilleur état qu'on pense en Guadeloupe, mais le nombre considérable de gros pick-up et autres 4X4 à 35 000 euros laisse à penser le contraire.


- Les syndicalistes clament haut et fort que la Guadeloupe est sinistrée par le chômage, toutefois nombre d'entrepreneurs Guadeloupéens ne déclarent pas leurs employés pour éviter les charges salariales. Il y a du travail en Guadeloupe mais la plupart des employés sont enregistrés comme chômeurs ou Rmistes et « jobbent » à côté. Sans compter les clandestins haïtiens.


- La Guadeloupe est sale par le fait des Guadeloupéens. La Pâques est la plus importante fête de l'année. Toute la Guadeloupe se retrouve pendant 3 à 4 jours pour des noubas sur toutes les plages de l' île. Résultat : des semaines pour les nettoyer. Sont laissés sur le sable ou même dans l'eau gamelles, vieux frigo, sacs poubelles, vieux canapés, télés, tables,...


- Les constructions illicites sont légions en Guadeloupe. Pas de cadastre, donc pas d'impôt foncier...


- En ce moment , il n'y a plus aucune revendication sociale ou salariale, les slogans sont orientés sur la lutte des noirs contre les blancs. Allez sur dailymotion, tapez « Elie Domota » dans la recherche et écoutez les menaces de mort qu'il profére à la télé contre ceux qui s'opposeraient à ses camarades syndiqués.


- La plupart des syndicalistes qui mènent le mouvement et les actions coup de poing sont fonctionnaires d'Etat et/ou territoriaux. Ils bloquent une économie certes fragile car insulaire, mais eux ne risquent nullement de perdre leur emploi. Ils revendiquent une hausse du pouvoir d'achat. Leur méthode : asphixier l' économie de l'île pour contraindre les intervenants à céder. Ca laisse rêveur sur leur vision de la vie...


- Ces mêmes syndicalistes, qui menacent les gérants de stations services pour les faire fermer, se présentent aux stations réquisitionnées pour avoir de l'essence car leur emploi leur permet de percevoir de l'essence.


- Lors des mouvements de décembre 2008 relatifs au prix de l'essence, les barragistes refusaient de laisser passer les infirmières métropolitaines qui se rendaient à leur hôpital. En revanche, ils laissaient passer le président de la société Miss Guadeloupe Conquest car il devait se rendre à une émission ridicule sur Canal 10 (chaîne Locale). C'est sûr qu'entre la santé de leur « peuple » et les courbes de leurs « Miss », le choix est vite fait.


- La Guadeloupe est le 2ème département le plus criminogène de France. Inutile de préciser le ratio ethnique entre agresseurs et victimes...


- Il y a quelques années les chaînes d'hôtels et les agences de voyages se sont détournés de la Guadeloupe tant la haine du touriste blanc était exacerbée de la part des locaux comme des employés des hôtels.


- Sur 35 communes, toutes gérées par des Guadeloupéens, sans intervention des méchants blancs colonisateurs, près d'une trentaine sont sous tutelle de la Cour des Comptes en raison de déficits abyssaux et malversations diverses. Pour exemple, la commune de Pointe Noire (7 500 hbts) a eu, à sa plus belle époque, près de 350 employés communaux tous services confondus. On vous laisse imaginer ce qu'il devait en être pour les communes de 25 000 ou 40 000 hbts.


- Le collectif des émeutiers s'appelle Lyannaj Font Profytasion. Pour une fois ils ont bien choisi leurs mots, car la «profitation» ils connaissent ça sur le bout des doigts.




Commenter cet article

STRAUB Claude 26/02/2009 20:17

Tout est dit, rien à rajouter, sauf le salaire miséreux des pauvres dockers !!

Béké 26/02/2009 17:43

Si la Guadeloupe ne vivait pas aux crochets de la France métropolitaine, elle serait semblable au paradis haïtien qui n'a jamais connu les "horreurs" de la colonisation. Un havre de paix où la pauvreté atteint un niveau ahurissant, où la pénurie en tout fait rage, où les trafiquants en tout genre font la loi, où les rites tribaux sanglants sont monnaie courante, où la mortalité infantile est surélevée, où de nombreux enfants se prostituent, où le SIDA fait rage, où on se fait tuer pour un quignon de pain, etc.
Voilà ce que donnerait une Guadeloupe indépendante. Si les "locaux" étaient livrés à eux-mêmes.