Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L’introuvable Monsieur Iquioussen

1 Septembre 2022, 05:07am

Publié par Thomas Joly

Tout était pourtant prévu au millimètre. Le Conseil d'État venait de valider l'expulsion de l'imam Iquioussen, prédicateur fiché S, proche des Frères musulmans, qui a, nous apprend Le Figaro, fait revenir vers l'islam une génération de musulmans français. Après un rejet de l'expulsion par le tribunal administratif, cette fois, ça y était. Gérald Darmanin, version 2.0 de son ancien mentor Nicolas Sarkozy, s'était félicité d'une « grande victoire pour la république ». Tu m'étonnes !

De fait, quand la république a envoyé ses forces de l'ordre, ce 31 août au matin, pour procéder à l'expulsion dudit imam, elle n'a rien trouvé. Le « prêcheur de haine », père de cinq enfants français, grand-père de quinze petits-enfants français, avait pris la poudre d'escampette. Selon la formule toute faite, la police est désormais sur les dents. On cherche un Marocain de taille moyenne, habillé à l'orientale et porteur d'une barbe. Autant dire que ce ne sera pas de la tarte.

On nous dit qu'il aurait fui en Belgique, où ce genre de description n'aidera pas davantage la police. Pour peu qu'il ait trouvé refuge à Molenbeek, il sera aussi tranquille qu'un Yvan Colonna dans le maquis corse, avec le même genre de complicités locales, d'omerta, de connaissance du terrain. Bon courage à nos policiers. Hassan Iquioussen est, désormais, inscrit sur le fichier des personnes recherchées. Avec le fichier des OQTF et des personnes pouvant porter atteinte à la sûreté de l'État (ça fait trois), on n'est pas loin du Grand Chelem et ça ne fera pas beaucoup avancer le schmilblick.

Un complotiste vous affirmerait sans doute que cette disparition arrange bien les affaires du ministère de l'Intérieur. Darmanin a fait sa part, il s'est rendu sur place et a témoigné de son total soutien, il a utilisé les mots classiques (« lutte contre la haine », « nos valeurs », « la république ») en se tenant soigneusement à l'écart des mots interdits (« islam », « immigration », « laxisme judiciaire », « justice de gauche »). C'est un sans-faute. Est-ce qu'il y peut quelque chose, lui, si l'imam est parti nuitamment avec son baluchon pour des contrées plus accueillantes ? Il y a, dans l'islam, une tradition de hijra qui remonte à leur prophète : quand on est persécuté, dans l'islam, on s'enfuit et on ne revient qu'en vainqueur. D'un autre côté, si Darmanin a fait son travail, il est opportun pour le pouvoir et la paix civile que l'imam Iquioussen n'ait pas été arrêté puis expulsé vers le Maroc. Ca ne crée pas de jurisprudence sur l'application effective des OQTF ni sur l'expulsion des fichés S étrangers. Ça empêche la presse de photographier le prédicateur à l'aéroport. C'est tout bénef.

Comme on dit dans le jargon, « qu'Allah lui facilite le départ ». Une nouvelle fois, la puissance publique passe pour un tigre de papier, tout juste bon à s'indigner en vociférant « la république ! » Combien reste-t-il de fichés S expulsables ou de délinquants sous OQTF ? Bien trop. C'est là, le vrai problème. Le reste sera oublié dès demain, vous verrez. 

Arnaud Florac

Source : http://bvoltaire.fr

Commenter cet article