Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le meurtre de Jérémy Cohen serait-il moins horrible s'il n'y avait pas de motivations antisémites ?

6 Avril 2022, 16:43pm

Publié par Thomas Joly

Il y a quelque chose de pénible dans l'affaire de la mort de Jérémy Cohen. Le procureur mène des enquêtes pour savoir si l'agression qui précède et provoque la mort revêt un caractère antisémite ou non, et les journalistes se posent aussi la question.

Le procureur dit que si un tel caractère est avéré, cela aggrave la qualification du crime.

En gros : certains ont l'air d'attendre de savoir si l'agression est antisémite pour savoir s'ils doivent ou non s'en émouvoir. On dirait qu'ils attendent qu'on leur dise « non, pas de caractère antisémite » pour pouvoir passer à autre chose.

Un jeune homme a été agressé, il a voulu fuir ses agresseurs et il est passé sous un tram et il en est mort. Voilà le scandale, voilà l'horreur, voilà qui a tout ce qu'il faut, déjà, pour convoquer notre colère, notre dégoût et notre soif de justice. Je n'ai pas besoin de connaître les motivations des agresseurs en réalité pour savoir si leur agression est HORRIBLE ou HORRIBLE+.

Je déteste ces lois délirantes qui font de la motivation discriminatoire un facteur aggravant. Tous les meurtres ne sont pas punis avec la même sévérité et pour le dire clairement : si vous tuez un Français blanc hétérosexuel, vous écopez d'une peine de prison plus légère que si vous tuez un type parce qu'il appartient à une minorité. C'est insupportable. Y compris si le Blanc a été tué parce qu'il est blanc puisqu'en réalité, les chances que dans ce sens-là la justice retienne le caractère raciste sont pour ainsi dire de zéro.

Nous ne sommes pas une sous-catégorie, nos morts ne sont pas moins graves, ceux qui nous tuent ne sont pas moins des ordures d'assassins.

Bordel, on est chez nous et notre propre justice considère qu'il est moins grave de nous tuer nous que les autres. Et tout le monde a l'air de trouver ça normal, merde !

Jonathan Sturel

Commenter cet article