Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Foot et islam : qui se cache derrière les footballeuses voilées ?

3 Janvier 2022, 06:14am

Publié par Thomas Joly

Avant la trêve des confiseurs, un groupe de sénateurs conduit par les Républicains Michel Savin et Bruno Retailleau a déposé une proposition de loi destinée « à assurer le respect des principes de la laïcité dans le sport ». L’article 1 du texte vise à prohiber « le port de signes religieux, et notamment du voile, dans les compétitions sportives organisées par les fédérations », afin de couper l’herbe sous le pied des jeunes filles musulmanes qui veulent jouer au football en portant le hijab (le foulard islamique).

Depuis deux ans, ces demoiselles, qui se surnomment « les Hijabeuses », font pression pour que la Fédération française de football (FFF) accède à leur prière. En novembre, elles ont même saisi le Conseil d’État (qui n’a pas encore tranché sur le fond) afin d’être exaucées. À ce jour, il faut rappeler que la FFF interdit le port du voile, mais ses règlements n’étant pas gravés dans le marbre de la République, le Conseil d’État peut toujours prendre une décision renversante… C’est pourquoi les sénateurs LR aimeraient qu’une loi mette les Hijabeuses définitivement hors jeu.

Mais qui sont-elles vraiment, ces footballeuses ? Sur les réseaux sociaux, elles se définissent comme « un collectif de femmes, musulmanes et sportives, portant le voile ou pas, qui se battent pour le droit de jouer au football en compétition en portant un couvre-chef homologué ». Toutefois, dès les lignes suivantes, le voile tombe, la réalité est démasquée : « Au sein de l’Alliance citoyenne, […], la campagne des Hijabeuses s’articule autour de la Recherche Action-Mobilisation et de l’organisation syndicale pour faire changer les mentalités et construire un rapport de force face aux décideurs politiques. »

Bref, les Hijabeuses sont « entraînées » par l’Alliance citoyenne, une association que le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, ne tient pas en odeur de sainteté. En mars 2021 (voir Le Parisien du 25/3), dans un courrier adressé à Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures, et Didier Reynders, commissaire européen à la Justice, notre ministre s’étonnait que la Commission européenne puisse accorder des subventions à cette Alliance citoyenne sujette à caution : « L’objectif de cette association est, sous couvert de combattre l’islamophobie, de faire pression sur les pouvoirs publics pour promouvoir, au profit des musulmans, des règles compatibles avec la charia. Ralliée à la mouvance de “l’antiracisme décolonial”, elle a étendu son champ d’action à la dénonciation d’une prétendue “islamophobie institutionnelle” de la France. » Darmanin dénonçait les pratiques de l’association : « Ses moyens d’actions sont de surcroît parfois illégaux. Des opérations du port du “burkini” dans les piscines sont menées par des militantes, en infraction avec les règlements sanitaires et de sécurité. »

Voilà donc les couleurs que défendent les Hijabeuses. Et si elles ont besoin de vent dans les voiles, elles peuvent également compter sur le souffle des « Dégommeuses ». Ces joueuses, selon leur site, forment une équipe « majoritairement composée de lesbiennes et de personnes trans qui a pour objectif de lutter contre les discriminations dans le sport et par le sport ». Le 14 novembre dernier, à Saint-Denis, pour afficher leur soutien, les Dégommeuses ont joué un match amical avec les Hijabeuses. Les minorités se rapprochent, quitte à marier la carpe au lapin, et la France subit.

Olivier Annichini

Source : http://bvoltaire.fr

Commenter cet article