Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Des Damien Tarel, il y en a en réalité des millions en sommeil

21 Septembre 2021, 05:56am

Publié par Thomas Joly

Sur cette photo, vous avez :

  1. Un gros rappeur ultra viril, tatoué, qui fait partie des grandes gueules qui depuis vingt ans nous disent qu'ils « niquent l'État », « la police », « la société », « la terre entière » dans leurs chansons. À les en croire, les rappeurs sont les mâles alpha suprêmes, des durs, des caïds, des vrais rebelles. On se dit : waouh, ce gars-là, Booba, avec son regard solide et déterminé, ses gros bras, sa casquette, son air affiché de dédain, faut sans doute pas lui marcher sur les pieds !
  2. Vous avez aussi un petit gars d'apparence plus fébrile. Habillé normalement, plutôt modeste voire discret, typiquement le genre de gars que les gros rappeurs ultra virils et leur public appellent des « babtous fragiles ». Le petit blanc castré qui n'ose pas se défendre, qu'on rackette dans les lycées et dans la rue, qu'on appelle par des noms peu valorisants. Des victimes, des fragiles, etc.

Voilà comment le récit culturel et social nous pousse à évaluer ces deux profils très différents. Et pourtant, vous savez lequel des deux a collé une baffe à Macron. Contre toute attente, ce n'est pas le gros caïd tatoué à casquette qui nous promet la révolte des banlieues depuis des années, c'est le petit gars d'apparence modeste qu'on vous a appris à prendre pour un « babtou fragile ».

C'est pourquoi je pense que si un jour éclate la confrontation dans ce pays, certains vont avoir des surprises. Des Damien Tarel, il y en a en réalité des millions en sommeil, qu'on n'entend pas et qui, lorsqu'il faudra se réveiller, vont rappeler aux grandes gueules à casquette que les gens de ce pays ont vingt siècles de guerre, de batailles et de combats qui coulent dans leurs veines. Et que lorsque tout ça va se réveiller, il y en a quelques uns qui auront intérêt à courir vite.

L'erreur des arrogants est toujours d'oublier qu'il faut se méfier de l'eau qui dort.

Jonathan Sturel

Commenter cet article