Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Baccalauréat pour tous : remplaçons ce diplôme dévoyé et dévalué !

6 Juillet 2021, 06:45am

Publié par Thomas Joly

Avec un taux de réussite purement bananier au baccalauréat de 89 % (95 % pour le bac général), avant les oraux de rattrapage, l'année 2021 frôle le record établi en 2020 de 95,7% d'admissibles après le sauvetage des cas les plus visiblement désespérés (91 % à l'issue des seuls écrits).

Rappelons, sans remonter avant-guerre, que ce taux était dans les années 60 de 58 à 63 %, alors que le bac était encore le diplôme prestigieux, envié, convoité et élitiste qui, tout en leur ouvrant les portes sélectives de l'enseignement supérieur, sanctionnait le parcours secondaire réussi de jeunes Français formés aux humanités, aux sciences, aux langues, aux arts, à l'effort physique et à la connaissance de leur Histoire, de leur géographie et de leur langue — avant que le vent mauvais de mai 68 ne vienne tout balayer.

Ces chiffres, dans leur extravagance, suffisent à démontrer le ridicule d'un diplôme dévalué autant que dévoyé par de multiples attentats à la connaissance, à l'enseignement et à la culture générale perpétrés par les tenants idéologiques et militants de l'égalitarisme et de l'ouverture aux « minorités ». De réformes en abandons de toute rigueur pédagogique, de surenchère dans l'abaissement des niveaux en consignes académiques visant à « l'harmonisation » des notes dans le sens que l'on devine au nom du « principe de bienveillance », cet examen est devenu au fil des ans et des lubies de ministres démagogues ou chimériques, un chiffon de papier froissé.

Il convient de mettre fin à cette mascarade. La suppression pure et simple du baccalauréat apparaît désormais comme une nécessité et une urgence. C'est la proposition du Parti de la France.

Les études secondaires de nos jeunes Français seraient alors couronnées par un diplôme d’État, sans complaisance ni favoritisme, évalué par un contrôle continu strict engageant la responsabilité des enseignants et soumis à des normes précises, tandis que l'entrée à l'université comme aux classes préparatoires seraient soumise à un examen spécifique lui aussi supervisé par l’État mais organisé par chaque établissement, permettant ainsi une réelle sélection et évitant aux jeunes n'ayant pas le niveau requis de perdre leur temps alors que d'autres filières de formation technique leur ouvrent les bras.

Il va de soi que seul un État national pourra mettre en œuvre cette réforme salvatrice.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Commenter cet article

Lucien 06/07/2021 15:04

Les examens de sélections pour rentrer dans tel école ou université est la solution qui permettrait de contourner les syndicats de prof de lycée.
Mais le contrôle continue dans les lycéee pour obtenir un diplome ne m'inspire aucune confiance.