Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le retour de l'équipe de « France » des racailles

22 Mai 2021, 16:38pm

Publié par Thomas Joly

L'arrivée de Didier Deschamps à la tête de l'équipe de « France » devait sonner la fin de la dérive racailliste observée sous le mandat catastrophique de Raymond Domenech. Deschamps incarnait une certaine image que l'on pouvait avoir du football à l'ancienne, particulièrement parce que son nom et son visage convoquaient le souvenir commun et grandiose du Mondial 98.

Prendre la tête d'une équipe à la dérive où tout était à recommencer, c'était un pari compliqué et le récit médiatique qui a été fait des années Deschamps pouvait laisser entrevoir la possibilité d'un sauvetage réussi. On avait même mis en avant des gens sains et agréables comme Giroud, entre autres pour effacer le souvenir affreux de quelques racailles de sinistre mémoire.

Et finalement, après tant d'efforts, on se retrouve avec une sélection qui incorpore Benzema sous les beuglements inaudibles de Youssoupha. C'est le grand retour de la culture wesh et racaille, du rap vulgaire et agressif, de l'ambiance des cités remplacées. La Fédération française de football est une organisation mortifère qui valide tout ce qui tue la France : à savoir ce que je viens d'évoquer plus le Grand Remplacement, alors qu'elle sait que la jeunesse de France est largement intéressée par le football et que l'Équipe de France est un ogre médiatique.

C'est donc en conscience que la Fédération met Youssoupha, Benzema et tout ce qu'ils représentent sous les yeux et dans la tête de nos gosses blancs. En ces temps terribles où le rapport de force racial est de plus en plus assumé par la gauche et par les forces vives, en ces temps où la chasse aux Blancs est ouverte comme jamais elle ne l'avait été, où l'influence et l'existence de la culture française, blanche, européenne sont combattues et chassées progressivement de l'espace public par la « culture de l'annulation », faire ça, valider Benzema et Youssoupha, rouvrir la porte aux influences remplacées et banlieusardes supportées par l'idéologie anti-blanche, c'est pour ainsi dire un acte de haute trahison.

Jonathan Sturel

Commenter cet article