Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L'élection d'Armin Laschet à la tête de la CDU, une fenêtre de tir pour l'AfD ?

22 Janvier 2021, 06:43am

Publié par Thomas Joly

Les instances dirigeantes de la CDU, le parti démocrate-chrétien allemand, se sont réunies virtuellement, Covid oblige, le dimanche 17 janvier afin d’élire leur nouveau leader. En effet, Angéla Merkel doit s’effacer au terme d’une très longue mandature, poussée en avant il y a des lustres, par le chancelier Helmut Kohl, le réunificateur de l’Allemagne. Des trois candidats en compétition, c’est Laschet qui avait les préférences de la chancelière.

Laschet un inconnu du public européen

Au terme d’un débat entre trois concurrents, c’est lui que les militants ont choisi face à Friedrich Merz, nettement plus à droite, un homme d’affaire et ancien député du parti. Au premier tour, ce dernier était arrivé en tête battant ses deux concurrents, dont notamment Norbert Rottgen, situé plus à gauche, lequel appela ses partisans à rallier Laschet. Au second tour, avec 52 % pour l’un et 48 % pour l’autre, l’affaire était pliée, Laschet, en devenant président de la CDU pouvait endosser le costume de prétendant à la succession de dame Merkel. Laschet, favorable à une immigration de main d’œuvre, le « continuateur » en quelque sorte !

L’outsider en embuscade

Mais en politique comme chacun le sait, rien n’est forcément linéaire, rien n’est simple, la surprise peut être là, au coin du bois, en l’occurrence en la personne du populaire Markus Sider, le chef du parti chrétien-social bavarois, la CSU. Dans un sondage récent diffusé sur la chaine d’état ZDF, avec 54 % d’intention favorable  parmi l’électorat conservateur pour être chancelier, il devance nettement son homologue de la CDU, Laschet. On sait que ces deux partis sont toujours, indissolublement unis dans toutes les coalitions, depuis la création en 1948 de la République fédérale, la RFA.

Quelles configurations politiques ?

Normalement, les prochaines élections législatives doivent avoir lieu à l’automne prochain, si le virus chinois  n’en décide pas autrement. Logiquement, l‘actuelle coalition CDU/CSU/SPD, le parti social-démocrate, pourrait être reconduite. Mais ce dernier acceptera-t-il d’être encore le troisième larron d’un attelage contre-nature ? Et les Verts, qui gouvernent déjà avec la CDU dans le land du  Bade-Wurtemberg, tenteront ils en fonction de leurs résultats récemment en hausse, un coup de force pour obliger les démocrates-chrétiens à s’allier avec eux, si d’aventure ils devançaient le SPD ?

Une chance pour l’AFD ?

Si l’orientation de centre-gauche du nouveau leader de la CDU l’emportait nettement sur la très droitière CSU, la nouvelle alliance, arrimée à une coalition des gauches - verte ou socialiste - dégagerait un espace à droite, car les plus conservateurs des électeurs de la CDU verraient d’un très mauvais œil leur parti pencher dangereusement à gauche. L’Alternative pour l’Allemagne - pour faire simple le pendant  allemand du RN français ou de la Lega italienne - aurait alors là une perspective favorable pour non seulement augmenter ses effectifs au Bundestag, le parlement fédéral de Berlin, mais pourrait mettre la pression sur la CDU/CSU et faire éclater, redisons-le, ce mauvais mariage avec les écologistes et les socialistes. Les premiers étant beaucoup plus à gauche que les seconds. D’ici là, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts de la Spree !

Jean-Claude Rolinat - Membre du Bureau politique du Parti de la France

Commenter cet article