Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Les Traoré, SARL de délinquance familiale

18 Septembre 2020, 05:09am

Publié par Thomas Joly

Des années maintenant que nous entendons parler de l'affaire Adama Traoré, le violeur à la fourchette, qui aurait été éliminé physiquement par des gendarmes non-racistes pour des raisons racistes (?).

La bourgeoisie médiatique d'extrême-gauche, toujours fascinée par la racaille de banlieue, s'est empressée de soutenir la sœur Assa ainsi que son collectif La Vérité Pour Adama (la vérité se cherchant selon les témoignages en intimidant, frappant les contradicteurs du gang familial ).

Ainsi le réalisateur qui s'exprime avec des insultes, Mathieu Kassovitz, appelle dans les journaux à faire un film sur cette histoire, l'étrange psychanalyste Gérard Miller, de son ton vindicatif habituel, propose sur son compte Twitter qu'une rue soit rebaptisée au nom d'Adama Traoré (une ruelle sombre ? Une impasse ? Un point de deal ?), les contrariés du réel de l'AFA (Action Antifasciste Paris Banlieue), qui sont défendus par leur maman chaque fois que la justice veut bien fonctionner contre leurs méfaits, ont également fait alliance avec eux contre l'homme blanc.

Ce collectif sous perfusion des indigénistes s'est incrusté dans le mouvement des Gilets Jaunes, sous l'oeil complaisant du douteux Jérôme Rodrigues, celui qui a transformé cette révolte légitime contre les taxes excessives en carnaval ethnico-climatique pour lutter contre le racisme et le réchauffement climatique (traduction : contre les Blancs dans leur pays en leur volant encore plus d'argent avec l'escroquerie à la taxe carbone).

Opportuniste autant que possible, accroc à la médiatisation, la sœur Assa a ensuite exploité la mort d'un autre délinquant outre-atlantique, Georges Floyd, pour tenter d'instaurer cette guerre raciale en France, ce qui a néanmoins l'avantage d'être moins hypocrite, moins dangereux que le « Vivre-Ensemble » qui est un « Vivre-Sans-Nous », un génocide qui ne se nomme pas, le fameux Grand Remplacement.

Adama Traoré, de par les viols à répétition de son codétenu, a fini par avoir l'image suffisamment écornée pour ne plus avoir une once de crédibilité et il est ramené à son égoïsme de délinquant néfaste à la société et aux proies qui ont eu le malheur de croiser son chemin.

Les frères sont nombreux à être condamnés, ils sont du même acabit. Cette famille n'est en rien une chance pour la France !

Dans la nuit de dimanche à lundi, la famille étendue a réussi à faire parler d'elle par la mort du cousin d'Adama : Mahamadou. Ce dernier voulant fuir la gendarmerie, après avoir dérobé deux motos charriées dans une camionnette, s'est noyé dans la Seine à hauteur de la paisible ville de Bougival.

La sœur de cet autre délinquant a déclaré, sans rire, que Mahamadou était un homme responsable ; voler des motos en étant un père de famille de 35 ans montre tout le sérieux de cette déclaration rocambolesque.

Sur les réseaux sociaux, cette mayonnaise frelatée ne semble plus prendre et enfin, ce ne sont plus les institutions qui semblent prises à partie, mais bien cette famille pour le moins particulière.

Le Parti de la France sera intransigeant avec ces familles étrangères de délinquants venues faire leur marché au détriment de la paix civile, et il ne sera être question d'autoriser des manifestations pour ce type d'individus dénués de scrupules qui se sont fabriqués un mauvais destin par leurs actions à risques.

Quitte à affréter un Airbus A380 pour rapatrier ce gang familial à grande composition, ils seront expulsés au Mali manu militari et leurs biens seront confisqués pour dédommager la société et leurs victimes.

Ludovic Lefebvre - Délégué du Parti de la France pour Paris

Commenter cet article