Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Juan Carlos, roi mondialiste et corrompu, fuit l’Espagne pour échapper à la justice

4 Août 2020, 11:35am

Publié par Thomas Joly

Le général Franco, après avoir sauvé l’Espagne du communisme (et par le même coup peut-être l’Europe) et de la décadence, a voulu transmettre le pouvoir. Son successeur ayant été assassiné par des marxistes, il décida de rétablir la monarchie, une monarchie traditionnelle et chrétienne.

Ce fut « Juan Carlos » qui monta facilement sur le trône et à qui il ne fallut pas longtemps pour trahir celui à qui il le devait ainsi que sa mission, son rôle : ce renégat rétablit la démocratie (c’est-à-dire la ploutocratie démagogique, penchant à gauche), permit une brutale chute de la morale, la submersion migratoire et favorisa l’euro-mondialisme.

Il manquait encore quelque chose à cet individu indigne, surnommé « le roi aux 1.000 maîtresses ». Non seulement homme politique catastrophique et traître à son pays, il était donc aussi moralement lamentable ainsi que… particulièrement corrompu !

« Les justices suisse et espagnole enquêtent notamment sur une centaine de millions de dollars qui auraient été secrètement versés à Juan Carlos Ier par l’Arabie saoudite. » (source)

C’est aujourd’hui officiel, puisqu’il a décidé de s’enfuir de son propre pays pour éviter les problèmes judiciaires…

Maquillant bien sûr cela sous le prétexte du bien de l’Espagne, il espère – à 82 ans – pouvoir couler des jours heureux ailleurs…

« Guidé à présent par la conviction de rendre le meilleur service aux Espagnols, à leurs institutions, et à toi en tant que Roi, je t’informe de ma décision réfléchie de m’exiler, en cette période, en dehors de l’Espagne », a-t-il écrit dans une lettre à son fils, l’actuel roi Felipe VI. On notera que ce dernier ne condamne nullement l’attitude de son escroc de père.

« Son fils Felipe VI remercie son père pour la décision et souligne « l’importance historique de son règne ». »
On se doute que ce brave Felipe ne fait pas allusion au rôle mortifère de ce règne pour l’Espagne et même pour la notion même de monarchie, lourdement entachée auprès de l’opinion.

Source : http://contre-info.com

Commenter cet article

Marchand Jacques 06/08/2020 21:52

Il n'y a vraiment pas à dire..... L'Espagne c'était mieux avant. :-D