Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Grâce à Belloubet et Dupond-Moretti, les assassins ont la belle vie !

2 Août 2020, 13:29pm

Publié par Thomas Joly

Ensauvagement : la balle est dans le camp de la justice, n’est-ce pas, Messieurs Darmanin et Dupond-Moretti ? Hier, nous avons appris avec soulagement que l’un des meurtriers d’Adrien Perez, Yanis El Habib, restera en prison ; avec son frère, il avait poignardé sans raison dans une discothèque ce jeune Grenoblois il y a deux ans, et seuls les réseaux sociaux avaient permis à cette affaire d’émerger dans les médias. J’avais d’ailleurs à l’époque publié sur mon Facebook la photo des deux assassins, déclenchant ainsi un torrent d’insultes (raciste islamophobe, que n’ai-je entendu) voire même de menaces. Mais ne voyait-on pas à l’époque à la une des journaux les photos de Daval et Lelandais ? Au nom de quoi ces deux assassins devraient-ils être préservés de la honte publique ? Leur origine les exonère-t-elle de toute responsabilité, éternelles victimes de naissance de l’histoire qui seraient ainsi excusables des pires crimes ?

D’autres n’ont pas eu doit à cette ultime “chance” de voir les assassins de leur fils croupir en prison. J’ai croisé l’autre jour aux Lilas monsieur Yikilmaz, le père de Kewi, jeune garçon de 15 ans d’origine kurde, poignardé en octobre dernier par deux racailles pour s’être interposé dans une bagarre. Eux ont été libérés par madame Belloubet en mai dernier : sept mois de prison effective, voila ce que vaut la vie d’un jeune garçon tranquille de quinze ans, joueur de foot du Red Star, aux yeux de la Justice française.
Monsieur Yikilmaz, que je connais depuis cinq ans pour raisons professionnelles, est un entrepreneur en bâtiment sérieux et bon père de famille : aujourd’hui, il porte la mort sur son visage, poignardé deux fois, la première par la mort de son fils, la deuxième par la remise en liberté des racailles qui l’ont tué. Et qui n’hésitent pas à s’afficher, casquette renversée, en train de faire des doigts d’honneur sur Instagram : elle est pas belle, la vie de racaille, en France ? Merci, Madame Belloubet…

À l’heure où ce gouvernement de charlatans feint de découvrir “l’ensauvagement” de la France, que ses ministres Castaner et Belloubet ont puissamment favorisé, il serait temps de leur rappeler qu’il ne sert à rien de se déplacer sur les lieux de crimes, de verser des larmes, de déclamer de grands discours incantatoire, “la République ne laissera pas passer” et blablabla : il suffit d’appliquer à la racaille les peines qu’elle mérite, d’une sévérité exemplaire ; de donner à la police les moyens d’intervenir, sans crainte de la réprobation médiatique. Ce n’est pas la police qui tue nos jeunes, nos femmes, et nos vieux : c’est la racaille, que tout conforte et soulage, police désarmée, médias, justice. Il appartient au gouvernement de remettre les choses dans le bon ordre, et comme cela, les ministres n’auront plus à verser des larmes de crocodile sur le sort de leurs concitoyens…

Olivier Piacentini

Source : http://ripostelaique.com

Commenter cet article