Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Hommage au père Hamel, martyr de la France chrétienne

26 Juillet 2020, 17:40pm

Publié par Thomas Joly

Quatre ans déjà que le père Hamel est mort, en pleine messe, sous les lames de ses bourreaux ; des terroristes fichés S que la justice laissait se balader dans les rues de nos villes, un simple bracelet électronique à la cheville. Quatre ans déjà, mais personne en France n'a oublié le visage de notre prêtre, ce visage lumineux qui irradiait la bonté, la force de la foi, de la vocation, de l'amour pour l'autre. Jamais nous ne l'oublieront, il est mort en martyr, mais aussi en héros de la France chrétienne et libre. Car jusqu'à son dernier souffle, le père Hamel n'a pas abjuré sa foi, comme le lui imposaient sous la torture les sales petites ordures. Il a exhorté Satan à s'en aller, et puis en désespoir de cause a pardonné. Geste ultime qui démontre à quel point cet homme était bon, à quel point il était saint, à quel point il mérite sa place aux cotés du très haut.

La mort du père Hamel est le résumé du mal qui afflige notre pays : à travers lui, c'est la civilisation qui se trouve défigurée par la barbarie, avec la complicité d'un état laxiste, irénique, qui refuse d'agir en conséquence face à l'agression subie, traite le mal avec la plus grande négligence. Et ainsi livre son peuple sans défense aux attaques des barbares qui pleuvent comme jamais sur nous.

Darmanin a beau venir, sous les huées, lire ses discours alambiqués, où toute la difficulté de l'exercice consiste à éluder cette France chrétienne depuis deux mille ans. Normal, pour lui, c'est la France cosmopolite, livrée à la racaille qu'il promeut, même s'il s'en défend avec les éternels mots de circonstances « Nous ne laisserons pas la République... et patati et patata », les incantations qui ne trompent plus personne, et font rire nos ennemis.

Quatre ans après le père Hamel, ce sont nos cathédrales, ces joyaux que nos ancêtres nous ont légué à la sueur de leur front, qui sont martyrisées par la barbarie. Ce sont nos crucifix, nos statues de la vierge et des saints, qui inspirent et attendrissent même les moins dévots d'entre nous, qui sont renversés, démolis, mis à terre. La France est livrée sans défense à la barbarie par ses dirigeants indignes. Son patrimoine est vandalisé, sa foi piétinée. Le père Hamel a pardonné. Qu'il me pardonne, que Dieu me pardonne, mais moi je ne pardonnerai jamais.

Olivier Piacentini

Commenter cet article