Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Bayonne : un chauffeur de bus en état de mort cérébrale après une violente agression par des racailles

6 Juillet 2020, 06:42am

Publié par Thomas Joly

Un chauffeur de bus d’une cinquantaine d’années a été violemment agressé par quatre racailles à Bayonne. Il est en état de mort cérébrale, ce lundi 6 juillet. Dimanche aux alentours de 19h, quatre jeunes montent dans un bus sans tickets, ni masques. Une entorse au règlement que le chauffeur leur fait remarquer. Mais avant de quitter le bus, l’un des voyous s'approche du conducteur et le frappe à la tête par-derrière puis le roue de coups, selon un témoignage du délégué CFDT, Jean-Philippe Paulmier, contacté par France Bleu Pays Basque. 

« Il y a tout le temps des agressions verbales »

Le chauffeur a rapidement été transporté à l'hôpital avec un pronostic vital engagé. Il est alors déclaré en état de mort cérébrale. « Il a subi une opération dans la nuit », a déclaré le délégué CFDT Jean-Philippe Paulmier. Plusieurs dizaines de ses collègues se sont d’ailleurs rendus à pied devant l’hôpital pour apporter leur soutien. Si Jean-Philippe Paumier « ne s’attendait pas » à une telle agression, il avoue qu’il y a « tout le temps des agressions verbales, l'ambiance est hyper tendue depuis quelques années ».

Source : http://valeursactuelles.com

Commenter cet article

cam1990 06/07/2020 18:54

Vu de mes propres yeux dans le tram de Mulhouse : une bande de jeunes allogènes, faisant totalement fi du port du masque et des règles de distanciation, postillonnant dans tous les sens.

Arrivent dans la rame deux policiers municipaux masqués (en l’occurrence deux policières municipales), par la porte la plus en avant, la où les usagers n'ont théoriquement pas accès pour des raisons de distanciation.

Les voyant débarquer, certains jeunes (environ la moitié) enfilent le masque, la plupart d'entre eux le laissant d'ailleurs sous le nez, voire l'accrochant carrément sous le menton, ce qui bien évidemment ne sert à rien.

L'autre moitié des jeunes ne fait rien et envoie même des signes ou des sourires moqueurs aux deux policières municipales.

Et là, devinez quoi... Ces dernières restent bêtement plantées là, les bras croisés, à observer ce manège, sans faire quoi que ce soit, ni même dire un seul mot !

Dans quel monde vit-on ?