Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Déconfinement : vous avez confiance vous ?

25 Avril 2020, 17:32pm

Publié par Thomas Joly

Les jours passent, on ne parle plus que du déconfinement, que les Français attendent comme le Messie, comme le jour de la libération. Mais plus ça va, moins on comprend à quoi ressemblera notre quotidien le 12 mai. Jean-Pierre Pernaud a hier poussé un coup de gueule en plein JT : « On met des amendes à des promeneurs en montagne, pendant qu'il y a foule en bas des immeubles dans certains quartiers ; les cantines scolaires vont rouvrir, mais pas les restaurants ; les jardineries travaillent, pas les fleuristes ; le retour à l'école n'est plus obligatoire, on parle d'un élève sur deux en classe ». Et j'ajoute : on pourchasse quelques malheureux pèlerins dans un église, pendant qu'on octroie des dérogations aux musulmans pour ramadan ; on verbalise ceux qui n'ont pas acheté assez de nourriture pendant leur sortie autorisée, pendant qu'on laisse ouvert le deal du cannabis sur les trottoirs...

Dans le cas de l'école, les enseignants se demandent en quoi ça va consister, la rentrée repoussée sine die pour la moitié des élèves, ou des rotations en classe, etc... Rien n'est clair, explicite, tout est confus, on ne comprend pas où le gouvernement veut en venir. On subodore en tous cas qu'il a été obligé d'annoncer un déconfinement à brève échéance, vu la pression populaire qui montait, et vu l'état de l'économie. Mais tout ceci se fait à contrecœur, pour des questions politiques et économiques, et en contradiction avec la logique purement sanitaire du confinement, qui aurait exigé un prolongement de quelques semaines de plus. La preuve de tout cela ? Il suffit d'écouter l'inénarrable Monsieur Salomon, qui déplore que seuls 6 % des Français ont été atteint par le virus, donc qu'on est loin de l'immunité collective... Mais dans ce cas, pourquoi avoir opté pour le confinement, si c'est pour redouter une reprise de la pandémie faute d'immunité collective ? On sent que beaucoup au sein du gouvernement sont pris de vertiges face à ce gouffre qui les attend le 11 mai... La fébrilité les gagne, il suffit de voir les mines des Blanquer, Pénicaud, Castaner, Belloubet : il savent qu'ils jouent gros, et bien au delà de leur carrière politique, du jugement que l'on portera sur leur leur action : on parle aujourd'hui de questions de vie et de mort, et donc de responsabilités engagées sur des enjeux vitaux... Ont-ils les reins assez solides pour supporter tout cela, garder la tête froide, prendre les bonnes décisions, au bon moment ?

Il faut dire à leur décharge qu'il est difficile d'agir rationnellement quand on est managé par Macron. Un Macron qui demande aux ministres d'en dire le moins possible sur le plan de déconfinement, qui exige la discrétion absolue, mais ne peut s’empêcher de faire des révélations inopinées quand l'occasion se présente. Gênant ainsi le travail du Premier Ministre. Car dans toute cette panade et ce désarroi, Macron ne perd pas le nord : il faut que lui, et lui seul, recueille les lauriers d'une gestion de crise qu'il espère réussie, en terme de communication, surtout. Sa vraie hantise, c'est de se voir doubler par son Premier Ministre dans l'opinion, alors il ne peut s’empêcher de lui lancer quelques peaux de banane, de temps à autres : et tant pis si les Français n'y comprennent plus rien, le tout, c'est de montrer à tous qui est le chef, le vrai...

Si après tout cela, vous avez encore confiance en Macron et dans ce gouvernement, libre à vous : moi, je ne fais confiance qu'au peuple Français, qui a fait la preuve de sa résilience, de son sens des responsabilités dans une épreuve qu'aucune génération n'avait connu dans le passé. Et j’espère qu'il saura y voir clair, et placer les vrais coupables du désastre annoncé devant leurs responsabilités.

Olivier Piacentini

Commenter cet article