Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L'héroïque Grèce se dresse contre l'invasion migratoire et repousse les envahisseurs envoyés par Erdogan

2 Mars 2020, 06:33am

Publié par Thomas Joly

Jean-François Touzé, Délégué général du Parti de la France : « La colère européenne grandit contre l'ingression migratoire et ceux qui — Etats, lobbies, organisations mondialistes, finance — la veulent et l'organisent. Elle se manifeste aujourd'hui en Grèce. Elle pourrait bien se matérialiser demain sur l'ensemble de notre continent. Nos peuples veulent rester ce qu'ils sont, conformément à leur identité, leur histoire et leurs traditions. Pour notre civilisation, le pire n'est plus certain. »

La Grèce « n’acceptera aucune demande d’asile pendant 1 mois » et « expulsera tous les migrants franchissant sa frontière » ont déclaré les autorités du pays, après l’afflux massif de migrants, afflux provoqué par la Turquie, qui s’est révélée ces derniers jours être ce que beaucoup avaient déjà dénoncé, à savoir un ennemi juré de l’Europe et des Européens.

En attendant, c’est la Grèce qui se retrouve à faire face, seule, abandonnée par les autres nations européennes pour le moment (ce qui va encore faire se demander à des citoyens à quoi sert l’UE), en première ligne pour repousser cette invasion migratoire.

Et les mesures ont été rapidement prises, signe de la gravité de la situation :

  • Suspension de toutes les demandes d’asile pendant un mois
  • Expulsion de tous les migrants franchissant la frontière grecque
  • Déploiement de la Force d’intervention rapide européenne en mer Égée

Des sources ont indiqué à Kathimerini que, de 7 à 11h dimanche matin, plus de 400 migrants sont arrivés sur les îles de Lesbos, Chios et Samos.

Par ailleurs, excédés par le fait de se voir imposer depuis des années des migrants sur leur île (et d’en subir les conséquences économiques, culturelles, sécuritaires), des habitants de l’île grecque de Lesbos ont mis le feu dimanche soir à un centre d’accueil inoccupé de migrants près de la plage de Skala Sykamineas, après en avoir bloqué l’entrée.

Commenter cet article