Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Radars-tourelles : la révolte repart de plus belle !

6 Novembre 2019, 07:39am

Publié par Thomas Joly

Bien des indices montrent que le mouvement des gilets jaunes, malgré la répression, l’essoufflement et la récupération par l’extrême gauche et les Black Blocs, n’a peut-être pas fini de mijoter. Sous une forme ou sous une autre. Peut-être en repartant à la base de son élan.

Et la base, c’était les radars : pendant tout l’été précédant l’explosion du mouvement, le 17 novembre dernier, les radars étaient incendiés ou vandalisés partout en province. Le gouvernement n’avait pas voulu voir.

Or, voici que, dès le 25 octobre dernier, on apprenait, dans Capital, que la destruction des radars était, cette semaine-là, repartie à la hausse, à la surprise générale – enfin, surtout celle des autorités -, et ce, malgré les peines très lourdes prévues contre les auteurs de dégradation de ces engins : « Selon le site radars-auto, 11 cabines ont été incendiées cette semaine. Le phénomène, qui touche aussi bien les radars fixes que les radars autonomes, les radars tourelles, les radars discriminants ou les radars double face, a été constaté dans toute la France. Pourtant, précise le site, de nombreux engins sont sous surveillance policière. Le week-end dernier, deux radars ont été incendiés : un radar autonome en Meurthe-et-Moselle et un radar fixe en Saône-et-Loire. Des destructions qui se sont poursuivies tout au long de la semaine. Lundi, c’est un radar tourelle qui a pris feu dans le Morbihan alors que trois nouveaux appareils ont été vandalisés mardi : dans les Alpes-de-Haute-Provence, le Val-d’Oise et la Haute-Marne. Le lendemain, un autre radar tourelle a été retrouvé au sol dans la Sarthe et une cabine installée le matin même a été incendiée jeudi dans l’Oise. Enfin, dans la nuit de vendredi à samedi, deux autres radars ont été victimes des flammes. À nouveau dans l’Oise pour l’un et en Loire-Atlantique pour le second. »

Mais cette flambée n’est pas retombée et toute la France semble de nouveau touchée. Le Président et le gouvernement devraient s’en inquiéter.

Ces jours-ci, c’est en Bretagne que les destructions les plus spectaculaires ont eu lieu : des radars tourelles, réputés imprenables, incassables, in-…, ont été mis hors service, sciés, et cela, dans les heures mêmes qui ont suivi leur installation !

Selon France Bleu Armorique, le radar de la RN164, à Plémet (Côtes-d’Armor), est déjà hors d’usage : il « il a été vandalisé dans la nuit de jeudi à vendredi. Scié à la base, l’appareil est tombé sur la voie. »

D’après 20 Minutes, le week-end dernier, « un radar tourelle installé à Plouvara, toujours dans les Côtes-d’Armor, avait déjà été incendié et mis hors service ».

La Bretagne s’était fait connaître par la révolte des bonnets rouges puis avait pris une part active à celle des gilets jaunes. Une réponse aussi radicale à l’installation de ces nouveaux radars devrait faire réfléchir le gouvernement.

Il est, en tout cas, consternant qu’un an après, les mêmes gouvernants soient toujours en place, d’Édouard Philippe à Christophe Castaner, et, surtout, que la politique en la matière n’ait pas changé, se contentant d’inventer des radars plus nombreux, plus hauts, plus résistants, plus « efficaces », puisque le gouvernement a prévu d’installer 1.200 radars tourelles d’ici à « fin 2020 », selon le délégué interministériel à la Sécurité routière Emmanuel Barbe.

Nul doute que la France périphérique appréciera cette attention et cet investissement qui lui est spécialement destiné…

Dominique Monthus

Source : http://bvoltaire.fr

Commenter cet article

Union des Fouines 06/11/2019 17:22

Oui mais les radars c'est capital pour l'état d'occupation qui se doit de financer les 25 milliards d'euro annuels que nous coûtent les clandestins.

En plus c'est important, il faut reconstruire d'urgence le cirque halal de 1 million d'euro de Chanteloup-les-Vignes.

C'est capital de financer les 40 milliards qui partent pour les plans banlieue réservée et annexées par l'occupant Africain là où l'état n'en dépenserait pas 5 aux mêmes affectations pour le reste du territoire national .


C'est important de financer les nouvelles écoles et hôpitaux à Mayotte la Française muz d'Afrique , il faut bien gaver de nos impôts les millions de Comoriennes qui débarquent dans les maternités pour "avoir un enfant Français" pour les papiers, les allocs etc..

C'est capital de financer les millions de dealeuses Surinamaises qui en Guyane font exactement la même chose que les Comoriennes à Mayotte : Elles viennent pondre sur le territoire Français pour accéder au statu de "Français"



La France, 2e pays au monde où l'on paie le plus d'impôts

http://leparticulier.lefigaro.fr/jcms/p1_1703493/la-france-2e-pays-au-monde-ou-l-on-paie-le-plus-d-impots

L'auteur aurait du allonger le titre et ajouter "pour être le pays le plus islamisé d’Europe + le pays où on se repend à vie, le pays où le blanc est exclu des HLM qu'il finance, le pays où les occupants ont le droit de chanter "tuer des bébés blancs" ou "je téléphone au 17 et je tire dans le tas" ...


La France de la raie-publique, ce n'est plus qu'un Goulag pour blancs au profit des Africains, Surinamais, Syriens, Roms et tout ce que la terre porte de plus sociopathique

Nous avons même des collabos journalistes payés par nos impôts qui vont jusqu'à préconiser publiquement de raser notre patrimoine historique pour plaire à l'occupant..
Même entre 1940 et 1944 nous ne trouvions pas un seul collabo allant jusque là !
(Nous avions déjà des Vian, des Sartre, des Thorez quand même, mais rien au niveau de dégénérescence d'un Apathie )


Chaque euro gagné ne sert qu'à payer la balle avec laquelle on nous fusille, je me félicite donc de faire gagner le moins de pognon possible à la secte France : .Ich bin kein.kollaborateurin !

Marchand Jacques 06/11/2019 15:41

Oui, aux taguages des radars, Cela d'autant à notre époque où les Français ne sont pas écoutés, où les Français sont considérés sont considérés comme des citoyens de seconde zone chez eux. . le gouvernement y trouve du racket. Surtout aux endroits non dangereux pour les conducteurs, On ne peut pas avoir un regard contant sur le compteur. Non à leurs destructions, ce qui revient à du vandalisme gauchiste.

Union des Fouines 07/11/2019 14:25

- les Français sont considérés sont considérés comme des citoyens de seconde zone chez eux."

Cela fait partie du statut de dhimmi , c'est exactement ce que les Espagnols ont vécu pendant 700 ans, ou l'Inde pendant 700 ans également
(20 millions de morts en inde)

https://youtu.be/SMd10f5s9jw