Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le racisme des statues anciennes enfin démasqué !

21 Novembre 2019, 07:02am

Publié par Thomas Joly

Selon un article paru, ce 19 novembre, dans l’hebdomadaire Marianne, un nouveau tremblement de terre secoue le microcosme culturel inculte et bien-pensant dans le combat qu’il mène contre l’horrible racisme, lequel, on le sait, est partout, en tout et dans le contraire de tout. Après les masques noirs et blancs d’une tragédie d’Eschyle interdite de Sorbonne, voilà qu’une grande découverte archéologique et patrimoniale vient corroborer la thèse selon laquelle on ne nous dit pas tout, on nous cache des choses, dès lors qu’il s’agit de proclamer la supériorité du Blanc sur les autres races, et par conséquent de s’en prendre au métissage et à la diversité : non, les statues de la Grèce ou de la Rome antique n’étaient pas blanches, comme on les voit aujourd’hui dans les musées, elle étaient en couleur. Mais cela nous a été dissimulé pour nous faire croire à la supériorité de la race blanche !

Quiconque possède un peu de culture – et notamment en ce qui concerne la civilisation gréco-latine – sait bien que ces statues, comme les murs des temples, étaient peintes, et donc en couleur, mais tout le monde sait aussi que la peinture subit les effets du temps, de la pluie, des dégradations diverses, surtout au bout de vingt à vingt-cinq siècles – de même que les yeux des statues qui, constitués de pierres précieuses, ont été dérobés au cours des différents invasions -, si bien que tous ces ouvrages se sont retrouvés, à force, dans leur état d’origine, c’est-à-dire en marbre ou en pierre nue, et par souci de ne pas les défigurer ou les dégrader un peu plus – et comme, en ces temps lointains, la photographie, hélas, n’avait pas encore été inventée, et l’on n’a aucune photo d’Athéna Promachos ou de la Vénus de Milo -, on a préféré ne pas les repeindre. Mais peut-être bientôt, au train où va l’art patrimonial ministériel revu par les créateurs contemporains subventionnés, les verra-t-on entourées d’un ruban autocollant jaune, comme la cité de Carcassonne, ou bien enveloppées dans des bâches en plastique, comme il était question de le faire pour l’Arc de Triomphe de la place de l’Étoile, ou bien tenant dans la main un bouquet de tulipes façon Jeff Koons.

Donc, pour en revenir à cette décoloration statuaire, l’explication est simple comme bonjour, et claire comme de l’eau de roche. Mais pas pour certains esprits éclairés d’aujourd’hui qui voient là une nouvelle preuve du racisme des Blancs à l’égard de la sacro-sainte diversité. Et voilà qu’aurait encore sévi (mais on ne le savait pas) la race pure, aryenne et blanche ! C’est Hitler II le retour, les nazis sont dans nos musées… D’ailleurs, c’est certainement pour ça que ces monstres les pillaient pendant la dernière guerre. Et si c’était eux qui avaient décoloré les statues pour les rendre blanches ? Une enquête s’impose.

Hier, c’était le théâtre et ses masques qui étaient racistes, à présent, c’est la sculpture…

Et peut-être que, demain, c’est la musique à son tour qui va être démasquée, et les compositeurs se verront accusés de racisme s’ils ne bannissent pas de leurs portées les notes blanches, pour ne composer qu’avec des noires. Ce qui doublera le nombre de notes, puisqu’une blanche vaut deux noires – je parle des notes, pas des femmes !-, mais aussi peut-être celui des soupirs.

Vraiment de quoi se mettre en colère, et sans risque, cette fois, puisque la colère est noire !

Jean-Pierre Pélaez

Source : http://bvoltaire.fr

Commenter cet article

Union des Fouines 21/11/2019 14:19

Nos corrompus utilisent des outils sans rien connaitre des règles de sécurité.

Outils d'ingénierie sociale théorisés depuis quasiment cent ans, à cheval entre la psychologie des foules, le marketing et l'hypnose.

Comme tous les singes utilisant des outils : nos corrompus sont dangereux pour eux-mêmes et pour les autres .

Ces tares (et tarés) de l'histoire Européenne n'ont pas encore compris qu'ils ont rompu le pattern hypnotique, chaque mesure supplémentaire opére un effet inversement proportionnel à celui escompté.
Ils continuent le forcing comme si le pattern n'était pas rompu.

Le populo, travaillé mentalement et progressivement depuis 1968 avalait la manipulation.
En 2019 c'est terminé, l'hypnose ne prend plus, le pattern est cassé.
Les ingénieurs sociaux politichiens dont nous étions les sujets d'expérience sont désormais nos bêtes de foire.

Quand on entend un Assellineau l'Africain ou même une Marine Le Pen qui promet de consacrer 0.7% de notre PIB à l'Afrique on réalise à quel point ces tarés sont déconnectés.
Ils sont des dangers pour tous y compris pour eux-mêmes.
Là où le populo vomit l'Afrique et tout ce qui en vient, les hypno-manipulateurs perdurent la litanie comme si rien ne s'était passé .

Ces tares sont vraiment des tarés, ils ont perdu le contrôle de leurs outils, "le roi est nu" et nous les voyons aussi incompétents et manipulateurs qu'ils sont. Le costume est tombé, ils sont à poil sans même s'en rendre compte apparemment.
C'est terminé les contre-vérités, les faux chiffres, chacun de leurs propos est vérifié. Ils ont perdu toute forme de confiance individuelle et collective.

Pire, ils peuvent supprimer internet totalement, cela ne changera rien le pattern d'hypnose est rompu et beaucoup se sont armés de documentation non numérique.

Ces gens sont des tarés, s'ils ne remarquent pas qu'on se fout de leurs goules c'est vraiment qu'ils ont un problème, une pathologie d'avinés les poussant à danser sur les tables alors que la situation ne s'y prête pas du tout.
Des phénomènes de foire.