Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le drôle de parcours de Yoann Gillet, candidat RN à Nîmes

3 Novembre 2019, 13:27pm

Publié par Thomas Joly

La classe politique a soutenu presque unanimement l’élu RN Yoann Gillet lorsqu’il s’est fait agresser il y a quelques jours à Nîmes…

Même Schiappa est montée au créneau pour défendre Gillet. La police a trouvé les présumés coupables en quelques jours. Mais pourquoi tout ce zèle et cet empressement à retrouver les coupables ?

La réponse est peut-être dans cet article qui suit, daté de 2016 :

Ils sont beaux comme des légionnaires les p’tits gars gardois de la Marine. Yoann Gillet Truillet est très précoce dans beaucoup de domaines… et dans la politique en particulier.

En mai 2006 tout juste âgé de 19 ans, poète, il publie un manifeste sur son blog, véritable cri du cœur et d’amour à la chose publique qu’il chérit tant.

“Politique, je t’aime, moi non plus…
Je me suis engagé en politique à l’âge de 16 ans en rejoignant l’Union pour un Mouvement Populaire. Un bel Union imaginé et créé par Alain Juppé. Il y a un an et demi, j’ai pris la fonction de Délégué Général de « Aujourd’hui, Autrement », parti politique créé par Jean-Luc Romero. Je suis également devenu Vice président de « Jeunes Autrement ». Mais aujourd’hui, la politique me tourne le dos…
J’ai 19 ans et je suis dans la vie active (gérant d’un magasin et jeune attaché de presse indépendant). De nos jours, comment faire de la politique sans être fonctionnaire, avocat ou médecin ? Tout le problème est là. Du temps, je peux en trouver, mais à l’heure où je suis disponible, la politique est dans un profond sommeil.
Alors que faire? Dois-je démissionner de mes responsabilités politiques ? Je n’en ai aucune envie, mais la réalité me rattrape. La question est posée…”

À défaut de se faire rattraper par la réalité Gillet va essayer de rattraper la gamelle politique.
Pourquoi lui Yoann Gillet Truillet qui incarne la perfection au masculin n’aurait-il pas droit lui aussi à sa gamelle ? Alors Gillet Truillet essaye et essaye encore.

À l’UMP comme fan de Sarkozy. En 2007 Gillet Truillet se jette à corps perdu dans la campagne présidentielle espérant secrètement que la victoire de sa nouvelle idole lui ouvre la porte d’une petite gamelle… Makash walou !

Déçu mais pas abattu le petit Yoanń rompt avec l’UMP et pousse la porte du Nouveau Centre. Il se prend de passion pour Duncombe, tête de liste Nouveau Centre soutenu par le Modem aux municipales de Caen. Au beau milieu de cette tambouille  à la mode de Caen, Gillet Truillet se prend pour le Caïn de Caen et tente de tuer ses frères de l’UMP !
Avec un superbe 6 %, le candidat de Gillet Truillet se brise sur le mur du premier tour.
Pour Gillet Truillet c’est retour à la case départ et toujours pas de gamelle en vue !

Après le fan club de Romero, après l’UMP et le Nouveau Centre Gillet Truillet ne désarme pas et va tenter la gamelle au Front National. Adhérent du FN avec la ferveur des nouveaux convertis au Lepenisme, Gillet Truillet en profite pour abandonner Truillet, il se fera désormais appeler Yoann Gillet.
C’est au FN, à défaut, que Gillet rencontre son Pygmalion Julien Sanchez qui va faire de lui sa Galatée en lui promettant gîte, couvert et gamelle façon Bygmalion.

Gillet s’expatrie sous le soleil du Gard, département sur lequel Sanchez a jeté son dévolu.

C’est chez les gars de la Marine qu’enfin on reconnaît la valeur de Gillet.
Pour faire genre je travaille, Gillet monte une société bateau pour se déclarer Conseil en relations publiques et communication : ça fait bien sur la carte de visite.
Gillet décroche enfin un poste comme secrétaire départemental adjoint du FN du Gard. Il suce la roue de Sanchez le patron du FN du Gard qui se fait élire à la gamelle régionale en 2010.

Arrivent les municipales de 2014, Gillet est aux anges, il est nommé tête de liste à Nîmes et va enfin pouvoir se voir en haut de l’affiche. Il se fait élire au conseil municipal à Nîmes et à l’agglo, et hop 460 € par mois de plus dans la gamelle qui vont lui servir à payer ses cafés car c’est du côté de Beaucaire que Gillet va remplir copieusement sa gamelle. Son Pygmalion Sanchez remporte la ville de Beaucaire et fait appel à Galatée Gillet qu’il nomme directeur de cabinet.

Homme à tout faire du nouvel homme fort de Beaucaire, ça paye pas trop mal (un peu plus de 3.000 €/mois) et surtout cela permet enfin à Gillet de se livrer corps et âme à la politique, sa dévorante passion dont il veut faire son métier.

Gillet, nommé par la Marine secrétaire départemental du FN 30, s’autodésigne candidat aux départementales sur le canton de Marguerittes. Les nuits du petit Gillet sont ces jours-ci agitées… Il se rêve le 29 mars prochain gamelleur au département du Gard, de quoi doubler son train de vie et vivre d’amour et de fraiche.

Et après ?
Gageons que vu qu’il n’a que 28 ans, les gardois vont devoir se “taper” Gillet pendant au moins les 25 prochaines années…

Gillet salive d’avance en songeant aux gamelles qui vont s’offrir à lui… Une belle gamelle régionale en décembre (si la départementale lui échappait), tenter la députation (et ses très confortables frais d’indemnités et de représentations de mandats non contrôlés…) en 2017.

Gillet rigole en voyant ses électeurs gogos tomber dans le panneau de la politique autrement, alors que comme tous les nouveaux gars de la Marine il n’aspire qu’à reproduire la technique UMPS pour gameller toujours plus.

Source : http://medias-presse.info

Commenter cet article

Union des Fouines 03/11/2019 18:47

Que le PdF se rassure, c'est gros comme une maison.

Entre Philippot, Briois, Gillet, PM Couteaux, David Masson-Weyl, Guillaume Laroze, Sébastien Chenu, etc... (la liste est énorme, vraiment énorme)

Passe encore leur vie privée on s'en fout mais le souci c'est que c'est devenu un étendard de victimisation, surtout au RN.
Ce qui nous fait penser que le RN est en dessous de tout, après 70 ans ils n'ont toujours pas compris le mot "entrisme" .

Les élections ne valent plus que pour les minorités, donc elles se passeront sans moi.