Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Dreyfus : et maintenant, le film !

14 Novembre 2019, 07:22am

Publié par Thomas Joly

Le film ouvertement dreyfusard, J’accuse, (avec le grimaçant Jean Dujardin) a été diffusé en avant-première ce début novembre à l’École militaire, où il a pour l’essentiel été tourné. En salles depuis le 13 novembre, la nouvelle œuvre du fils de Sem, Roman Polanski, produit par un certain Alain Goldman, retrace d’un point de vue monochrome et geignard le parcours du Capitaine Dreyfus. Le film, présenté avec un grand sens de la nuance comme « retraçant le plus grand scandale antisémite de la fin du XIXe siècle en France » (sic), a été projeté en avant-première à l’École militaire en présence de nombreux haut gradés en extase, dont le chef d’état-major des armées, le général François Lecointre.  La Grande Muette (surnom ici fort galvaudé) a par ailleurs ouvertement collaboré à ce projet pseudo-historique, tourné là-même où le capitaine Dreyfus avait été dégradé de ses titres le 5 juillet 1895 pour haute trahison (condamnation confirmée deux fois par la suite par des tribunaux militaires). 

En juillet dernier, la ministre des Armées, Florence Parly, a estimé que « 120 ans plus tard, il est encore temps que les Armées redonnent à Alfred Dreyfus tout l’honneur et toutes les années qu’on lui a ôtés », ce qui est faux sachant qu’en 2006 déjà, “saint” Jacques Chirac avait présidé une cérémonie en l’honneur du capitaine Dreyfus, « injustement accusé de collaboration avec l’ennemi ». Arrêtons-nous un instant sur cette Parly… Le Ministre en charge de nos armées traîne en effet une impressionnante batterie de casseroles : elle est la cible du Parquet Financier dans une affaire de trucages d’appels d’offres — lorsqu’elle était directrice générale à la SNCF — au profit de la société IBM. Elle a par ailleurs perçu près de 52.000 euros par mois, pas moins, pour ses quelques mois passés à la tête du mastodonte. Enfin, Florence Parly a reçu un parachute doré de 675.800 euros suite à son départ de la société Air France en 2014, fait découvert et dénoncé récemment. Nous avons donc affaire à une donneuse de leçon qui n’est pas dans la disette.

Bien entendu, nul ne sera surpris que le film reprenne à son compte l’image d’un Dreyfus innocent, la vérité officielle relevant du gavage d’oies. Seul hic : la thèse selon laquelle le virginal Dreyfus est la cible de méchants complotistes n’aimant pas le Grand Sanhédrin se heurte de plein fouet à une succession de travaux charpentés démontrant l’inverse. Sans même évoquer les pamphlets d’André Figueras ou de François Brigneau, on signalera entre autres les livres ou articles de Dutrait-Crozon, de Roget, de Vignancour, de Galabru, d’Amiot, de Monique Delcroix, de Plouvier. Enfin le dernier en date, très fouillé, malgré des faiblesses justement soulignées par Monique Delcroix, L’Affaire Dreyfus, entre farces et grosses ficelles d’Adrien Abauzit, avocat au barreau de Paris, fait un tour exhaustif de la question.

Le lecteur ira donc avec profit se balader à la campagne, jouer aux boules, ou visiter des cathédrales, plutôt que d’ingurgiter ce navet. Quant à Polanski, la sortie de son pensum est désormais entachée d’une accusation de viol ! En effet, lui qui est poursuivi par la justice américaine depuis 1977 pour le viol d’une mineure de treize ans, et sur lequel pèsent deux autres accusations de même type, se voit accusé sans détours par une comédienne, Valentine Meunier : « Est-ce tenable, sous prétexte d’un film, sous couvert de l’Histoire, d’entendre dire “J’accuse” par celui qui vous a marquée au fer, alors qu’il vous est interdit, à vous, victime, de l’accuser ? », interroge-t-elle, ce qui, dans le monde fou dans lequel nous vivons, pourrait presque apparaître pour des propos aux relents antisémites. Dans un texte publié le 8 novembre dernier par Le Parisien, Valentine Monnier fait en tout cas le récit d’un Roman Polanski violeur et écumant, cela en 1975, en Suisse, alors qu’elle avait à peine 18 ans.

Se pourrait-il donc que le donneur de leçon ashkénaze soit en réalité un fieffé coquin ? Il semble mal placé en tout cas pour dire le Bien et le Mal. Mais on connaît le culot phénoménal de certains…

Jean Beaumont

Source : http://rivarol.com

Commenter cet article

Marchand Jacques 14/11/2019 11:26

Le chose est que pour culpabiliser les Patriotes, pour mettre en doute le vote patriote (de droite), il faut s'attendre à ce genre de films avant les prochaines élections,, comme à chaque élection depuis des années, de la part du système. La France subissant, aussi, une guerre psychologique. Après on s'étonne qu'il y a ait la droite nationale comme Gilets Jaunes dans les rues. Pire encore que face au système elle peut se faire condamner à 135 euros pour ports de gilets jaunes cela d'autant dans les villes dont les Préfets sont pro-macron. Français, debout et résistons !!!

Union des Fouines 14/11/2019 09:31

Ils commencent très sérieusement à nous faire chier (désolé mais y'a aucun autre mot)

Un de ces jours il faudra que lea sec te FM et la communauté se repentent éternellement pour le communisme + l'épuration d'aout 1944 + les procès au Maréchal Pétain à qui ils doivent TOUT à commencer par la vie .


La France de 1939-1945 est la région d'Europe la plus peuplée de réfugiés juifs (et de très loin) et le pays ayant le moins déporté d'entre-tous malgré l'occupation.

Ce n'est pas fait pour provoquer ni exagérer mais je pense réellement la phrase suivante : Évidentes sont es immenses similitudes avec les musulmans, France pays comptant le plus de musulmans de toute l'europe manifestant leurs "persécutions" en France..

Personne ne m'empêchera de remarquer que la communauté juive a souvent des comportements hystériques envers les Gaulois, mais jamais envers les pires conneries de Esther Benbassi ni envers les pires conneries des Muz.
Le CRIF la LICRA et SOS-Racisme et chacun de leurs cadres et activistes devraient être mis en procès depuis très longtemps.