Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L’offense faite à Brigitte : y a d’la samba dans l’air !

28 Août 2019, 05:27am

Publié par Thomas Joly

Visiblement, y a non pas de la rumba mais de la samba dans l’air. La polémique autour de l’offense faite à Brigitte ira-t-elle jusqu’à la convocation d’une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité des Nations unies ? Une résolution est possible. Sauf erreur de notre part, ce serait la 2470e. Une de plus qui, elle, au moins, intéressera les journaux. Poutine, qui a offert des fleurs à Brigitte lors de sa visite à Brégançon, mettra-il son veto à cette résolution ? Et Trump, qui fait la bise à Brigitte qui fait la bise à Melania qui fait la bise à Emmanuel qui ne fait pas la bise à Donald, et Trump, donc, que fera-t-il ? Débat cornélien en perspective sous la tignasse dorée. Et le Chinois ? Et l’Anglais ? Et l’Allemande ? Ah non, pas l’Allemande. Du moins, c’est promis, pas pour tout de suite.

Emmanuel Macron, chef des armées, va-t-il ordonner que le porte-avions Charles-de-Gaulle, entouré du groupe aéronaval, se dépêche, sans délai, dans l’océan Atlantique pour pointer son nez au large de Rio de Janeiro ? Autrefois, on appelait ça la politique de la canonnière. La France a conquis l’Algérie pour un coup de chasse-mouches du dey d’Alger « inapproprié », comme on dit de nos jours. Alors, vous imaginez que l’offense faite à Brigitte, c’est autrement plus grave. Que Bolsonaro n’ait pas fait ses classes à Buckingham Palace, cela semble une évidence. Il y a des choses que l’on ne dit pas lorsqu’on est un gentilhomme. Certes, il paraît que les relations internationales ne s’apprennent pas dans les livres de la baronne de Rothschild ou dans les émissions de Stéphane Bern, mais quand même, il pourrait faire un effort, le danseur de samba ! Se moquer du physique de Mme Emmanuel Macron, née Brigitte Trogneux, cela ne se fait pas. On peut insulter un pays ; on peut même insulter les Français : la preuve par Macron. Mais pas Dame Macron.

Cependant, il semblerait que l’on va éviter la guerre, non pas parce que Brigitte Macron n’est pas la Belle Hélène, mais parce que Bolsonaro n’est pas le Brésil. La preuve : « Les Brésiliens s’excusent auprès de Brigitte Macron » (Le Huff). On ne va pas finasser : on ne dit pas « s’excusent » mais « présentent leurs excuses ». Mieux : « demandent de bien vouloir les excuser ». C’est, du reste, ce que titre 20 Minutes : « Les Brésiliens présentent leurs excuses à Brigitte Macron par Twitter. » Il serait d’ailleurs plus juste et exact d’écrire, comme le font la plupart des autres médias, « Des Brésiliens » plutôt que « Les Brésiliens ». 50.000 twittos ne font sans doute pas une nation, ou, tout du moins, pas encore. L’écrivain brésilien Paulo Coelho demande carrément pardon. Demander pardon pour les fautes qu’on n’a pas commises, ça marche bien, ça aussi. En Europe, on connaît ça par cœur depuis des années. Évidemment, un hashtag est lancé. Très important, le hashtag. C’est une sorte de nouvelle République des Lettres en 130 caractères qui s’affranchit des frontières.

En même temps, le hashtag permet de découvrir des choses que la presse nous avait cachées. Par exemple, d’un certain Breno Santiago : « M. Emmanuel Macron, Bolsonaro a été mis au pouvoir par des non-Brésiliens, il ne représente pas le Brésil et nous Brésiliens. » Théorie du complot à front renversé ? Plus curieux, d’un certain Bipolar : « Je m’excuse auprès de vous, malheureusement, nous avons un enfant au pouvoir ! » Ah, ces pays dirigés par des enfants, à qui le dites-vous, cher Bipolar !

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.fr

Commenter cet article

Union des Fouines 28/08/2019 17:35

La première offense c'est que Macron ose riposter en disant "Le Brésil mérite un meilleur président qui respecte son peuple".

C'est à mourir de rire venant de Macron qui dit "il n'y a pas de culture Française" "il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien", "peuples de Gaulois réfractaires", "les Français n'existent pas" ...et bien d'autres saloperies .

Antérieurement, Bolsonaro avait mati-ère à humilier Macron s'il n'avait pas réagi trop "à chaud"

1-L'afrique et ses incendies de foret, d'ailleurs vu que les incendies de forêt africains causent 20% du Co2 mondial il faudrait leur imposer une taxe carbone !!!
(sinon comment la faire accepter aux Européens ?)

2- L'Amazonie est à cheval sur plusieurs pays, comment se fait-il que Macron ne s'en soit pris qu'au Brésil ?


Du danger de répondre à chaud en politique se croyant encore dans l'entre-soi d'hier.
Les mastodontes présidentiels peuvent se permettre de demander à leurs équipes la collecte de ripostes, basées entre-autre sur l'étude des réactions sur les réseaux sociaux, puis de s'exprimer à la sortie des réunions.
(voir de riposter par biais de réseaux sociaux, sur le ton de l'ironie "je n'ai pas voulu donner du grain à moudre au troll Macron, mais j'avais envie de dire ceci et cela"
(dans l'esprit d'on't feed the troll, ne nourrissez pas le troll)

Nous sommes à une époque de guerre asymétrique, encore faut-il utiliser les outils de cette guerre de faon stratégique.
Je sais, l'ex pression "guerriers du net" est à la mode, mais quand il y a des guerriers il faut savoir les utiliser à son avantage.

Le militantisme et la gestion des militants consiste à utiliser la bonne personne au bon endroit dans la bonne fonction,dans le domaine dans lequel la personne est performante, c'est pareil dans n'importe quelle entreprise, ou même à l'armée.

Bien malin celui qui dit que le renseignement et la communication ne sont pas importants......