Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Justice politique : « La Cour d'Appel d'Amiens me prive d'avocat et me juge en mon absence ! »

16 Mai 2019, 19:29pm

Publié par Thomas Joly

Communiqué de Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France

Suite à ma condamnation inique en première instance pour avoir dénoncé la barbarie islamiste dans un article de mon blog en l'illustrant de photos pourtant trouvables dans la presse française et internationale, j'avais immédiatement fait appel de cette décision politique.

Le 24 octobre dernier, la Cour d'appel d'Amiens ajournait l'audience en exigeant que je subisse une expertise psychiatrique comme aux plus belles heures de l'URSS. Le procès est alors reporté au 15 mai.

Une semaine avant cette date, mon avocat étant retenu à 500 km d'Amiens ce même jour pour une audience qui ne pouvait être reportée, il demande, comme c'est l'usage, le report de mon procès au greffe de la Cour d'Appel d'Amiens qui lui répond que sa demande sera transmise à la Présidente de la Cour d'Appel. Celle-ci ne signifie un refus à mon avocat que le matin-même de l'audience ! Alors même que mon procès ne comporte aucun caractère d'urgence et qu'elle n'invoque aucun motif pour justifier son refus, ce qui démontre clairement une hostilité politique à mon égard.

Sur les conseils de mon avocat, je ne me suis évidemment pas présenté au Palais de justice, l'objectif des magistrats de la Cour d'appel étant de me priver de mon défenseur. Ils m'ont donc jugé en mon absence. Ce qui me permettra de me pourvoir en cassation pour atteinte manifeste aux droits de la défense.

L'avocate générale a réclamé la confirmation de ma condamnation initiale, soit deux mois de prison avec sursis et 2.000 € d'amende (peine bien souvent même pas appliquée aux islamistes faisant l'apologie du terrorisme). L'arrêt de la Cour d'appel sera rendu le 3 juillet. Si une relaxe n'est pas prononcée, je formerai un pourvoi en cassation. Il est hors de question de laisser des juges rouges bafouer le droit et ma liberté d'expression face aux atrocités des islamistes fanatiques.

Commenter cet article

Le Morin 17/05/2019 11:22

Désolé pour vous mais toute personne vivant dans un QG historique PCF-CGT sait que le droit, la loi, sont des fables lorsqu'on vit en ex-URSS.

Quand la CEP juge interdit l'expulsion d'assassins au faux statut de réfugié (puisque réfugié c'est la première frontière qui vient, pas en faisant son petiot marché de l'asile), il n'est plus question de se faire la moindre illusion .

L'action politique est devenue vaine dans ce climat inquisitorial, la solution ne peut plus être politique.

Le Morin 17/05/2019 15:33

Précision ;

Le commentaire ci-dessus n'est pas de la résignation.

Au contraire plus on laisse le champ libre aux inquisiteurs pour déballer leurs inepties et leur dissonance cognitive (prêches VS réalité) plus ils se rendent haïssables à la majorité de la population.
(étude US 2018 = 63% des FR sont hostile à toute immigration supplémentaire)

Pour le moment il faut sortir le casque lourd et se terrer dans un trou.
Seuls ceux qui sont en bonne santé physique et morale pourront être utiles.

Les citoyens lambda cassés par des années de combat les deux mains attachés dans le dos (répression / censure expression / harcèlement ) auront déjà rendu les armes, résignés.

J'écoute TOUJOURS ce que dit le PDF, mais a force de vains combats les mains attachés dans le dos, les anciens du canal historique ont rendu les armes et ne veulent plus vainement mouiller la chemise.

Comme sous d'autre temps d'occupation, seuls ceux qui seront restés discrets pourront prétendre résister.
Si nos corrompus rêvent de résignation "de guerre lasse" ils rêvent totalement, chaque minute qui passe, chaque excès, produit l'effet inverse !

Je ne compte plus les agités du bocal de gauche qui hier me traitaient de "vilain" et qui désormais sont encore plus vilains que je ne l'ai jamais été.
Les agités du bocal d'hier se retournent contre leurs maître et sont toujours aussi agités. Ils n'ont jamais eu l'habitude de faire dans le détail, je n'aimerai pas devoir les canaliser, c'est pas des gens de droite disciplinée.