Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Élections européennes : premier bilan et quelques perspectives

26 Mai 2019, 22:01pm

Publié par Thomas Joly

Au terme d'une campagne atone, terne, et aux enjeux détournés tant il est vrai que, par un accord tacite entre les deux principaux protagonistes, parrains des listes que les sondages donnaient gagnantes, ce n'est pas d'Europe que l'on a parlé mais de stratégies nationales en vue de 2022.

Les électeurs se sont exprimés. Comme ce fut le cas lors des précédentes Européennes, ils l'ont fait sans grand enthousiasme, malgré une participation en très forte hausse (52 % de votants) par rapport à 2014, 2009 et 2004 (en moyenne 40 %), hausse sans doute induite par le retour à un scrutin national dans une circonscription unique. Les abstentionnistes, pour autant, constituent toujours le premier parti de France, plus par dégoût, rejet et mépris de la classe politicienne et du Système, que par désintéressement de la chose publique.

En obtenant moins de 24 % des suffrages et en finissant la course en tête comme ce fut déjà le cas en 2014 avec 24,86 % (aucune progression donc), la liste du Rassemblement national, favorisée pourtant par le vote utile anti Macron et servie par l’idée que quelque chose pourrait peut être changer dans les rapports de force au sein du Parlement européen, confirme sans plus son audience, d'autant que celle-ci demeure de circonstance et correspond essentiellement à un vote par défaut. On notera à cet égard que, compte tenu du taux d’abstention, le score réel de la liste conduite par Jordan Bardella ne représente qu'un peu plus de 10 % des inscrits ce qui, dans un contexte de rejet du gouvernement et d’accélération des menaces migratoires, économiques, sociales et sécuritaires, ne saurait être considéré comme un succès.

Avec plus de 22,5 % la liste de la République en marche, malgré l’hystérie de la propagande européiste de ces derniers jours, se situe très nettement en deçà du résultat obtenu par Emmanuel Macron lors du premier tour de la Présidentielle de 2017 (24,1%). Il s'agit donc clairement d'un revers pour le parti présidentiel qui réussit néanmoins à maintenir l'essentiel de son électorat et conserve donc un socle fort pour les prochaines échéances. Là encore, le vote utile de la droite molle et de la gauche bobo contre le totem brandi du « risque d’extrême droite » a joué en faveur de la liste gouvernementale et a permis de limiter les dégâts. Macron conforte ainsi sa stratégie confiscatoire du choix des électeurs en imposant l'idée du seul duel possible à la future Présidentielle entre Marine le Pen et lui.

Les Républicains, quant à eux, malgré la nouveauté talentueuse et l’image « droitière » de leur tête de liste François-Xavier Bellamy essuie, en n’arrivant, avec moins de 9 % qu'en quatrième position derrière les Verts, un échec cuisant qui ne sera pas sans conséquences et sont loin, très loin, de retrouver leurs électeurs perdus après le naufrage Fillon. Le « centre droit républicain » paye ainsi des décennies de mensonges, d’ambiguïté, de laxisme, de faux semblants, de renoncements, d’aveuglement et d'erreurs tactiques. Ce n'est que justice.

La gauche, toute tendance confondue, Verts mis a part qui bénéficiaient de la mobilisation bobo sur le climat, est en pleine déroute et aujourd’hui en pleine atomisation. La France insoumise est au point mort, le PS sombre même si il sauve les meubles en dépassant la barre des 5%, et Hamon disparait corps et bien… Mais attention ! Que personne ne se réjouisse pour autant. Un jour où l’autre et peut être plus tôt qu'on ne le croit, la gauche saura se retrouver au-delà de ses différences et redevenir une force d'autant plus redoutable quelle n'aura rien appris de ses échecs, quelle saura s’appuyer sur les mouvements sociaux et que son regroupement se fera nécessairement autour de la radicalité.

Les souverainistes... Nicolas Dupont Aignan n’enverra aucun député à Strasbourg et perd, à l'issue d'une campagne brouillonne, son pari, à vrai dire bien hasardeux, d'incarner une union des droites dont, à aucun moment, il ne s'est donné les moyens de la réaliser, multipliant les erreurs, les signes de faiblesse à l’égard du Système et faisant parfois preuve d'égotisme et de déloyauté à l’égard de ceux qui l'avaient soutenu. En politique, on est jamais mort. Mais il arrive que l'on soit très durablement blessé.

Florian Philippot, quant à lui tout comme son concurrent en frexit, François Asselineau conserveront sans doute, malgré leurs résultats dérisoires, l'espoir d'entretenir le dernier pré carré de leurs amis et l’illusion d'une gauche chevènementiste sans avenir, sans base militante ni réalité politique. Nous sommes là, il est vrai, dans l'infinitésimal…

Jean Christophe Lagarde et l'UDI, enfin, se ridiculisent.

Les listes virtuelles obtiennent pour ce qui les concerne - et très naturellement - les résultats qui leur étaient promis.

Au lendemain de ces élections, rien, absolument rien ne changera ni d'un point de vue national où les vrais combats politiques sont à venir, ni de celui de l'Europe ou, quels que soient les rapports de force nouvellement créés au sein des futurs groupes parlementaires, la Commission et le Conseil continueront de régner en maîtres au nom de l'immigrationnisme, du mondialisme et de la financiarisation de la planète.

Le Parti de la France, pour des raisons financières aisément compréhensibles, n'avait pas souhaité concourir. Il n'en ira pas de même lors des prochaines consultations électorales de ces trois prochaines années.

Plus que jamais notre pays a besoin d'un parti de convictions, national et identitaire, patriote et européen, structuré, inscrivant son action dans la durée avec le recul que donnent expérience et maturation, mais habité de l’ambition de parvenir aux responsabilités.

Les mois qui viennent seront ceux de l’organisation du Parti et de l’affirmation de ce que nous sommes avec la tenue d'un Congrès décisif à la fin de l'automne.

Dans une semaine, personne ne parlera plus de ces élections européennes, sinon pour s’intéresser à la constitution des groupes parlementaires, à l’élection du Président du Parlement, celui surtout de la Commission et au choix du directeur de la Banque centrale européenne.

Le combat politique, lui, continue. Le Parti de la France doit devenir le pôle de rassemblement de la vraie droite nationale.

Alors, forçons le pas sur notre pente de Sisyphe et poussons encore et encore notre rocher : c'est le bon.

Jean-Francois Touzé - Délégué national du Parti de la France, en charge des études et de l'argumentaire

Retrouvez les résultats des élections européennes commune par commune ici : https://elections.interieur.gouv.fr/europeennes-2019/index.html

Commenter cet article

Le Morin 27/05/2019 15:47

Dans ma ville PS et ultra-gauche depuis 70 ans non stop :

1er le RN
2éme LREM avec moins de 50% des voix du RN

Le PS se paye 1/5éme des voix du RN
Le PS était LE parti au pouvoir depuis 70 ans non-stop.

Qu'est-ce qui s'est passé ?
Depuis 2012, l'importation soudaine, violente et massive de "chances pour la France" dans une minuscule ville préalablement paupérisée et détruite par 70 ans de socialisme.

Les dénis ne changeront rien, le parc HLM était un immense taudis, il n'a été rénové que pour être donné aux nouveaux arrivants, la diversité forcée débarquée depuis 2012.
Les citoyens ont dès lors vomi : "Les taudis pour nous, le luxe pour les occupants"

Lorsqu'on compare le niveau de vie apparent des Africains avec le niveau des locaux (vêtements, voitures, logements) il est évident pour n'importe quel Gaulois local que les Africains sont des bourgeois en comparaison.
Là dessus l'URSS socialiste de la nomenklatura locale peut toujours alambiquer les faits pour inverser les rôles, ça n'a pas pris et ça ne prendra plus .

Vivement les élections municipales, si une équipe compétente met son nez dans les dossiers tout le monde sait içi que les anciens terroristes du PS auront à faire à la justice.
On risque de bien rire ces prochaines années ...

Le Morin 27/05/2019 15:05

Vu que l'Eurodictature n'est pas réformable de l'intérieur et que les textes ne se négocient pas cette élection est un sondage mais pas une élection.
Sondage d'opinion important puisqu'il se fait sur l'ensemble du territoire Français. (et non pas par échantillon "représentatifs" .

Taux de participation 50%
Donc 25% des Français qui votaient jadis savent que la politique ne se joue plus dans les urinoirs, le coma est dépassé.
Ceci-dit s'il y avait eu des présidentielles sous l'occupation entre 1940 et 1945 cela aurait donné le même résultat que sous occupation Africaine et Islamiste actuelle .
_______
Forces droite et gauche cumulées par famille (sachant que LREM est un parti sans famille politique, une bouée de sauvetage des Néoconservateurs US) :

Droite : 37.5%
Gauche : 34.3%
LREM 22.4%
_____
CONSTAT :
1 - Difficile d'en déduire quoi que ce soit, puisque 30% des Français sont des occupants qui nous ont été imposés en 1973 par les plus grands amis du monde unis par le pétrodollars (USA pays de l'OPEP Israël)
"Tu me fous la paix en terre promise et je t'ouvre les portes de l'europe comme en l'an 711, on prend les mêmes et on recommence au nom du pétro-dollar, Simone vielle à notre grain, Cohn Bendit également etc..."

2- La droite nationale survit politiquement une main et une jambe attachée dans le dos depuis 1945, jamais la droite nationaliste n'a pu et n'a su dire la vraie histoire. Dur dur de combattre en étant désarmé. (qui plus est en faisant le jeu du pétrodollar au nom de la réal-politique)

3- Tant que les gens ne seront pas instruits sur la réalité historique, la droite aura toujours 50% de sa puissance politique.
-En 44, les USA et la Russie ne nous ont pas libérés par altruisme, ils nous ont libéré pour se partager l'europe, donc pour la coloniser .
(les minorités de sous-traitants étaient les mêmes dans les deux cas Soljenistsyne ne me contredira pas)

-La décolonisation a été faite en pleine guerre pour les intérêts des USA et de la City de Londres d'un côté, puis par les mouvements du Komintern et Noéconservateurs de l'autre.
L'opération Ctatapult est l'expression de cette guerre économique en pleine guerre mondiale.
Tu parles de "Libérateurs", des colons mais en aucun cas des libérateurs, souvenirs des civils de Dresde et de Berlin, massacrés et violés par les Russes, puis exterminés par les USA-UK.

-Aucune coïncidence à ce que nous retrouvions l'alliance Komintern - CIA et les Néoconservateurs(Trotskistes) dans la guerre d'Algérie, les sous traitants étaient toujours les mêmes sur-représentés, des noms de terroristes du Parti Communiste Algérien comme les comiques Timsit, Chabbat etc...
Là aussi, celui qui gagne la guerre est celui qui colonise le perdant, merci au caporal de Gaulle d'avoir déclaré perdue une guerre gagnée !

-1967, les meilleurs amis du monde se font une terrible guerre de six minutes, avec l'issue pacificatrice de 1973 : "Tu me donnes l'europe à coloniser, je te fous la paix en terre promise, de toute façon nous sommes frères par le pétrodollar"
De là le deal était parfait, tolérer 8 millions de colons sur un minuscule territoire pour gagner 150 millions de colons sur toute l'Europe.
(des alliés ? ha ha ha, jamais de la vie ! Pas plus que les USA complices ne sont nos "alliés" )

Les sous-traitants restent les mêmes CRIF-CIA-LICRA et associations US encadrent la colonisation et l'islamisation de l'europe pour le plus grand bonheur des frères par le pétro-dollar.

(Bien sûr, tous ces horribles propos choquants se documentent facilement et peuvent être approfondis, on suit les rapaces à la trace, c'est un jeu d'enfant. )

Le plus hilarant est que la droite nationale n'a jamais pu ni su dire cette simple évidence : Ni les sous-traitants US qu'est le "lobby qui a terriblement souffert", ni les "chances pour la France" ne sont nos amis.
Aucun des deux ne nous occupe pour les beaux yeux de NOS INTÉRÊTS, les deux jouent les Gomez et Tavarez pour leurs propres intérêts à nos dépends. (on appelle cela des charognards)

Là où la droite nationale a tout faux, notamment la dis-si-danse d'état sortie de terre "spontanément", c'est de nous faire adorer nos adversaires.
Tantôt pro Assad, le fils de l'indépendantiste anti-Français ayant quelques attentats en France à son actif.
Tantôt pro-Iran qui depuis 60 ans ne cesse de promettre de raser l'Europe, son grand Satan.
Tantôt pro-muz Palestiniens, qui nous "aiment" autant que les ayatollahs.
Tantôt pro-Israéliens, la nation qui sous-traite l'occupation de l'europe pour le compte des USA.
Aucun d'entre-eux ne sont nos adorateurs, nous ne sommes que leurs proies !

Désolé pour ces gugus, je suis Français, j'aime l'histoire, je sais où sont les intérêts de la France et aucun des agités du bocal de la dis-si-danse d'état sous association loi 1901 ne me fera avaler de telles conneries.
Le choix de devenir muz et Africain sauce Israël-Babylone, Américain ou Russe, n'est pas un choix !

Dans les conditions actuelles, avec 30% d'occupants, les élections sont une vaste mascarade.
Est-ce que les occupants Allemands (bien moins nombreux) auraient eu le droit de voter s'il y avait eu des élections Françaises entre 39 et 45 ?

Le pire de tout est que si le camp national (et non national patriote = multiculturaliste) commençait à dire les vérités historiques la prison lui serait assurée !
Dans ces conditions les élections ne se font que les mains dans le dos, une farce totale.

Pour ma part je ne choisirai jamais entre mes colons, je ne veut aucun colon.
Ce n'est pas le suicide nouvelle formule "national patriote" qui me ferra changer d'avis, bien au contraire, ce concept n'est que l'américanisation de notre Africanisation.

Tant qu'il y aura quelque chose à piller en Europe, les pillards afflueront, vivement que nous soyons au niveau de l'Afrique centrale.
Les USA cesseront de nous détruire pour effacer la concurrence, les Africains iront piller ailleurs comme ces tribaux nomades le font depuis 7000 ans, et les sous-traitants de ces deux là iront sur des terres plus prospères comme ils le font depuis 2000 ans.
(d'ailleurs les sous-traitants de l'occupation de l'Europe préparent leur avenir en Asie, les polyglottes curieux les suivent à la trace ! Il faut dire qu'ils ont de très gros sabots depuis toujours...)


Au moins nos occupants ont de l'humour, ils nous font financer nous-mêmes nos propres chaînes : CRIF, CFCM, LICRA, SOS-Racisme, E-CFR, OTAN, ONU, Droits de l'Autre, Institut du monde Arabe, j'en passe et des meilleures...
Bizarrement aucun attentat n'a jamais attaqué la moindre de ces entités, c'est extrêmement bizarre n'est-ce pas ... ^^

Vivement la ruine, je préfère être Gaulois pauvre que de devenir muz Africain moyen !

rebelle 27/05/2019 09:33

malgré ses défauts le RN est pour le rétablissement des frontières et l'arrêt de l'immigration. Le vote des français dans sa majorité, montre que ces sujets ne sont pas leurs premières préoccupations, alors le suicide français va continuer, lentement mais sûrement !

cam1990 27/05/2019 13:21

A mon avis, les vrais français restent préoccupés par l'immigration et le suicide progressif de leur nation.

Pour Macron, disons plutôt que le vote des immigrés à papiers français a fait son oeuvre !

Quand aux Verts, ils ont largement profité de l'énorme propagande culpabilisante du "réchauffement climatique" de ces derniers mois, avec entre autres l'effet Greta Thunberg.