Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Retraites : cacophonie et barguignages gouvernementaux

27 Mars 2019, 15:14pm

Publié par Thomas Joly

Comment sauver le système des retraites par répartition ?

Pour la énième fois depuis trente ans, la question revient en débat, sempiternellement renvoyée de gouvernement en gouvernement à la responsabilité des suivants afin d’éviter de trop fortes vagues sur un océan social quadrillé par les syndicats politisés. Encore une minute, Monsieur le bourreau…

Confiée à Jean-Paul Delevoye, ancien sénateur RPR du Nord avant de devenir médiateur de la République puis Président du très inutile Conseil Économique Social et Environnemental, nommé dès le début du quinquennat Haut commissaire pour bons et loyaux services pendant la campagne présidentielle aux côtés du candidat élu, la mission de réfléchir à une réforme durable du système des pensions touche à sa fin. De nombreuses pistes ont été évoquées, de la retraite à points dont la valeur serait ajustée chaque année, ce qui rendrait totalement aléatoire toute perspective de calcul du niveau futur de pension, au bonus/malus permettant de travailler plus longtemps, toutes plus fumeuses, incertaines et sans portée durable, les unes que les autres.

Depuis une semaine, nous assistons au retour de l’allongement de la durée de travail et du recul de l’âge légal de départ à la retraite que Macron, lors de sa campagne présidentielle écartait à toute force, piste évoquée par le ministre de la santé Agnès Buzyn dans le Journal du Dimanche, puis démentie par elle deux jours plus tard à l'Assemblée nationale avant d’être relancée par le ministre des comptes publics, Gérard Darmanin, et le Porte-parole du Gouvernement, Benjamin Griveaux eux-mêmes contredits par Jean-Paul Delevoye qui affirmait en milieu de semaine que l’âge légal resterait 62 ans.

La vérité est que dans ce régime en voie de liquéfaction, chacun se croit autorisé à donner son avis, sans qu'aucune vision d'ensemble ne soit imposée. Il n'y a pas que dans le domaine du maintien de l'ordre face aux exactions gauchistes que le pouvoir est impuissant.

Pour le Parti de la France, le recul de l’âge légal de départ à la retraite est une nécessité pour trois raisons :

  1. Sans recul à 65 ans, l'état préoccupant de notre démographie, la situation de l’emploi, l'atonie de la croissance et le vieillissement de notre population ne permettront pas d'assurer demain les versements des pensions de ceux qui travaillent aujourd’hui. Déjà, alors que le nombre de retraités a été multiplié par 5 en cinquante ans, le niveau des retraites par rapport au PIB atteint 13,4 % et la charge en dépenses sociales se situent aux alentours de 310 milliards.
  2. Sans recul à 65 ans, la dépendance et la solidarité à l’endroit de nos aînés délaissés ou démunis ne sauraient être financées.
  3. Sans recul à 65 ans, il n'y aura pas d’alignement des systèmes de retraite ni de suppression des régimes spéciaux.

L'allongement de l’espérance de vie tout autant que l’amélioration des conditions de travail rendent cette mesure physiquement possible et socialement acceptable par tous, à condition d'avoir le courage de résister au chantage syndical.

Un écueil toutefois : une telle mesure pour être efficace et universelle suppose que soit résolue la question de l'emploi des seniors dans un contexte de chômage de masse. Reste enfin, alors que le gouvernement reste indifférent à l'attente des Français d'une réindexation générale des retraites et de leur revalorisation, la question cruciale qui relève du devoir d'État : permettre à chaque Français de vivre décemment et dignement ses vieux jours.

Nous sommes bien loin du compte.

Jean-François Touzé - Délégué National du Parti de la France aux Études et Argumentaire

Commenter cet article

Le Morin 31/03/2019 18:55

«Choose Africa»: la France débloque 2,5 milliards pour aider les PME africaines

http://www.rfi.fr/afrique/20190330-choose-africa-france-debloque-25-milliards-aider-pme-africaines?

L'économie n'existe pas, voilà une nouvelle preuve !

Je ne parle même pas des budgets que je surveille depuis des décennies : remises et effacement de dettes, coopération, armée FR en Afrique, rtcv..


La blague du co-développement démasquée en une phrase : Est-ce que l''empire Britannique versait une aide au développement à la France ? .

Est-ce que le Califat , l'empire Perse, l'empire Turc, Al Andalus envoyaient une "aide au développement de la France" ?

Non, pourtant l'époque n'était pas à la "guerre économique mondiale en replacement de la guerre armée et des invasions" vendues par nos corrompus de la raie-publique universelle.


C'est très amusant de financer le continent le plus riche de la planète qui par ailleurs nous traite de pillards ses clients et philanthropes qui sont par ailleurs ses concurrents commerciaux ...

Pour peaufiner l'ignominie nos corrompus de la raie-publique universelle permettent même à l'occupant Africain de venir nous vomir sa haine de ce que nous sommes, dans nos médias, TV, radios, presse etc...

Le Morin 30/03/2019 13:58

Le CESE (Comité économique et social européen) a rendu un rapport sur les bienfaits économiques de l’immigration publié au JO de l’UE :
https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=OJ:C:2019:110:FULL&from=EN

Très instructif, incroyable, et en même temps nos corrompus osent nier le remplacement de population et le dumping salarial et social ..

La guillotine c'est beaucoup trop doux et trop rapide, ils ne nous auront pas laissé le choix !
Châtier les responsables et coupables est un très bon moteur de justice sociale, nos bobos l'ont bien fait lors de leur coup d'état de 1789 ...

Le Morin 28/03/2019 14:55

BLAGUE DU BUDGET DE L'ÉTAT :

Je viens de découvrir que mes voisins, étudiants Algériens ayant obtenu un visa étudiant (sans faire d'études) bénéficient du chèque énergie du gouvernement.

Leurs études nous coûtent entre 150.000 et 250.000€/ an et par personne depuis 40 ans, ce qui ne pose aucun souci au budget de l'état.

Ne revenons pas sur les diplômes Africains, qui bien qui n'aient ni un programme ni un contenu ni un niveau équivalent, sont reconnus comme équivalents en France.
(discrimination positive durant depuis plus de 50 ans)

On ne s'étonnera pas que personne au monde ne reconnaisse plus la moindre valeur aux diplômes Européens et notamment Français, puisqu'ils sont de fait du niveau Africain, c'est à dire au niveau du continent le plus illettré et au plus bas QI au monde.

La bonne blague "les multinationales et nos entreprises ont besoin de gens techiques et qualifiés" est totalement invalidée par cette équivalence des diplômes Afrique/France .


Forcément je meurs de rire lorsque j'écoute nos zélites et diplomates osant nous parler de "stratégie" sachant que l'enseignement est le premier budget de France...
Faut bien gaver les occupants Africains n'est-ce pas !

Le Morin 28/03/2019 13:55

TRADUCTION :
Le gouvernement fédéral augmente le financement des soins de santé pour les réfugiés, mais une étude indique que des obstacles subsistent

Des demandeurs d'asile font la file pour entrer dans le Stade Olympique le vendredi 4 août 2017 près de Montréal, au Québec. Un programme couvrant les coûts de santé des réfugiés et des demandeurs d'asile au Canada bénéficiera d'une augmentation de financement de 283 millions de dollars au cours des deux prochaines années, grâce à une injection d'argent dans le système d'immigration du Canada dans le budget de 2019. Paul Chiasson / LA PRESSE CANADIENNE

OTTAWA - Le programme canadien sur la santé des réfugiés bénéficiera d'une augmentation de 283 millions de dollars au cours des deux prochaines années.

Les responsables de l'immigration ont déclaré que l'augmentation du financement - prévue dans le budget fédéral de la semaine dernière - était nécessaire, car davantage de personnes revendiquent le statut de réfugié.

«Faire en sorte que les personnes les plus vulnérables de notre société aient accès aux soins de santé de base fait partie de la tradition humanitaire du Canada et contribue à protéger la santé publique de tous les Canadiens», a déclaré le ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, dans un communiqué.

«L'investissement dans le budget de 2019 réaffirme notre engagement à protéger la dignité de ceux qui cherchent à être protégés de la persécution et à éliminer le fardeau des services de santé provinciaux.»

Le nombre de demandes d'asile au Canada a plus que doublé au cours des deux dernières années, avec 55 000 demandes d'asile en 2018 et 50 000 en 2017. En 2016, il y avait 23 000 demandes.

De 2011 à 2016, le nombre moyen de demandes d'asile déposées au Canada s'élevait à un peu plus de 18 000.

Cela a entraîné d'importants arriérés à l'agence indépendante qui traite les demandes d'asile au Canada. Les demandeurs d'asile attendent jusqu'à deux ans pour que leurs demandes soient entendues.

Pendant qu’ils attendent, les demandeurs du statut de réfugié ne sont pas admissibles à l’assurance-maladie provinciale. Ils sont couverts par le programme fédéral de santé intérimaire jusqu'à ce que leurs demandes de résidence permanente soient approuvées. Le programme couvre également certains services médicaux pour les réfugiés avant leur arrivée au Canada.

Le programme avait été réduit par l'ancien gouvernement conservateur en 2012, mais en 2014, la Cour fédérale avait statué que ces coupes étaient contraires à la Charte canadienne des droits et libertés. Le gouvernement a interjeté appel, mais cet appel a été abandonné après l'élection des libéraux. Le programme a été rétabli dans sa version antérieure à 2012 en avril 2016.

Dans le budget 2019-2020 présenté le 19 mars, le ministre des Finances, Bill Morneau, a augmenté le financement de ce programme de 125 millions de dollars cette année et de 158 millions de dollars supplémentaires en 2020-2021 afin de «promouvoir de meilleurs résultats en matière de santé pour les Canadiens et les demandeurs d'asile au Canada».

Cependant, des entretiens avec des réfugiés et des praticiens de la santé menés dans le cadre d'une étude en cours du programme suggèrent que la couverture santé de ce programme reste incomplète et qu'il existe une confusion parmi les prestataires de soins de santé quant à son fonctionnement.

Des professeurs de droit de l’Université d’Ottawa qui ont mené l’étude affirment que certains prestataires de soins de santé refusent certains réfugiés, qui croient à tort qu’ils ne sont pas admissibles à la couverture santé.

Le chercheur principal, YY Brandon Chen, a déclaré que certains praticiens de la santé ne savaient pas que les réductions précédentes du programme avaient été annulées et, même s'ils le étaient, ils étaient souvent frustrés par les lourdeurs administratives liées au remboursement des soins prodigués aux réfugiés.

«Certains fournisseurs de services hésitent ou pensent peut-être à tort que le PFSI est un programme trop compliqué à manœuvrer et ils ne veulent tout simplement pas passer leur temps dans ce programme», a déclaré Chen.

Les fournisseurs de soins de santé doivent s’inscrire auprès du fournisseur d’assurance mandaté par le gouvernement pour administrer le programme s’ils souhaitent être remboursés. Les médecins et les infirmières interrogés dans le cadre de l'étude ont décrit cet obstacle comme «un obstacle pour les prestataires occupés». Une infirmière praticienne a décrit le programme de santé des réfugiés comme plongé dans un «héritage de confusion».

Bien que l'accès des réfugiés aux soins de santé se soit considérablement amélioré après le rétablissement du financement du programme par les libéraux, l'étude a révélé que plusieurs lacunes subsistaient, notamment l'accès aux services de conseil en santé mentale. Chen a fait remarquer que le gouvernement avait pris des mesures pour remédier à certaines de ces lacunes, notamment en donnant aux réfugiés la possibilité de recevoir des conseils en matière de santé mentale des travailleurs sociaux.

Les recommandations préliminaires demandent aux praticiens de la santé de s'informer davantage sur les services couverts et sur le processus de remboursement afin de s'assurer que les réfugiés au Canada ne se voient pas refuser l'accès aux services médicaux nécessaires.

https://nationalpost.com/pmn/news-pmn/canada-news-pmn/feds-boost-funding-for-refugee-health-care-but-study-says-barriers-remain

___________________



Le fric est illimité quand cela concerne le financement de l'invasion des occupants Africains.


MINISTRE DE L'IMMIGRATION CANADIEN : L'occupant AHMED HUSSEN
Bientôt ils mettront Oussama Ben Laden à la direction de la lutte anti-terroriste !


Nos élites sont pathétiques.
J'ai déjà vécu l'effet que fait de travailler dans une rave party obligé de supporter des centaines de personnes totalement défoncés à toutes sortes de produits. Jamais je n'y ai vu d'allumés du niveau de nos élites, même avec les patients les plus délirants. .

Le Morin 27/03/2019 16:21

Il faudra que nos corrompus nous expliquent comment est-il possible que la retraite par répartition soit en danger alors que la démographie dite "Française" n'a jamais cessé de croitre...

La blague de "l'espérance de vie a augmenté" ne résiste pas à l'analyse sur 60 ans, oui l'espérance de vie a augmenté mais pas de 50 ans supplémentaires, seulement augmenté de 10 ans en 50 ans.
Il n'y a jamais eu de gros souci de balance démographique justifiant l'échec du système par répartition, l'échec du système s'explique bien autrement :

Nous avons la réponse, la retraite par répartition avec des frontières ouvertes est une hérésie, tout comme tout ce qui touche aux prestations sociales (logement, santé, études, retraites etc...)

Sauver la retraite pour continuer à payer des retraites en Afrique aux dizaines de milliers d'Africains pluri-centenaires qui touchent une retraite Française au pays ?

Sauver la retraite en continuant à la donner à des étrangers n'ayant pas travaillé une seule heure en France, et ne devant justifier ni de leur état civil, ni de leur identité, ni de rien ?
(Minimum vieillesse assuré à tout étranger en âge ce sans produire aucun document...L'accès à la retraite en France pour un étranger est encore plus aisé que s'il était Français, ce de très très loin !)


Toutes les fables budgétaires sont ridicules, on ne peut pas sauver les retraites pour les Français, il nous faut reculer l'âge de départ pour les Français mais dans le même temps nous avons un budget infini et illimité pour gaver nos occupants Africains !

Il ne manque jamais un centime pour payer leurs soins, les héberger, leur donner des allocations temporaires d'attente, leur construire des centres d'hébergement, diviser les classes par deux, leur payer des hôtels, puis des HLM, leurs études façon anti-France, leurs prestations sociales, leur offrir des terrains gratuits pour leurs mosquées etc...
Le budget, les soucis budgétaires, c'est juste pour les vrais Français qu'il y en a.

Depuis 1973 la France a passé le message à l'Afrique entière "open bar pour toute l'Afrique" mais en ce qui concerne les Gaulois les vrais de souche "les caisses sont vides".
Cela fait plus de 50 ans que ça dure, nos politiochiens sont inaudibles, injustifiables quoi qu'ils puissent alambiquer leurs sophismes .

"Gouverner c'est prévoir" , qu'est-ce qu'on prévu nos gouvernements en entretenant une retraite par répartition avec des frontières grandes ouvertes ?
Tiens, sauvons nos retraites de façon juste : Qu'on dépouille tous les biens et avoirs de tous ceux qui sont passés dans nos gouvernements depuis 1973, responsables de leurs choix, coupables de la situation.
Bonne nouvelle voilà les retraites sauvées sans reculer l'âge de la retraite.