Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Jean-Claude Rolinat est l'invité du Parti de la France

19 Mars 2019, 06:29am

Publié par Thomas Joly

Jean-Claude Rolinat a été successivement cadre administratif, documentaliste et journaliste dans la presse d’opinion. Il a publié plusieurs ouvrages consacrés à l’histoire contemporaine et rédigé les biographies du général Peron (Argentine), du maréchal Mannerheim" (Finlande), et de Ian Smith (Rhodésie), "Le Canada français, de Jacques Cartier au génocide tranquille" (avec Rémi Tremblay). Dernier livre paru : La Bombe africaine et ses fragmentations, préfacé par Alain Sanders (Éd. Dualpha).

Commenter cet article

Le Morin 19/03/2019 12:55

Je suis assez mûr pour avoir connu une époque dans laquelle :

1- La gauche disait indispensable d'abandonner le travailleur Français au profit des étrangers.

2- Il était question de faire financer les riches des pays pauvres par les pauvres des pays riches, ce au nom de la réal politique et de la paix mondiale,
Nous y sommes en plein.


Le tout dans le cadre de ce qu'on nous qualifiait de "guerre économique" (sic) Donc nous-nous sommes désarmés en pleine guerre économique !

Au final, être parmi les dix premières puissances économiques et militaires du monde ne sert à rien.

A quoi sert d'être puissant, parmi les dix premier si c'est pour se coucher en plus de faire venir des millions gens.
Gens qui pour raisons de jalousie et pauvreté supposée sont potentiellement nos ennemis et nos pillards, devant lesquels il fallait se coucher pour "éviter la guerre"..
(Pauvres sur le continent le plus riche de l'histoire humaine, faut-il le rappeler ... Qui plus est, des gens qui nous ont virés !

La guerre contre qui ? La sagaie et la machette contre des avions de chasse, porte avions et la bombe nucléaire ? On se fout vraiment de nous !

"Se coucher et donner ses fesses, son pays, son fric et son peuple, pour éviter une éventuelle guerre avec des puissances militaires de nains"
(qui plus est issus du continent le plus riche de la planète)
Une doctrine de suicide, tout le monde sait que si on donne ses fesses et son fric pour éviter le combat, on se fait sodomiser, puis dépouiller, puis on se prend une raclée à la fin .

Les très nombreux faits divers le prouvent : Vol + viol + homicide, c'est comme ça que ça finit quand on invite son adversaire chez-soi.
Pire encore quand on est repentant depuis 50 ans, et pire encore quand on est parmi les 10 plus puissants (donc jalousés) économiquement et militairement ...

"Le suicide Français" n'existe pas, il s'agit d'un meurtre !

(Je rédige ce commentaire rapidement mais je peux développer à l'infini sur le thème de la doctrine et la propagande qui ont guidé le meurtre des peuples Européens, la doctrine politique adoptée ouvertement etc... )


J'apprécie la démarche de Jean-Claude Rolinat, mais dans ce style d'exercice, que ce soit PA Plaquevent, Rolinat, Pince ou autres, il ne serait pas idiot de remettre l'immigration dans le contexte de sa doctrine de débiles :

1- Être parmi les 10 premières puissances militaires et économiques au monde (sur 200 pays)

2- Se coucher préventivement (sic) devant la sagaie et la machette, niveler le différentiel pauvreté, faire venir des millions d'adversaires chez-nous : Pour qu'une puissance du top 10 militaire et économique se couche devant les tout derniers du monde dans ces deux domaines ...

Avouez qu'il y a de quoi se marrer, ne plus croire en l'économie, la politique, la diplomatie, la stratégie qu'elle soit économique sociale ou militaire etc...
Tout cela ressemble étrangement à de la planification mondiale.

D'ailleurs mon propos se confirme, et MLP elle-même confirme au mieux en disant que "Le grand remplacement n'existe pas".
Se faisant comme Vaselineau, MLP est négationniste de ce qui est revendiqué par l'ONU :
http://www.un.org/en/development/desa/population/publications/ageing/replacement-migration.asp

Les exercices d'équilibristes de nos politichiens, fistosophes, journalopettes n'y changeront rien ; Pas d'oubli, pas de pardon !