Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Macron veut interdire l’usage des réseaux sociaux aux personnes condamnées pour opinion déviante

21 Février 2019, 13:59pm

Publié par Thomas Joly

Nouvelle dérive autoritaire en France. Le président français, Emmanuel Macron, a annoncé devant l’organisation communautaire juive appelée CRIF que les personnes condamnées pour des opinions jugées illégales par le gouvernement seront interdits d’utilisation de réseaux sociaux.

France Info (source) :

Emmanuel Macron souhaite ainsi « adopter nos sanctions à la société numérique ». Le chef de l’État veut « pouvoir interdire la présence sur un réseau social de personnes coupables de propos racistes et antisémites, comme on interdit les hooligans dans les stades ». Il entend également « faire en sorte que les condamnations pour actes racistes et antisémites soient publiées »

Légalement, le droit français n’opère aucune distinction entre une personne condamnée pour des propos « racistes » ou « antisémites » et une personne condamnée pour des propos qualifiés de « sexistes », « homophobes » ou portant sur le handicap. Elles sont toutes condamnées, indistinctement, au titre de la loi contre les « discriminations ».

Qu’il s’agisse d’un individu ayant fait une critique de l’homosexualité ou une critique de l’islam, la loi n’opère aucune distinction « qualitative » avec des propos « racistes » ou « antisémites » en cas de condamnation.

Première conséquence, si l’on en croit les propos du président français, ce ne sont pas seulement les personnes condamnées pour « racisme » ou « antisémitisme » qui seront déchues de leurs droits à s’exprimer sur un réseau social mais toutes celles condamnées, à un titre ou à un autre, par la loi anti-discrimination. Compte tenu de l’étendue actuelle de cette répression, les dérives potentielles sont quasiment illimitées.

Deuxième conséquence, il ne s’agit plus de réprimer une personne pour une opinion, ce qui est déjà en soi gravement liberticide, mais bien de priver préventivement les citoyens français des moyens de s’exprimer sur la simple supposition qu’ils pourraient, ultérieurement, émettre des opinions déviantes.

Ce qui est l’exacte définition de la censure.

Il s’agit d’un recul inédit des libertés en France. Il faut remonter au Second Empire – avant 1870 – pour voir une telle volonté de censure des opinions.

Source : http://breizatao.com

Commenter cet article